Items filtered by date: octobre 2020

La science de la "modernité" nous a tellement plongé dans une paresse mentale et spirituelle si bien que nous sommes "obligés" d'utiliser les téléphones cellulaires pour communiquer entre nous, ce qui nous rend dépendant de la rapacité des compagnies de fabrication de la téléphonie mobile, je veux dire que nous demeurions des "prisonniers de l'intellect".

 Aujourd'hui, pour jouer au détective privé en épiant les faits et gestes "cachés" de son(sa) conjoint(e), certaines femmes et certains hommes n'hésitent pas à scruter dans les moindres détails l'écran du téléphone cellulaire de son(sa) conjoint (e). D'autres vont même jusqu'à scanner cet outil de communication périphérique pour ''contrôler'' son(sa) partenaire.

Mais, où est passée notre capacité à communiquer par télépathie (par le CENTRE)?

Quand j'étais adolescent, ma grand-mère maternelle savait regarder la position du soleil pour lire l'heure avec exactitude. Rien qu'en observant la position du soleil, elle pouvait aussi savoir s'il allait pleuvoir ou pas dans les minutes qui suivent. Le cas échéant, malgré un soleil ardent, elle nous demandait de retourner immédiatement à la maison. Nous nous exécutâmes et avant de franchir le seuil de la porte, quelques gouttes de pluie nous avaient bénis.

Pour savoir si la récolte serait abondante ou pas, elle observait la position de la lune. Dans le cas de la récession annoncée, elle remplissait le grenier en prévision des moments difficiles.

 

Nos grands-parents savaient anticiper, en conformité avec les Lois de la nature. Ils avaient de grandes connaissances en astronomie.

Les Dogons du Mali ont pu identifier Sirius B, l'une des étoiles les plus brillantes de la constellation, rien qu'en observant la position de la lune.;

Au village, nos grands-parents communiquaient entre eux avec le son du tam-tam. Ils pouvaient avertir la population de l'arrivée d'un ennemi, rien qu'avec le son du tam-tam. Le tam-tam était l'un des supports essentiels de la communication par la PÉRIPHÉRIE.

Les MUNTU(Hommes "réalisés") maîtrisaient l'art de la communication par le CENTRE. Les techniques de communication oratoire (les oracles) leur permettaient de communiquer même avec les morts car "les morts ne sont pas morts".

Quand est-ce que les Hommes de la "modernité" capitalisant pourraient-ils se passer des téléphones cellulaires pour communiquer entre eux?

Vanité des vanités, tout est vanité.

Que ceux qui ont des yeux pour entendre, "entendent". Que ceux qui ont des oreilles pour voir, "voient". Qu'ayant "vu" et "entendu", qu'ils agissent en conséquence pour ne pas se retrouver sur le chemin du trop tard.

Vie, Santé, Force!

Published in Actualités

La science de la "modernité" nous a tellement plongé dans une paresse mentale et spirituelle si bien que nous sommes "obligés" d'utiliser les téléphones cellulaires pour communiquer entre nous, ce qui nous rend dépendant de la rapacité des compagnies de fabrication de la téléphonie mobile, je veux dire que nous demeurions des "prisonniers de l'intellect".

 Aujourd'hui, pour jouer au détective privé en épiant les faits et gestes "cachés" de son(sa) conjoint(e), certaines femmes et certains hommes n'hésitent pas à scruter dans les moindres détails l'écran du téléphone cellulaire de son(sa) conjoint (e). D'autres vont même jusqu'à scanner cet outil de communication périphérique pour ''contrôler'' son(sa) partenaire.

Mais, où est passée notre capacité à communiquer par télépathie (par le CENTRE)?

Quand j'étais adolescent, ma grand-mère maternelle savait regarder la position du soleil pour lire l'heure avec exactitude. Rien qu'en observant la position du soleil, elle pouvait aussi savoir s'il allait pleuvoir ou pas dans les minutes qui suivent. Le cas échéant, malgré un soleil ardent, elle nous demandait de retourner immédiatement à la maison. Nous nous exécutâmes et avant de franchir le seuil de la porte, quelques gouttes de pluie nous avaient bénis.

Pour savoir si la récolte serait abondante ou pas, elle observait la position de la lune. Dans le cas de la récession annoncée, elle remplissait le grenier en prévision des moments difficiles.

 

Nos grands-parents savaient anticiper, en conformité avec les Lois de la nature. Ils avaient de grandes connaissances en astronomie.

Les Dogons du Mali ont pu identifier Sirius B, l'une des étoiles les plus brillantes de la constellation, rien qu'en observant la position de la lune.;

Au village, nos grands-parents communiquaient entre eux avec le son du tam-tam. Ils pouvaient avertir la population de l'arrivée d'un ennemi, rien qu'avec le son du tam-tam. Le tam-tam était l'un des supports essentiels de la communication par la PÉRIPHÉRIE.

Les MUNTU(Hommes "réalisés") maîtrisaient l'art de la communication par le CENTRE. Les techniques de communication oratoire (les oracles) leur permettaient de communiquer même avec les morts car "les morts ne sont pas morts".

Quand est-ce que les Hommes de la "modernité" capitalisant pourraient-ils se passer des téléphones cellulaires pour communiquer entre eux?

Vanité des vanités, tout est vanité.

Que ceux qui ont des yeux pour entendre, "entendent". Que ceux qui ont des oreilles pour voir, "voient". Qu'ayant "vu" et "entendu", qu'ils agissent en conséquence pour ne pas se retrouver sur le chemin du trop tard.

Vie, Santé, Force!

Published in Actualités

Index

upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/...Pour lui, la vie est un rapport de force et la morale est une invention des faibles pour se protéger des forts. Faire le mal doit nous faire sentir coupable. Cette entreprise de culpabilisation qui accompagne la morale est un moyen pour empêcher au fort d'écraser le faible. Pour Nietzsche, l'essence de la morale, c'est la culpabilité. Dans une vie terrestre qui est caractérisée par les rapports de force, le fort accepte l'idée qu'il doit accepter d'exercer sa véritable nature en se confrontant à la force de l'autre. Le faible a tout intérêt pour amener le fort à ne pas se faire écraser par le fort.

 Les interdits, la morale et les lois sont là pour amener le fort à hésiter à utiliser sa force contre le faible. Le faible est conscient qu'Il sera perdant dans le rapport de force avec le fort. Si on enferme les deux dans une pièce, le faible est conscient qu'Il est mort. Par contre si on les place devant une salle de procès où on applique la loi qui dit qu'on ne doit pas faire du mal au faible, qu'on ne doit pas le faire souffrir, et bien dans cette situation-là, le fort devient le faible.

Celui qui a exercé sa force devient le coupable.

Coupable non pas aux yeux de la nature et de l'élan vital, mais coupable aux yeux des règles morales.

 Coupable aux yeux des règles de la coexistence pacifique.

 Coupable aux yeux de la société. Voilà ce qui définit le principe de la morale selon Nietzsche. Le principe de la morale c'est l'auto-institution de la bonté des bons.

Et qui sont les bons? Ce sont les faibles.

Ce sont ceux qui ne peuvent pas se permettre autre chose qu'être bons. Parce que pour Nietzsche, si on est bon c'est parce qu'on n'a pas les moyens d'être autre chose. Si on est bon, c'est parce qu'on ne veut pas s'attirer les foudres du fort. Et donc en érigeant leur bonté en valeur, les faibles venaient de créer la morale qui devient l'impossibilité de survivre si on ne limite pas l'expression de la force.

 Qu'est-ce qui définit en général les règles morales? C'est la bienveillance, la générosité, la considération de son prochain. Pour Nietzsche, c'est quelque chose qui n'a pas sa place dans la nature car l'oiseau de proie ne se pose pas la question sur la moralité de son action lorsqu'il mange l'agneau comme son ennemi. Au contraire, il en raffole de l'agneau. Alors que l'agneau parce qu'il a développé une peur de l'oiseau de proie, il va le détester. Il va lui en vouloir. Il va lui reprocher d'être un oiseau de proie. Il va le lui reprocher parce que l'oiseau de proie est une menace pour lui. Et ça permet de comprendre ce que Nietzsche appelle l'origine de nos jugements moraux.

 Et de comprendre que le bien et le mal ne sont pas des notions transcendantes et absolues. C'est-à-dire ne sont pas des notions qui nous viennent du ciel, mais ce sont e notions proprement humaines qui n'ont d'autre but que de nous protéger. L'idée que le bien ou le mal sont des notions universelles voire divines, pour Nietzsche ça n'a aucun sens parce qu'en tant que naturaliste, il veut trouver l'explication naturelle et physiologique de toutes nos productions mentales.

 De toutes nos productions culturelles. Le bien ou le mal c'est ce qu'on considère comme bien ou mal du point de vue de notre intérêt. Ce qui veut dire si on est engagé dans une lutte contre le fort, on a aucun intérêt à placer ses pieds sur son propre terrain. On a aucun intérêt à rivaliser de force avec lui.
Au contraire on a tout intérêt à monter que son terrain n'est pas légitime. On a intérêt à montrer qu'en recourant à la force, le fort fait quelque chose d'injuste. Quelque chose de condamnable, de répréhensible. Et si on arrive à démontrer qu'en utilisant la force, le fort se rend coupable, et bien on a gagné. On a gagné parce qu'on aura entraîné la réprobation vis-à-vis du fort qui dès lors cesse d'être fort. Le fort isolé cesse d'être fort. Le fort face à la foule des faibles, il est dépassé.

 C'est en sens qu'on peut définir la morale comme la force des faibles parce que c'est la force des faibles coalisées qui parce qu'ils ne sont pas dotés d'une force individuelle, vont chercher à créer la force à titre collectif. Évidemment si les faibles constituent la majorité d'une population, et qu'ils arrivent à s'entendre sur ce qu'ils veulent condamner chez le fort, et bien à ce moment-là, ils deviennent les forts. Ils deviennent les dominants.

Published in Actualités

Index

upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/...Pour lui, la vie est un rapport de force et la morale est une invention des faibles pour se protéger des forts. Faire le mal doit nous faire sentir coupable. Cette entreprise de culpabilisation qui accompagne la morale est un moyen pour empêcher au fort d'écraser le faible. Pour Nietzsche, l'essence de la morale, c'est la culpabilité. Dans une vie terrestre qui est caractérisée par les rapports de force, le fort accepte l'idée qu'il doit accepter d'exercer sa véritable nature en se confrontant à la force de l'autre. Le faible a tout intérêt pour amener le fort à ne pas se faire écraser par le fort.

 Les interdits, la morale et les lois sont là pour amener le fort à hésiter à utiliser sa force contre le faible. Le faible est conscient qu'Il sera perdant dans le rapport de force avec le fort. Si on enferme les deux dans une pièce, le faible est conscient qu'Il est mort. Par contre si on les place devant une salle de procès où on applique la loi qui dit qu'on ne doit pas faire du mal au faible, qu'on ne doit pas le faire souffrir, et bien dans cette situation-là, le fort devient le faible.

Celui qui a exercé sa force devient le coupable.

Coupable non pas aux yeux de la nature et de l'élan vital, mais coupable aux yeux des règles morales.

 Coupable aux yeux des règles de la coexistence pacifique.

 Coupable aux yeux de la société. Voilà ce qui définit le principe de la morale selon Nietzsche. Le principe de la morale c'est l'auto-institution de la bonté des bons.

Et qui sont les bons? Ce sont les faibles.

Ce sont ceux qui ne peuvent pas se permettre autre chose qu'être bons. Parce que pour Nietzsche, si on est bon c'est parce qu'on n'a pas les moyens d'être autre chose. Si on est bon, c'est parce qu'on ne veut pas s'attirer les foudres du fort. Et donc en érigeant leur bonté en valeur, les faibles venaient de créer la morale qui devient l'impossibilité de survivre si on ne limite pas l'expression de la force.

 Qu'est-ce qui définit en général les règles morales? C'est la bienveillance, la générosité, la considération de son prochain. Pour Nietzsche, c'est quelque chose qui n'a pas sa place dans la nature car l'oiseau de proie ne se pose pas la question sur la moralité de son action lorsqu'il mange l'agneau comme son ennemi. Au contraire, il en raffole de l'agneau. Alors que l'agneau parce qu'il a développé une peur de l'oiseau de proie, il va le détester. Il va lui en vouloir. Il va lui reprocher d'être un oiseau de proie. Il va le lui reprocher parce que l'oiseau de proie est une menace pour lui. Et ça permet de comprendre ce que Nietzsche appelle l'origine de nos jugements moraux.

 Et de comprendre que le bien et le mal ne sont pas des notions transcendantes et absolues. C'est-à-dire ne sont pas des notions qui nous viennent du ciel, mais ce sont e notions proprement humaines qui n'ont d'autre but que de nous protéger. L'idée que le bien ou le mal sont des notions universelles voire divines, pour Nietzsche ça n'a aucun sens parce qu'en tant que naturaliste, il veut trouver l'explication naturelle et physiologique de toutes nos productions mentales.

 De toutes nos productions culturelles. Le bien ou le mal c'est ce qu'on considère comme bien ou mal du point de vue de notre intérêt. Ce qui veut dire si on est engagé dans une lutte contre le fort, on a aucun intérêt à placer ses pieds sur son propre terrain. On a aucun intérêt à rivaliser de force avec lui.
Au contraire on a tout intérêt à monter que son terrain n'est pas légitime. On a intérêt à montrer qu'en recourant à la force, le fort fait quelque chose d'injuste. Quelque chose de condamnable, de répréhensible. Et si on arrive à démontrer qu'en utilisant la force, le fort se rend coupable, et bien on a gagné. On a gagné parce qu'on aura entraîné la réprobation vis-à-vis du fort qui dès lors cesse d'être fort. Le fort isolé cesse d'être fort. Le fort face à la foule des faibles, il est dépassé.

 C'est en sens qu'on peut définir la morale comme la force des faibles parce que c'est la force des faibles coalisées qui parce qu'ils ne sont pas dotés d'une force individuelle, vont chercher à créer la force à titre collectif. Évidemment si les faibles constituent la majorité d'une population, et qu'ils arrivent à s'entendre sur ce qu'ils veulent condamner chez le fort, et bien à ce moment-là, ils deviennent les forts. Ils deviennent les dominants.

Published in Actualités

Index

NOIR versus BLANC

 La Meulanine (habituellement confondue avec la mélanine) est le pigment par excellence de la couleur NOIRE de la peau des premiers êtres humains sur cette belle planète Terre que nous sommes en train de transformer en une véritable "prison-enfer". C'est ce pigment qui les protège des radiations ultraviolets hautement nocives pour la santé. Il leur permet donc de s'adapter à la région tropicale très ensoleillée. Le soleil étant porteur des Ondes infrarouges dont celles à ondes courtes sont nocives pour la santé humaine, tandis que celles à ondes longues lui sont bénéfiques.

Ainsi donc, fondamentalement la vie humaine voit le jour dans le NOIR à ne pas confondre avec l'obscurité.

En cas de décès (perte de la vie, le "Kâ divin s'en va", la "corde d'argent se rompt", etc.), la lividité cadavérique (début de la Blancheur de la peau) apparaît après 72 heures. S'ensuit une série de réactions physico-chimiques aboutissant à la décomposition de la peau et des muscles si le corps est exposé à l'air libre aux bons soins des bactéries aérobies, s'il n'est pas formolisé.

En cas d'hémorragie importante aboutissant à une baisse significative de la volémie, le corps tend à Blanchir.

En cas d'anémie sévère avec un taux d'hémoglobine inférieur à 6g/l de sang, les conjonctives sont décolorées, c'est-à-dire qu'elle deviennent Blanches. Elles le sont parce qu'il n'y a plus de traces de sang dans l'œil.

Ainsi donc, le NOIR symbolise la Vie(ANKH) c'est-à-dire le sang (Énergie). À ne pas confondre avec le sang rouge sombre des veines qui est lié à l'activité du carboxy-hémoglobine(HbCO2) qui assure le transport des déchets et du gaz carbonique (CO2) des organes vers le cœur droit pour qu'il poursuive son cycle de purification par le foie(détoxication) et les poumons (oxygénation) pour se retrouver dans le cœur gauche (riche en O2).

Lorsque les leucodermes que nous qualifions maladroitement de Blancs décèdent, la peau tend à Blanchir plus rapidement que chez le meulanoderme. La peau du leucoderme comporte une très faible proportion de Meulanine. Par conséquent, la lividité cadavérique est plus évidente chez lui.

On vient au monde dans la NOIRCEUR et on s'en va dans la BLANCHEUR.

Le NOIR c'est le soleil levant. Le BLANC c'est le soleil couchant.

La Vie (ANKH) étant cyclique, la Mort(perte d'Énergie) n'est qu'un changement d'état.

Vivre(Noircir) ou Mourir (Blanchir) sont des processus de la Création très bien détaillés dans la Cosmogonie d'Iounou(Cosmogonie des Mba-tù) où il est expliqué que la Vie "surgit" dans le NOUN, c'est-à-dire "L'Incrée qui crée Tout sans perdre une seule de ses Facultés".

Depuis la Nubie en passant par l'Égypte ancienne jusqu'en Afrique Noire impériale, on célébrait la Vie(ANKH) par le tissu NOIR et en s'habillant en NOIR. Pour accompagner le défunt dans sa "dernière demeure sur terre", on arborait le tissu BLANC en signe de "dévitalisation".

Dans ma tendre enfance, sur la couverture du livre de catéchèse, le "diable" était représenté en couleur NOIRE avec une longue queue comme le serpent, tandis que la BLANCHE était réservée aux "anges" et ils portaient des ailes comme la colombe.

Published in Actualités

Index

NOIR versus BLANC

 La Meulanine (habituellement confondue avec la mélanine) est le pigment par excellence de la couleur NOIRE de la peau des premiers êtres humains sur cette belle planète Terre que nous sommes en train de transformer en une véritable "prison-enfer". C'est ce pigment qui les protège des radiations ultraviolets hautement nocives pour la santé. Il leur permet donc de s'adapter à la région tropicale très ensoleillée. Le soleil étant porteur des Ondes infrarouges dont celles à ondes courtes sont nocives pour la santé humaine, tandis que celles à ondes longues lui sont bénéfiques.

Ainsi donc, fondamentalement la vie humaine voit le jour dans le NOIR à ne pas confondre avec l'obscurité.

En cas de décès (perte de la vie, le "Kâ divin s'en va", la "corde d'argent se rompt", etc.), la lividité cadavérique (début de la Blancheur de la peau) apparaît après 72 heures. S'ensuit une série de réactions physico-chimiques aboutissant à la décomposition de la peau et des muscles si le corps est exposé à l'air libre aux bons soins des bactéries aérobies, s'il n'est pas formolisé.

En cas d'hémorragie importante aboutissant à une baisse significative de la volémie, le corps tend à Blanchir.

En cas d'anémie sévère avec un taux d'hémoglobine inférieur à 6g/l de sang, les conjonctives sont décolorées, c'est-à-dire qu'elle deviennent Blanches. Elles le sont parce qu'il n'y a plus de traces de sang dans l'œil.

Ainsi donc, le NOIR symbolise la Vie(ANKH) c'est-à-dire le sang (Énergie). À ne pas confondre avec le sang rouge sombre des veines qui est lié à l'activité du carboxy-hémoglobine(HbCO2) qui assure le transport des déchets et du gaz carbonique (CO2) des organes vers le cœur droit pour qu'il poursuive son cycle de purification par le foie(détoxication) et les poumons (oxygénation) pour se retrouver dans le cœur gauche (riche en O2).

Lorsque les leucodermes que nous qualifions maladroitement de Blancs décèdent, la peau tend à Blanchir plus rapidement que chez le meulanoderme. La peau du leucoderme comporte une très faible proportion de Meulanine. Par conséquent, la lividité cadavérique est plus évidente chez lui.

On vient au monde dans la NOIRCEUR et on s'en va dans la BLANCHEUR.

Le NOIR c'est le soleil levant. Le BLANC c'est le soleil couchant.

La Vie (ANKH) étant cyclique, la Mort(perte d'Énergie) n'est qu'un changement d'état.

Vivre(Noircir) ou Mourir (Blanchir) sont des processus de la Création très bien détaillés dans la Cosmogonie d'Iounou(Cosmogonie des Mba-tù) où il est expliqué que la Vie "surgit" dans le NOUN, c'est-à-dire "L'Incrée qui crée Tout sans perdre une seule de ses Facultés".

Depuis la Nubie en passant par l'Égypte ancienne jusqu'en Afrique Noire impériale, on célébrait la Vie(ANKH) par le tissu NOIR et en s'habillant en NOIR. Pour accompagner le défunt dans sa "dernière demeure sur terre", on arborait le tissu BLANC en signe de "dévitalisation".

Dans ma tendre enfance, sur la couverture du livre de catéchèse, le "diable" était représenté en couleur NOIRE avec une longue queue comme le serpent, tandis que la BLANCHE était réservée aux "anges" et ils portaient des ailes comme la colombe.

Published in Actualités

ARCHEOLOGIE Ces pierres auraient été taillées entre 200 et 1.000 ans avant Jésus-Christ

20 Minutes avec agences/ Publié le 21/10/20 à 16h05 — Mis à jour le 21/10/20 à 16h05

Les douanes américaines ont annoncé ce mardi avoir saisi à l'aéroport de Miami d'anciennes pierres sculptées en provenance du Cameroun, connues sous le nom de monolithes d'Ikom. Elles sont arrivées aux Etats-Unis en utilisant de faux documents.

ALOK IKOM STONE MONOLITHS Akwasnshi/Atal as the monolith is called among the Ejagham people of the Cross River State is distributed among over" thirty communities. In each community, the stones are found in circles, sometimes perfect circles, facing each other standing erect,

Selon des experts, ces pierres ont été taillées entre 200 et 1.000 ans avant Jésus-Christ, a déclaré dans un communiqué le service des douanes et de la protection des frontières des Etats-Unis (CBP). Les douanes n'ont pas indiqué combien de ces pierres, véritable trésor archéologique, avaient été saisies.

Ces pierres sont uniques au monde

Les autorités ont précisé qu'elles seraient « rapatriées » au Cameroun. Les monolithes d'Ikom proviennent d'une région proche de la ville du même nom, dans le sud du Nigeria, frontalier du Cameroun. Selon l'Unesco, ces monolithes en pierre volcanique gravée comportent « une forme d'écriture et un système complexe d'informations codifiées » et « chaque pierre, comme une empreinte digitale, est unique ». Cette saisie est « le dernier exemple » des efforts réalisés afin de « mettre en œuvre les lois internationales sur le rapatriement des objets anciens », s'est félicité Robert Del Toro, responsable des douanes à l'aéroport international de Miami.

Published in Actualités

ARCHEOLOGIE Ces pierres auraient été taillées entre 200 et 1.000 ans avant Jésus-Christ

20 Minutes avec agences/ Publié le 21/10/20 à 16h05 — Mis à jour le 21/10/20 à 16h05

Les douanes américaines ont annoncé ce mardi avoir saisi à l'aéroport de Miami d'anciennes pierres sculptées en provenance du Cameroun, connues sous le nom de monolithes d'Ikom. Elles sont arrivées aux Etats-Unis en utilisant de faux documents.

ALOK IKOM STONE MONOLITHS Akwasnshi/Atal as the monolith is called among the Ejagham people of the Cross River State is distributed among over" thirty communities. In each community, the stones are found in circles, sometimes perfect circles, facing each other standing erect,

Selon des experts, ces pierres ont été taillées entre 200 et 1.000 ans avant Jésus-Christ, a déclaré dans un communiqué le service des douanes et de la protection des frontières des Etats-Unis (CBP). Les douanes n'ont pas indiqué combien de ces pierres, véritable trésor archéologique, avaient été saisies.

Ces pierres sont uniques au monde

Les autorités ont précisé qu'elles seraient « rapatriées » au Cameroun. Les monolithes d'Ikom proviennent d'une région proche de la ville du même nom, dans le sud du Nigeria, frontalier du Cameroun. Selon l'Unesco, ces monolithes en pierre volcanique gravée comportent « une forme d'écriture et un système complexe d'informations codifiées » et « chaque pierre, comme une empreinte digitale, est unique ». Cette saisie est « le dernier exemple » des efforts réalisés afin de « mettre en œuvre les lois internationales sur le rapatriement des objets anciens », s'est félicité Robert Del Toro, responsable des douanes à l'aéroport international de Miami.

Published in Actualités

Index

Par Andre Vltchek pour Counter Punch le 19 septembre 2017

Il est difficile de calculer le coût du refus obstiné de la population thaïlandaise d'apprendre des langues étrangères. Certaines estimations audacieuses, cependant, calculent que les pertes pourraient être de dizaines de milliards de dollars par an. Et la situation ne s'améliore pas.

Bangkok veut être le centre de l'Asie du Sud-Est et, à de nombreux égards, elle a déjà atteint cet objectif. L'aéroport international de Suvarnabhumi est le deuxième plus achalandé de la région. Presque toutes les agences de presse internationales sont basées ici, et non pas à Jakarta ou à Kuala Lumpur. Plusieurs agences des Nations Unies se trouvent maintenant à Bangkok, ainsi que des centres commerciaux et des centres médicaux privés de premier plan, destinés principalement aux personnes vivant en Birmanie, au Cambodge, au Laos et au Moyen-Orient.

Pendant des années et des décennies, la Thaïlande a été très active dans la promotion de l'imagination de millions de personnes dans le monde entier.

Certains se demandent si elle pourrait vraiment faire mieux que ce qu'elle est déjà en train de faire. Selon Forbes, Bangkok est récemment devenue la ville la plus visitée sur Terre:

"Selon le Global Destination Cities Index de Mastercard, la capitale thaïlandaise a accueilli 21,5 millions de visiteurs pour au moins une nuit en 2016. En comparaison, Londres a accueilli 19,9 millions de visiteurs ayant passé minimum une nuit alors que Paris en comptait 18 millions. The Big Apple (New York) se trouvait encore plus loin dans la liste avec 12,8 millions."

32,59 millions de visiteurs étrangers se sont rendus en Thaïlande en 2016, et leur nombre ne diminue pas.

Les statistiques varient, mais les voyages et le tourisme représentent désormais environ 20% du PIB de la Thaïlande. C'est beaucoup, beaucoup plus que dans les autres pays de la région.

Pour la Thaïlande, c'est une bonne nouvelle, ou du moins en théorie.

Mais malgré son flair cosmopolite, Bangkok reste une société relativement fermée et ségrégée.

Maintenant, il semble y avoir plus de restaurants japonais au centre de Bangkok que de restaurants traditionnels thaïlandais. Cependant, essayez de commander à l'un d'entre eux, par exemple, un thé glacé dans une autre langue que le thaï, et vous serez très surpris. Il y a toutes les chances pour que le personnel ne parle aucune langue étrangère.

Et cela devient beaucoup plus sérieux que cela: les gens qui travaillent dans les banques pour satisfaire les clients étrangers, du moins théoriquement, ne parlent guère que le thaï. Même la "police du tourisme" ne comprend pas ce dont vous parlez lorsque vous essayez de signaler un crime.

L'autre jour, à Bangkok, j'ai essayé de récupérer un paiement substantiel auprès d'un magazine étranger qui, pour une raison quelconque, utilisait Western Union pour transférer des fonds. Western Union en Thaïlande est associé à la grande banque Krungsri. Dans l'une de ses succursales, j'ai passé une heure et demie humiliante à essayer de réaliser une transaction simple qui prendrait normalement 2 minutes ailleurs, même à Beyrouth ou à Nairobi. L'incompétence du personnel était masquée par des expressions faciales malveillantes et une impolitesse flagrante (en utilisant les normes asiatiques et non occidentales). De plus en plus de nouvelles "informations supplémentaires" étaient demandées au fur et à mesure de manière sadique, en montrant certains imprimés déroutants. Il n'y avait pas une personne sur six qui ne parlait autre chose que le thaï.

De manière générale, beaucoup de Thaïlandais estiment que le fait de tirer un revenu décent des touristes et des expatriés étrangers est leur droit inhérent. La perception est qu'aucun niveau élevé de connaissances, de maîtrise de la langue ou de prestation de services de qualité n'est requis de leur part.

Une fois mon interprète local m'a dit:

"Tout le monde veut venir en Thaïlande, tout le monde aime ce pays, alors ils doivent accepter les choses comme elles sont dans le Royaume."

Index

Par Andre Vltchek pour Counter Punch le 19 septembre 2017

Il est difficile de calculer le coût du refus obstiné de la population thaïlandaise d'apprendre des langues étrangères. Certaines estimations audacieuses, cependant, calculent que les pertes pourraient être de dizaines de milliards de dollars par an. Et la situation ne s'améliore pas.

Bangkok veut être le centre de l'Asie du Sud-Est et, à de nombreux égards, elle a déjà atteint cet objectif. L'aéroport international de Suvarnabhumi est le deuxième plus achalandé de la région. Presque toutes les agences de presse internationales sont basées ici, et non pas à Jakarta ou à Kuala Lumpur. Plusieurs agences des Nations Unies se trouvent maintenant à Bangkok, ainsi que des centres commerciaux et des centres médicaux privés de premier plan, destinés principalement aux personnes vivant en Birmanie, au Cambodge, au Laos et au Moyen-Orient.

Pendant des années et des décennies, la Thaïlande a été très active dans la promotion de l'imagination de millions de personnes dans le monde entier.

Certains se demandent si elle pourrait vraiment faire mieux que ce qu'elle est déjà en train de faire. Selon Forbes, Bangkok est récemment devenue la ville la plus visitée sur Terre:

"Selon le Global Destination Cities Index de Mastercard, la capitale thaïlandaise a accueilli 21,5 millions de visiteurs pour au moins une nuit en 2016. En comparaison, Londres a accueilli 19,9 millions de visiteurs ayant passé minimum une nuit alors que Paris en comptait 18 millions. The Big Apple (New York) se trouvait encore plus loin dans la liste avec 12,8 millions."

32,59 millions de visiteurs étrangers se sont rendus en Thaïlande en 2016, et leur nombre ne diminue pas.

Les statistiques varient, mais les voyages et le tourisme représentent désormais environ 20% du PIB de la Thaïlande. C'est beaucoup, beaucoup plus que dans les autres pays de la région.

Pour la Thaïlande, c'est une bonne nouvelle, ou du moins en théorie.

Mais malgré son flair cosmopolite, Bangkok reste une société relativement fermée et ségrégée.

Maintenant, il semble y avoir plus de restaurants japonais au centre de Bangkok que de restaurants traditionnels thaïlandais. Cependant, essayez de commander à l'un d'entre eux, par exemple, un thé glacé dans une autre langue que le thaï, et vous serez très surpris. Il y a toutes les chances pour que le personnel ne parle aucune langue étrangère.

Et cela devient beaucoup plus sérieux que cela: les gens qui travaillent dans les banques pour satisfaire les clients étrangers, du moins théoriquement, ne parlent guère que le thaï. Même la "police du tourisme" ne comprend pas ce dont vous parlez lorsque vous essayez de signaler un crime.

L'autre jour, à Bangkok, j'ai essayé de récupérer un paiement substantiel auprès d'un magazine étranger qui, pour une raison quelconque, utilisait Western Union pour transférer des fonds. Western Union en Thaïlande est associé à la grande banque Krungsri. Dans l'une de ses succursales, j'ai passé une heure et demie humiliante à essayer de réaliser une transaction simple qui prendrait normalement 2 minutes ailleurs, même à Beyrouth ou à Nairobi. L'incompétence du personnel était masquée par des expressions faciales malveillantes et une impolitesse flagrante (en utilisant les normes asiatiques et non occidentales). De plus en plus de nouvelles "informations supplémentaires" étaient demandées au fur et à mesure de manière sadique, en montrant certains imprimés déroutants. Il n'y avait pas une personne sur six qui ne parlait autre chose que le thaï.

De manière générale, beaucoup de Thaïlandais estiment que le fait de tirer un revenu décent des touristes et des expatriés étrangers est leur droit inhérent. La perception est qu'aucun niveau élevé de connaissances, de maîtrise de la langue ou de prestation de services de qualité n'est requis de leur part.

Une fois mon interprète local m'a dit:

"Tout le monde veut venir en Thaïlande, tout le monde aime ce pays, alors ils doivent accepter les choses comme elles sont dans le Royaume."

Page 1 sur 3
Top