vendredi, 11 décembre 2020 15:57

Les plaquettes anti-cancer pour téléphones portables, Smartphones et tablettes

Written by
Rate this item
(0 votes)

Description du produit

 Prix: 25 € (15 000 f cfa)/ paire

Contact pour achat:

-Courriel: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 -Tél.(+237)655 18 64 53 (Whatsapp)

NB: Acheter nos dispositifs électromagnétiques, c'est soutenir les activités de l'Institut Per-aâ n Imhotep, Québec, Canada en collaboration avec la Clinique Per-ANKH en Imhotep, Yaoundé, Cameroun, Afrique centrale. Merci d'avance pour votre collaboration.


 Indications thérapeutiques et mode d'emploi des plaquettes anti-cancers

Protection contre les cancers radio-induits et la pollution électromagnétique.

Ouvrez le couvercle arrière de votre téléphone cellulaire, placez deux plaquettes électromagnétiques fabriquées par l'Institut Per-aâ n Imhotep sur la batterie du téléphone tel qu'indiqué plus haut. Refermez soigneusement le couvercle. Dès lors, vous êtes protégés de la pollution électromagnétique à l'origine de certains cancers radio-induits et des maladies des ondes(électro-sensibilité, fibromyalgie, insomnie, migraines, baisse de la libido, etc.

Effets effrayants des ondes de téléphone portable sur les fourmis:

 


 http://www.youtube.com/watch?v=JvGZq9j3b48

 


 http://www.youtube.com/watch?v=QUsOR8v-01U


   La nocivité des ondes wifi remise en question par des étudiantes Danoises

Un groupe de 5 jeunes lycéennes Danoises de l'école de Hjallerup ont mené une expérience sur des graines de cresson. Ces étudiantes avaient pour objectif de déterminer si oui ou non, les ondes wifi influençaient le développement de certains végétaux. Les résultats sont effarants.

Pendant 12 jours, les étudiantes Danoises ont étudiés deux semences de cresson. La première exposée aux ondes wifi, la deuxième isolée de toute radiation. Résultat : les graines exposées n'ont presque pas germé et quelques-unes ont même muté, alors que celles situées dans la chambre sans radiation ce sont développées sans problème (comme le montrent les deux photos ci-dessous).

Les jeunes scientifiques avaient sérieusement préparé leur expérience en répartissant leurs graines sur 12 assiettes, pour ensuite les déposer dans deux chambres distinctes, la première a été exposée aux ondes d'un routeur wifi de la norme IEEE 802.11g, la seconde non.

Les mêmes conditions d'éclairage et d'arrosage ont été orchestrées sur les différentes semences. L'idée de cette expérience leur est venue des difficultés rencontrées à se concentrer pendant les cours. L'une d'elles raconte :

« nous pensions que les problèmes de concentration à l'école et parfois d'insomnie venaient du fait que nous dormions avec nos téléphones portables à côté de notre tête ». De ce constat, elles ont imaginé une expérience facilement réalisable montrant l'effet des ondes.

Elle ajoute :

« c'est vraiment effrayant d'observer un effet aussi flagrant et nous avons été vraiment frappées par de tels résultats. »

Cette expérience simple et ingénieuse a tout de suite attiré l'attention des spécialistes en ondes électromagnétiques. De très sérieux chercheurs du Royaume-Uni, de Suède et des Pays-Bas ont montré un intérêt pour le projet. Certains ont décidé de reproduire l'expérience dans leurs laboratoires scientifiques. 

 Le professeur Olle Johansson de l'Institut Karolinska de Stockholm commente :

« dans les limites de leurs compétences, les filles ont mis sur pied et documenté un travail d'une grande élégance. La richesse de détails et de précisions est exemplaire, le choix du cresson est très intelligent, et je pourrais continuer mes éloges.»


Au final, les étudiantes ont reçu le prix du concours « Jeunes Chercheurs ». Fort des conclusions tirées de leur expérience, elles ont décidé de poser leurs téléphones à l'extérieur de leurs chambres et d'éteindre leurs ordinateurs systématiquement avant de se coucher. Pendant ce temps-là, un peu partout dans le monde le wifi se démocratise en devenant de plus en plus commun, puissant et rapide. Dernièrement, le Coréen Samsung vient de battre un record de vitesse pour un réseau wifi en obtenant une liaison avec un débit de 40 Go/s. Une telle vitesse équivaut à une bande passante capable de transférer 10 films HD en une seconde. De tels débits pourraient arriver dans quelques années avec la norme 5G.

Source du site d'information danois DR1 : 1ère chaine d'information TV public au Danemark:

http://www.dr.dk/Nyheder/Indland/2013/05/16/131324.htm

 - See more at:

http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/7345/nocivite-des-ondes-wifi-remise-en-question-des-etudiantes-danoises#sthash.TUEQTdWd.dpuf

 Pollution électromagnétique: les cas d'électro-hypersensibilité en hausse

Les nombreux effets biologiques importants mis en évidence dans les études de risques accrus sont les cancers, les maladies neuro-dégénératives, les déficiences de la fécondité, de la fonction immunitaire et la fonction neurologique (cognition, comportement, performances, l'état d'humeur, perturbations du sommeil, un risque accru pour la sécurité routière, etc...).

Encore rarissime il y a 15 ans, l'électro-hypersensibilité se développe depuis l'arrivée des antennes de téléphonie. Cette maladie, reconnue par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), mais pas par le monde médical, se caractérise par divers symptômes, dont des troubles du sommeil, des sensations d'échauffement, des céphalées. "Nous sommes tous électrosensibles, c'est-à-dire que notre organisme déclenche des réponses face à un champ électromagnétique d'intensité normale.

Les personnes électrohypersensibles sont intolérantes aux champs électromagnétiques d'intensité très faible dans un premier temps, puis à toutes les longueurs d'onde, jusqu'à la lumière artificielle et à celle du soleil. Cette intolérance peut avoir une origine génétique ou être acquise, notamment chez les porteurs de prothèses dentaires métalliques. Les alliages mercuriels se comportent comme une antenne et augmentent artificiellement l'intensité de l'exposition", explique le Pr Dominique Belpomme, directeur exécutif de l'Institut européen de recherche sur le cancer et l'environnement (Eceri) et président de l'Association pour la recherche thérapeutique anticancéreuse (Artac).

Malgré les traitements efficaces, la protection reste nécessaire

"L'affection se diagnostique au moyen de tests biologiques et d'un examen par écho-doppler cérébral qui met en évidence un flux sanguin diminué dans certaines régions du cerveau, et donc une baisse de l'oxygénation, avec pour conséquence la mort de certaines cellules. Si les neurones sont atteints, cela peut induire une maladie d'Alzheimer précoce", poursuit le professeur. Les traitements actuels consistent en une vitaminothérapie intensive, en la prescription d'anti-inflammatoires pour revasculariser le cerveau, d'antioxydants et d'antihistaminiques. Sept fois sur dix, les maux de tête et les troubles cognitifs régressent. "Cependant, l'électro-hypersensibilité persiste, ce qui justifie la nécessité d'ajouter à ce traitement des mesures de protection", conclut le Pr Belpomme.

Isabelle Coune

Titre original du Particulier Pratique N°398: Equipement de la maison - Se protéger des champs électromagnétiques.

Les maladies des ondes - Comment s'en préserver

« Fibromyalgie, fatigue chronique, maux de tête, cervicalgie, douleurs multiples, problèmes de concentration, vertiges, troubles du sommeil, sensation d'oppression, troubles du rythme cardiaque, troubles neurodégénératifs, dépressions, maladies orphelines... Ces maladies, de plus en plus fréquentes, gâchent la vie de centaines de milliers de nos concitoyens.

1 800 publications scientifiques mettent en évidence l'effet des ondes électromagnétiques sur l'être humain et le monde animal. Il ne fait plus aucun doute aujourd'hui que le « smog » électromagnétique dont nous sommes enveloppés, comme l'effet photonique des matières que nous portons (prothèses, vêtements, etc.), ont une lourde responsabilité dans un grand nombre de ces troubles de santé.

Le fonctionnement de tout organisme vivant est électrique et magnétique et interagit nécessairement avec son environnement. L'onde commande à la particule, et par voie de conséquence à la chimie. Gérard Dieuzaide identifie, dans cet ouvrage à la fois pratique et très documenté, les différentes sources de perturbations électromagnétiques, leurs conséquences sur notre santé, et propose des solutions concrètes pour s'en protéger efficacement. »
Biographie de l'auteur

Le Docteur Gérard Dieuzaide est chirurgien-dentiste, diplômé universitaire d'implantologie et de posturologie, membre fondateur de l'Institut européen de posturologie. Conférencier et formateur, il est l'auteur de Libérez-vous de ces matières parasites aux éditions Trédaniel, et de deux ouvrages, "Les Maladies des ondes", « Et si ça venait des dents ? » aux éditions Dangles.

NB: Pour avoir d'ample informations sur l'électrosensibilité, consultez le site Web suivant:  https://electrosensible.solutions/


  Un panel de scientifiques lance une alerte santé concernant les risques des champs électromagnétiques artificiels : le consensus, les justifications et les recommandations

Fragopoulou A, Grigoriev Y, Johansson O, Margaritis LH, Morgan L, Richter E, Sage C. University of Athens, Athens, Greece

Résumé

En Novembre 2009, un comité scientifique s'est réuni à Seletun en Norvège, pour trois jours d'intenses discussions concernant les preuves scientifiques existantes et les implications sur la santé publique de l'exposition mondiale sans précédent aux champs électromagnétiques artificiels (CEM), l'exposition aux champs électromagnétiques (statique jusqu'à 300 GHz) résultant de l'utilisation de l'énergie électrique et des technologies de télécommunications sans fil pour la voix et la transmission de données, de l'énergie des systèmes de sécurité, de l'usage militaire et des radars de la météo et aéronautiques.

Le groupe scientifique reconnaît que le corps actualisé de la preuve sur les champs électromagnétiques exige une nouvelle approche à la protection de la santé publique, notamment par rapport à la croissance et au développement du fœtus et des enfants. Le comité plaide en faveur d'une forte action préventive fondée sur les bases biologiques une nouvelle évaluation des normes d'exposition du public est d'urgence nécessaire pour protéger la santé publique à travers le monde. PMID: 21268443 [PubMed - in process]

Les 10 points clés de l'ALERTE mondiale :

1. La population mondiale est en péril :

La preuve scientifique démontre que la population mondiale n'est pas suffisamment protégée contre les Champs ÉlectroMagnétiques (CEM) artificiels des communications et technologies émergentes des transmissions de données qui sont nouvellement déployées à travers le monde et qui affectent la santé de milliards de personnes;

2. Les populations sensibles sont actuellement vulnérables.

Les populations sensibles (par exemple, les personnes âgées, les malades, les génétiquement et / ou immunologiquement déficients), les enfants et les fœtus peuvent en outre être vulnérables aux risques pour la santé; leurs expositions sont en grandes parties involontaires et ils sont moins protégés par les normes de sécurité publique. Le nombre peut s'élever à 40-50% de la population;

3. Les actions des gouvernements sont maintenant fondées, elles peuvent s'appuyer sur le constat de sérieuses perturbations dans les systèmes biologiques.

A Seletun le groupe de scientifiques exhorte les gouvernements à adopter une déclaration explicite stipulant que « les normes pour juger et agir sur les preuves scientifiques sont fondées sur les principes publics de planification prudents de santé plutôt que sur la certitude scientifique de l'effet (la preuve de causalité) ». Cette action est justifiée sur la base, des preuves scientifiques même limitées ou sur une suffisance de la preuve - plutôt que d'une preuve scientifique concluante (lien de causalité ou de certitude scientifique) où la conséquence de l'inaction à court terme peut provoquer l'irréparable sur la santé publique et un préjudice presque certain sur les populations potentiellement à risques et où il existe des alternatives similaires sans risque, ou lorsque les expositions sont en grandes parties involontaires;

4. Le fardeau de la preuve pour la sécurité des sources émettrices de l'irradiation par les opérateurs et autres intervenants par rapport aux consommateurs.

Le groupe scientifique exhorte les gouvernements à rendre explicite que le fardeau de la preuve de la sécurité repose sur les opérateurs et autres intervenants de la technologie de production de CEM artificiels et non pas aux utilisateurs consommateurs.

5. L'exposition aux champs électromagnétiques devrait être réduite préventivement tant que de la compréhension complète des mécanismes d'interaction sur le métabolisme humain n'est pas acquise.

L'exposition aux champs électromagnétiques artificiels devrait être réduite dès maintenant plutôt que d'attendre des preuves ou la compréhension des mécanismes de dommage avant d'agir. Cette recommandation est conforme aux principes traditionnels de la santé publique, et se justifie dès à présent sur la base des abondantes données des preuves que les effets biologiques et les effets néfastes sur la santé se produisent à des niveaux d'exposition de plusieurs ordres de grandeurs inférieures aux normes actuelles de sécurité publique dans le monde;

6. Mesurer et accepter que le DAS (Débit d'Absorption Spécifique) censé protéger des risques est inadéquat et égare le consommateur sur la sécurité des risques.

Le DAS n'est pas une approche adéquate pour prédire les nombreux effets biologiques importants mis en évidence dans les études de risques accrus de cancers, maladies, neuro-dégénératives, les déficiences de la fécondité, de la fonction immunitaire et la fonction neurologique (cognition, comportement, performances, l'état d'humeur, perturbations du sommeil, un risque accru pour la sécurité routière, etc...);

7. Une base de données internationales s'impose pour suivre les tendances temporelles des maladies afin de corréler les pathologies issues des expositions aux irradiations.

Le groupe scientifique recommande la création d'un registre international pour suivre les tendances temporelles de l'incidence et de la mortalité pour les cancers et les maladies neurologiques et immunitaires. Ainsi qu'un suivi des effets des champs électromagnétiques sur les enfants et les populations vulnérables comme Les EHS ceci est une grande priorité. Il devrait y avoir un libre accès à cette information;


 8. Obligation d'études préventives d'impacts sur la santé et la sécurité humaine avant le déploiement de toutes technologies émettant des irradiations.

(Ndlr France exemple : la faute inexcusable d'ERDF concernant l'installation de masse des Compteurs Mouchards Linky). Il est absolument nécessaire avant la pré-commercialisation de réaliser toutes les évaluations des risques issues des nouvelles émissions d'irradiations afin d'avoir des preuves convaincantes que les produits ne causent pas de dommages pour la santé avant la commercialisation ou l'installation de masse;

9. Parité nécessaire pour les normes d'expositions professionnelles.

Le Groupe décourage l'utilisation de la clémente des normes de sécurité publique pour les travailleurs, par rapport à la population en général. Les limites de sécurité distinctes ne sont pas éthiquement acceptables. Les travailleurs incluent les femmes en âge de procréer et les hommes qui souhaitent préserver leur fertilité;

10. Reconnaissance des déficiences fonctionnelles des personnes connues sous la désignation d'Électro Hyper Sensibilité (EHS).

Le Comité recommande fortement que les personnes présentant des symptômes Électro Hyper Sensibilité (EHS) puissent être classées en déficiences fonctionnelles, plutôt qu'en pathologie dite «idiopathique» environnementale ou en une autre catégorie distincte. L'acceptation de cette terminologie prouvant la responsabilité de la cause environnementale liée à l'EHS. Les gouvernements sont encouragés à prendre des directives afin d'améliorer le cadre de vie des EHS et apporter une réponse sociale aux besoins de cette nouvelle population hautement sensible de la société.

Le coltan (colombite-tantalite)

Minerai de couleur noire ou brun-rouge dont on extrait le niobium (d'abord appelé colombium) et le tantale. Il est formé par l'association de deux minéraux, la colombite (ou columbite) [(Fe, Mn)Nb2O6] et la tantalite [(Fe, Mn)(Ta, Nb)2O6], en proportion variable. La colombite a été découverte en Nouvelle-Angleterre (États-Unis). Le coltan se trouve en quantités commerciales en Afrique centrale, notamment en République démocratique du Congo dans la région du Kivu qui détient entre 60 et 80 % des réserves mondiales, ainsi qu'en Australie, au Brésil, au Canada, en Espagne, dans la région de l'Orénoque au Venezuela et en Chine.

Le coltan est une source importante pour la production du tantale et, plus accessoirement, du niobium. Le tantale est très prisé pour sa grande résistance à la corrosion. Considéré comme un métal stratégique, il est surtout utilisé dans la fabrication de condensateurs pour les équipements électroniques mais entre également dans la composition d'alliages de cobalt et de nickel dans l'aéronautique et particulièrement la fabrication des réacteurs. On l'utilise aussi comme revêtement dans les échangeurs de chaleur et dans des alliages pour les outils de coupe ou de tournage.

Le tantale préparé à partir du coltan est indispensable à la fabrication de composants électroniques, notamment condensateurs et filtres à onde de surface, utilisés en particulier dans les téléphones mobiles. Le secteur de l'électronique utiliserait ainsi 60 % à 80 % du marché du tantale1. En 2000, une pénurie mondiale et une hausse des prix du tantale auraient empêché la fabrication de la PlayStation 2 de Sony en quantité suffisante2.

 


Toutefois, son utilisation ne se limite pas qu'à cela. Il est également retrouvé dans les missiles, fusées ou encore les avions. On l'utilise dans la composition d'alliages de cobalt et de nickel dans l'aéronautique et la fabrication des réacteurs.

Utilisations

En 2008, plus de 70 % du tantale produit dans le monde était utilisé sous forme de poudre métallique dans la fabrication de composants électroniques, notamment des condensateurs. Le tantale est aussi utilisé comme additif dans des superalliages (pour l'aéronautique), dans l'industrie chimique, dans la fabrication d'instruments chirurgicaux et d'implants, dans le domaine de l'optique ou comme filtre pour rayons X.

Le Rwanda est devenu premier exportateur mondial de coltan au prix des massacres des millions de Congolais et de Rwandais

Le Rwanda est devenu entre 2013 et 2014 le premier exportateur mondial de coltan, minerai utilisé pour la fabrication du tantale. Le pays a exporté en 2013, 2 466 025 kg de tantale, soit 28% de la production mondiale. Le Rwanda est devenu entre 2013 et 2014 le premier exportateur mondial de coltan. Selon les données de la Banque Nationale Rwandaise (BNR), le pays a enregistré en 2013, 226,2 millions $ de revenus miniers, 134,5 millions provenant uniquement du coltan.

En 2016, les exportations de cassitérite, wolfram et coltan du pays ont baissé à 86,42 millions $. Cependant, le statut du Rwanda en tant que premier exportateur de coltan n'est pas vu de bon œil par tous, notamment par les voisins congolais. Ces derniers accusent ouvertement le pays de continuer trafic du coltan dans la région de Kivu, s'enrichissant sur le dos de la RD Congo, alors qu'il ne produit lui-même que très peu de coltan. Pour répondre à ces accusations, le Rwanda met en exergue un programme de traçabilité des minerais qui indiquerait les provenances de tout son coltan.

La première usine de traitement de coltan en Afrique attendue au Rwanda

En août 2016, AB Minerals a déclaré vouloir construire au Rwanda la première usine africaine de séparation du coltan à échelle industrielle. La société a indiqué que l'usine sera opérationnelle à la mi-2017 et qu'elle apportera des opportunités d'industrialisation nécessaires à la région. «Il y a un besoin urgent d'accroître l'industrialisation du secteur minier en Afrique, et la meilleure façon d'y parvenir est d'améliorer le niveau de compétence en matière de transfert de technologie des acteurs du secteur», a commenté le PDG, Frank Balestra. Depuis, aucune information majeure n'a été publiée par la compagnie concernant l'avancée du projet qui devrait avoir une capacité de production annuelle de 1080 tonnes.

Une solution écologique de traitement du coltan pour l'Afrique

Toutefois, la société fournit sur son site un certain nombre d'informations sur l'état d'avancée de sa solution spécialement conçue pour l'Afrique pour un traitement écologique des minerais porteurs de tantale, dont le coltan. Elle indique ainsi que « la conception de l'usine est modulaire, et ajustable à toutes les capacités », et que « les principaux consommateurs de tantale et de niobium expriment déjà leur intérêt pour ses produits transformés».

En dehors du Rwanda susmentionné, AB Minerals prévoit d'implanter par la suite plusieurs usines en RDC et dans d'autres pays africains producteurs (Ethiopie, Nigéria, Sierra Leone). En dehors du Rwanda susmentionné, AB Minerals prévoit d'implanter par la suite plusieurs usines en RDC et dans d'autres pays africains producteurs (Ethiopie, Nigéria, Sierra Leone), ce qui profiterait à la fois aux mineurs, et aux Etats. En septembre 2017, la compagnie a annoncé qu'elle a obtenu un financement de 40 millions $ pour mettre en œuvre sa solution en Tanzanie, en construisant à Dar es Salaam une usine de traitement de coltan de 3000 tonnes/an. Au delà de la valeur ajoutée et des emplois qu'elle générerait, une filière africaine de transformation du coltan faciliterait, en amont, l'éradication des trafics, des exportations illicites, des exploitations abusives des populations locales et des violences qu'elles subissent depuis plus de 20 ans.


Le « Monde Economique » est un magazine dont l'ambition n'est pas de s'adresser à un grand nombre mais bien à un public ciblé et de qualité. Edité à 6500 exemplaires, ce magazine est exclusivement réservé aux chefs d'entreprise, cadres, décideurs.

Interview de Jacques Surbeck - Directeur de recherche de la Société «S.E.I.C.sa» à Genève.- par Thierry Dime, Directeur de la rédaction - 10/10/2014

Le Monde Economique: L'électro hypersensibilité est une maladie peu connue du grand public. Comment cette pathologie se manifeste-t-elle au quotidien pour les patients ?

Jacques Surbeck: Par un stress cellulaire consistant en céphalées, troubles neurologiques touchant la sensibilité superficielle et profonde, troubles de l'attention et de la concentration; puis une atteinte du système nerveux central qui se manifeste par la survenue d'une triade symptomatique consistant en insomnie, fatigue et dépression. (*Professeur D. Belpomme)

Le Monde Economique: Bien que les symptômes de l'électro hypersensibilité soient reconnus par l'Organisation mondiale de la santé, nombreux sont les professionnels de santé qui doutent de la réalité de cette pathologie. Comment expliquez-vous cela ?

Jacques Surbeck: Par une désinformation soigneusement orchestrée et financée par crainte des conséquences juridiques et financières qu'engendrerait la reconnaissance officielle de ces nuisances dont les assureurs excluent la couverture de leurs polices RC. En Suède, le Professeur S. Hansson Mild, (de l'Université de Gotteborg) a publié une étude montrant une augmentation de 300% des cancers du cerveau chez les utilisateurs à long terme des téléphones portables et sans fil au cours des 5 dernières années. (Journal International d'oncologie, vol.22) Alors que la Cour suprême d'Italie a reconnu l''origine causale des ondes dans le déclenchement d'un tel-cancer, ouvrant la porte à une jurisprudence dans les pays de la CE. C'est pourquoi, en Israël, un opérateur de téléphonie mobile a « acheté » pour l'équivalent de 100.000.- francs suisses le retrait d'une plainte déposée à son encontre par une victime des ondes..)

Le Monde Economique: Vous êtes l'inventeur d'un système de protection qui permet de se protéger contre les effets nocifs des ondes électromagnétiques. En quoi consiste-t-il ?

Jacques Surbeck: En éléments de résonance-à-contre-phase qui restituent à ces ondes une bio-compatibilité analogue à celle des radiations naturelles, comme cela est démontré par tous les tests réalisés sur « modèles biologiques » (sang de l'utilisateur, élevage d'animaux-témoins, etc..). Ce qui nous a valu les Médailles d'OR décernées par les Jurys Scientifiques Internationaux du Salon Mondial des Inventions de Genève, et du Kuwait Science Club, sis à Kuwait City, et de multiples lettres de remerciements d'EHS qui ont retrouvé une vie normale grâce aux effets protecteurs de nos éléments de résonance-à-contre-phase qui les protègent maintenant.

Le Monde Economique: Pour le moment l'électro hypersensibilité est une pathologie qui concerne une faible partie de la population. Pensez-vous que cette maladie va s'étendre dans le futur avec le développement des réseaux sans fil ?

Jacques Surbeck: En Europe Occidentale, 4% de la population est EHS-sévère. Avec une augmentation de 20% par an, il faut s'attendre à atteindre 20% d'EHS (Electro-Hyper-Sensibles) dans les 10 prochaines années, si rien n'est fait pour enrayer cette progression quasi inéluctable.. En Corée su Sud (le pays le plus équipé en ce domaine) une publication gouvernementale, confirmée par des scientifiques allemands fait d'ores et déjà état de 160.000 ados atteints de démence numérique... Selon une étude scientifique de Corée du Sud analysée par le MEDICAL DAILY cet excès d'utilisation des nouvelles technologies conduit au développement d'un cerveau asymétrique. Un cerveau droit sous-développé sur le long terme peut conduire à l'apparition précoce de la démence.

Le Monde Economique: Aujourd'hui les citoyens sont de plus en plus soucieux de leur santé et de leur qualité de vie. Selon vous, une évolution de la législation sera-t-elle nécessaire pour mieux protéger certaines zones résidentielles contre la nocivité d'ondes électromagnétiques ?

Jacques Surbeck: Nul ne peut s'opposer à une technologie utilisée par les 2/3 des habitants de notre planète, et il serait irresponsable d'exposer les fabricants, comme les opérateurs, aux conséquences juridiques et financières qu'entraînerait la reconnaissance officielle de ces nuisances. De fait, il est nécessaire de créer un « moratoire » faisant état d'une « certaine incertitude » mais préconisant la généralisation de nos éléments de protection, (ou analogues-à-efficacité aussi-formellement-reconnue) à partir d'une date déterminée, mais avec une clause interdisant les procès rétroactifs pour la période (dite d'incertitudes) antérieure à cette date. C'est la seule possibilité de lever l'épée de Damoclès qui impose aux industriels & opérateurs de maintenir une politique de négation du problème pour des raisons de survie économique mais au dépens de la santé, voire de la vie des utilisateurs.

Au siècle dernier, les Rayons « X » tuaient ou infirmaient praticiens et utilisateurs.. Puis le tablier de plomb fit son apparition, protégeant les uns et les autres. Il a ainsi permis la généralisation des radiographies et autres techniques, sans avoir à en subir les nuisances... 100 ans plus tard, dans le monde, il n'est pas un cabinet de radiologie non protégé de plomb. C'est dans cet esprit que nous avons développé nos recherches, expérimentations, produits, validations scientifique, et reconnaissances internationales, pour permettre à chacun d'utiliser ces appareils + technologies sans avoir à en subir les nuisances ni les conséquences.

Jacques SURBECK*, Directeur de recherche / S.E.I.C.sa**

(*)Membre-actif de la Commission Internationale de la Santé-au-Travail « C.I.S.T. »

(**) Née en 1969, qualifiée ISO.9001/2008/TÜV-SuissTS : recherche-production)

Médailles d'OR des Jurys Scientifiques Internationaux de Genève & Kuwait

web-sites :

(le généraliste) & " www.telwifi.ch(« commercial suissen, Le Monde Economique s'est démarqué par un contenu de qualité.»


 Histoire de la Bio-Electrographie

("Electrophotosphenes and energography as a proof of existence of the physiological polar Energy")

Tel était le nom du petit livre d'un médecin de Saint-Pétersbourg, Messira Pogorelsky, où il décrivait ses expériences en bio-électrographie, publié en 1893. De nombreuses photographies de la lumière émise par les doigts, les orteils, les oreilles et le nez montrent comment le rayonnement varie lorsque l'état psychique d'une personne est modifié.

Cependant, ce travail était loin d'être le premier. Dans les années 1770, de nombreux chercheurs ont fait des expériences avec l'électricité. Ceux qui expérimentaient ne tiraient aucun usage pratique de l'électricité: il restait plus de 100 ans avant l'invention de l'ampoule électrique par Tomas Edison. La vie passait à la lueur des bougies, les monarchies européennes semblaient éternelles et les études scientifiques étaient réservées à l'aristocratie.

En 1777, un physicien allemand, Georges Lichtenberg, a touché de son doigt une électrode en métal sous tension, recouverte de verre, alors qu'il était en train d'expérimenter sa machine électrique. Soudain, un éclat d'étincelles a volé tout autour. C'était comme magique, bien qu'un peu effrayant. Lichtenberg recula le doigt et répéta l'expérience. Le doigt placé sur l'électrode brillait d'une lumière bleu vif et des étincelles semblables à des ramifications se dispersaient autour.

Lichtenberg, en tant que scientifique universitaire, a ensuite étudié en détail le comportement de cette fluorescence, bien qu'il ait substitué le doigt par un fil de fer. L'effet était le même, ce qui a suggéré par la suite l'idée qu'une certaine énergie existe dans la matière. Les articles de Lichtenberg, magistralement réalisés en allemand, sont toujours cités dans les livres sur la technique GDV. Des recherches ultérieures ont démontré que la fluorescence électrique n'était pas si rarement rencontrée dans la nature.
Au XIXe siècle, les énigmes de l'électricité se dévoilent, et Nicola Tesla demeure l'un des plus grands acteurs. C'est lui qui a inventé le générateur de courant alternatif, qui est à la base de l'électricité domestique aujourd'hui. Cependant, si ce n'était pas lui, quelqu'un d'autre l'aurait peut être fait. Les inventions prennent vie quand un besoin social apparaît pour elles. Alors, différents individus, simultanément et indépendamment, commencent à arriver aux mêmes idées.

Après avoir tiré peu de revenus de ses brevets, Nicola Tesla a commencé ses mystérieuses expériences sur le transfert d'énergie sans fil. Mort dans la misère, il n'a pas abouti ses recherches. Beaucoup d'enthousiastes ont tenté de continuer ses idées, mais n'y est parvenu. Nous nous habituons facilement au progrès technique, nous en récoltons ses fruits avec plaisir, mais est-ce la seule voie possible de développement? À l'apogée de sa carrière, Tesla aimait donner des conférences et impressionner le public, avec une expérience en particulier.

La lumière éteinte dans la pièce, Tesla allumait un générateur de sa propre conception, se tenant sur la plateforme électrode, et son corps s'enveloppait dans la lueur. Ses cheveux se dressaient, alors que des rayons de lumière sortaient de son corps et illuminaient la pièce. L'expérience était très efficace, très peu ont réussi à la répéter: en fait, leur éclat était beaucoup moins important ou complètement absent.
Est-il possible de reproduire les expériences de Tesla et de faire briller le corps humain?


Oui, ça l'est. Mais est-ce nécessaire? Un équipement puissant, qui n'est pas sûr s'il n'est pas manipulé correctement, est nécessaire pour une telle expérience. En outre, plus la lueur électrique est forte, plus une grande quantité d'ozone est générée dans l'air, et une haute concentration d'ozone est loin d'être saine. Alors, où est la similitude dans les expériences de Lichtenberg et de Tesla?

Dans tous ces cas, la décharge de gaz apparaît près de la tige de terre. Une intensité de champ élevée est formée à son extrémité lorsqu'elle est placée dans un champ électrique. Les électrons, qui existent toujours dans l'air ou sont émis par les corps, commencent à accélérer dans ce champ et, après avoir capté la vitesse nécessaire, ionisent les molécules d'air. Ceux- ci, à leur tour, émettent des photons, principalement dans les régions spectrales bleue et ultraviolette. C'est de là que vient l'émission lumineuse.

De plus, du point de vue de la physique, un clou, un arbre, un doigt humain et une personne peuvent être « l'antenne ». Tout dépend de l'échelle. Les générateurs utilisés en bioélectrographie sont d'une faible intensité. Ils utilisent des tensions à haute fréquence et des impulsions courtes. Par conséquent, par les lois de la physiologie, ce courant ne peut pas pénétrer dans l'organisme, car il glisse à la surface de la peau.

Une contribution importante à l'étude de ces photographies a été faite par un talentueux biélorusse, Jacob Narkevich-Yodko, à la fin du XIXe siècle. Il était un propriétaire indépendant et passait le plus clair de son temps sur son domaine au-dessus de la rivière Neman. C'est là qu'il a activement expérimenté l'électricité, l'appliquant dans l'agriculture et la médecine. Un parallèle direct avec la médecine moderne peut être tiré de ses expériences, sur la stimulation des plantes avec un courant électrique, sur l'électrothérapie et le magnétisme.

À la fin du dix-neuvième siècle, alors que les principes de l'électricité ne faisaient qu'émerger et que la principale source de lumière était une lampe au kérosène, les scientifiques et industriels cherchaient à appliquer l'électricité aux différentes domaines de la vie. C'est à cette époque que J. Narkevich-Yodko a développé sa propre technique pour réaliser des électrophotographies. Il a réalisé plus de 1500 photographies de doigts de différentes personnes, de feuilles de plantes, ou de graines.

Dans les années 1890, ces recherches pour le moins futuristes ont attiré l'attention de la communauté scientifique. Les résultats de Narkevich-Yodko ont créé une telle impression qu'en 1893 une conférence sur l'électrographie et l'électrophysiologie a été organisée en son nom à l'Université de Saint-Pétersbourg. La même année, Narkevich-Yodko a visité les pôles scientifiques de l'Europe: Berlin, Vienne, Paris, Prague, Florence, et y a donné des conférences. Ses expériences d'électrographie ont été reconnues comme importantes et devaient connaître un développement ultérieur en Europe.

Suite à cette reconnaissance, J. Narkevich-Yodko a associé le travail scientifique à l'action sociale. Ce dernier a organisé un centre de santé sur son domaine et a reçu des malades de toutes classes avec l'aide de ses méthodes les plus récentes. Pourtant, à sa mort, ses contemporains n'ont pas fait prospérer ses oeuvres.

Tant de méthodes, inventions ou techniques qui ont disparu avec leurs auteurs ! Afin qu'une idée soit reconnue publiquement et à grande échelle, il est nécessaire de l'introduire profondément dans la conscience collective, d'attirer des étudiants, des scientifiques et des compagnons de recherche.

Créer une émulation scientifique est un processus long et onéreux. Il est essentiel de publier des articles, des livres, écrits par différents auteurs et, à juste titre, dans différents pays. Divers chercheurs doivent tester indépendamment une nouvelle idée et s'assurer qu'elle est efficace. Un tel dépassement « d'une barrière potentielle » nécessite généralement plus de dix ans.

Si l'auteur a suffisamment de persistance, d'énergie et d'optimisme pour trouver sa propre voie, l'idée commence à vivre de façon indépendante et parfois, l'intérêt de l'idée suscite l'intérêt de l'auteur. Si non, tant pis. Nous entendons souvent « Nul n'est prophète en son pays », surtout lorsque ce « prophète » pense d'une manière non- standardisée et ne raisonne pas dans le schéma habituel. À peu près au même moment, de l'autre côté du globe au Brésil, des expériences très similaires ont été effectuées par un moine catholique, le padre Landell de Morua.

La vie d'un moine laissait beaucoup de temps libre, après avoir lu des prières et exécuté des rituels. Padre de Morua a inventé une autre technique de photographie de cette lueur électrique, et a commencé à donner des conférences, à écrire aux politiques et à attirer l'attention sur sa création.

L'invention du padre de Morua a suscité beaucoup d'attention, des félicitations, des banquets, mais ne s'est pas beaucoup répandue. Ensuite, le petit prêtre a inventé la radio (pratiquement simultanément avec Popov et Markoni), mais encore une fois, il n'a pas su attirer les foules. Au début du XXe siècle, personne ne se souvenait de cette lueur mystérieuse. Nous avions d'autres problématiques: guerres, révolutions, percées en physique, découverte des antibiotiques et des rayons X – tout le monde était certain que c'était la victoire absolue sur la condition humaine. En 1939, deux Tchèques S. Pratt et J. Schlemmer publient des photographies montrant une curieuse lueur autour des feuilles.


La bioélectrographie est redécouverte. La même année, l'ingénieur électricien russe Semyon Kirlian et son épouse Valentina dévelppent leur propre technique après avoir observé un patient qui recevait un traitement médical depuis un générateur électrique à haute fréquence, l'électrothérapie étant populaire à l'époque. Ils ont remarqué que lorsque les électrodes sont amenées près de la peau du patient, on pouvait observer un lueur similaire à celle observée dans un tube néon.

La photographie Kirlian consistait à placer un film photographique sur une plaque conductrice et à attacher un autre conducteur à la main du sujet, à une feuille un autre élément. Par une courte décharge venant d'une source d'alimentation haute tension à haute fréquence, l'image résultante montrait une silhouette de l'objet, entourée d'une aura de lumière.

Les Kirlian's ont publié les résultats de leurs expériences pour la première fois en 1958 et, en 1961, ils ont rapporté que les caractéristiques des « auras » du bout des doigts variaient non seulement chez différentes personnes, mais étaient également affectées par leur statut émotionnel.

Si un sujet se sentait anxieux ou se trouvait à l'inverse dans un état de relaxation profonde, il y avait un changement correspondant dans la taille et l'intensité de la lueur. Leur travail était pratiquement inconnu en Occident jusqu'en 1970, lorsque deux Américains, Lynn Schroeder et Sheila Ostrander, ont publié leur livre intitulé « Découvertes psychiques derrière le rideau de fer ». L'une des enquêtes les plus approfondies a été menée au Centre des sciences de la santé de l'UCLA, où Moss et Johnson ont pris plus de 10 000 photographies Kirlian « modifiées», dont le bout des doigts de plus de 500 personnes et plus de 1 000 feuilles.

Ils ont rapporté que de nombreux facteurs affectaient les champs énergétiques humains, tels que l'ingestion d'alcool, la pratique d'exercice de yoga et l'hypnose. Ils ont confirmé que les changements étaient les plus accentués lorsqu'ils ressentaient des émotions différentes, et qu'ils différaient souvent lorsque le chercheur et le sujet étaient de sexe différent, par opposition aux expériences de même sexe. Dans les études impliquant quatre « guérisseurs », leurs images étaient susceptibles d'être beaucoup plus grandes et plus brillantes avant la séance de guérison que pendant ou après l'intervention.

En revanche, les « couronnes » de leurs patients ont fortement augmenté par rapport à leur état initial, ce qui suggère un transfert d'énergie réel du guérisseur. Des différences très marquées dans la couronne ont également été observées avant et après un traitement d'acupuncture. La brillance et la clarté de la couronne étaient particulièrement évidentes lorsque les aiguilles étaient insérées dans des points d'acupuncture connus pour être liés aux problèmes particuliers du patient.

Sur la base d'études approfondies, les chercheurs ont conclu que ces modifications ne pouvaient pas être expliquées par des altérations de la résistance cutanée ou des changements de température dus au flux sanguin vasculaire périphérique.

Au XXe siècle, de nombreux chercheurs ont été attirés par la photographie Kirlian, des centaines de livres et d'articles ont été publiés, mais l'acceptation scientifique de la photographie Kirlian demeurait assez limitée car la qualité des équipements utilisés par les premiers chercheurs variait considérablement. Les choses se sont améliorées lorsqu'un groupe multidisciplinaire dirigé par William Eidson, professeur de physique à l'université de Drexel à Philadelphie, a montré qu'il était possible d'imager les paramètres électriques d'un spécimen en temps réel, permettant ainsi de cartographier les champs énergétiques humains et leurs changements rapides.

Ce projet de six ans et ses recherches connexes ont été résumés dans un article publié en 1976 dans la prestigieuse revue Science. L'Union internationale de bioélectrographie (IUMAB) médicale et appliquée a été créée en 1987 afin de standardiser l'équipement, les méthodes de recherche et l'acquisition de données.

Des chercheurs tels que le naturopathe allemand et l'acupuncteur Peter Mandel et Newton Milhomens au Brésil ont développé leur propre façon d'interpréter la photographie Kirlian des doigts et des orteils humains. Peter Mandel a été l'un des premiers à dynamiser certains points d'acupuncture en utilisant différentes lumières colorées pour obtenir la réponse souhaitée.

Toutes ces modalités, ainsi que la stimulation d'acupuncture non-invasive au laser, ont été utilisées et ont connu un certain succès, parfois relatif, chez des milliers de patients au fil des ans. La technologie GDV, nous y venons, (Gas Discharge Visualization) a été développée en Russie en 1995 par l'équipe du professeur Konstantin Korotkov. Le dispositif GDV, commercialisé désormais sous l'appellation Bio-Well, est un système informatisé de pointe qui a remplacé la photographie Kirlian traditionnelle.


En premier lieu, le GDV permet de visualiser et d'analyser en temps réel les changements d'énergie, car les données sont quantifiées et analysées par des logiciels informatiques. Les résultats sont obtenus si rapidement, le GDV permet une analyse « express » non seulement pour le diagnostic, mais aussi pour détecter les anomalies qui nécessitent une investigation plus approfondie.

Plus important encore, étant donné que cette technologie et les protocoles utilisés sont normalisés, les résultats obtenus par différents chercheurs peuvent être comparés à la fiabilité. Les résultats sont interprétés sur la base des connexions énergétiques des doigts avec différents organes et systèmes, via des méridiens utilisés en acupuncture et en médecine traditionnelle chinoise depuis des milliers d'années.

Le dispositif GDV est basé sur la stimulation des émissions de photons et d'électrons provenant d'un objet, lorsque celui-ci est placé dans un champ électromagnétique et soumis à de brèves impulsions électriques. Ce processus est appelé «émission de photo-électrons» et a été soigneusement étudié avec des techniques électroniques de pointe. Les particules émises accélèrent dans le champ électromagnétique, générant des « avalanches » électroniques à la surface de la plaque diélectrique (verre) dans un processus appelé « décharge de gaz glissant».

La décharge provoque un éclat de l'excitation des molécules dans le gaz environnant, l'impulsion stimule les émissions « optoélectroniques » qui sont amplifiées dans la décharge de gaz. La lumière produite par ce processus est enregistrée par une caméra CCD (dispositif à couplage de charge) spécialement développée pour la mesurer : la caméra Bio-well. Elle convertit les données obtenues à partir des doigts des deux mains en une image informatique colorée à l'aide d'un logiciel, une image du champ énergétique humain.

Cette technologie a des implications extraordinaires pour tous les domaines liés à la santé, y compris les thérapies conventionnelles, complémentaires ou alternatives. Une revue complète de ces applications variées de GDV peut être trouvée dans un livre récent coécrit avec le Dr. E. Yakovleva de l'Université médicale de Moscou. Des recherches sur le dispositif GDV sont actuellement en cours dans des universités et des instituts de recherche du monde entier, dans les domaines de la médecine, de la médecine énergétique, de l'entraînement sportif, de la biophysique, de la parapsychologie et d'autres disciplines. GDV a été utilisé dans de nombreux projets de recherche importants qui ont confirmé son utilité, sa fiabilité et

sa valeur. La technologie GDV fournit une méthode pratique et non-intrusive pour évaluer les patients présentant un large éventail de symptômes, et peut également être utilisée pour évaluer les réactions à un traitement, à une méditation, une thérapie ou toute autre intervention.

Source:  https://bio-well.fr/histoire-de-la-bio-electrographie/


  Institut Per-aâ n Imhotep (''Institut Belle et Grande Maison de Celui qui vient en paix'')

Québec, Canada

Ses missions en Afrique: le cas du Cameroun

Considérant que « la négation de l'histoire et des réalisations intellectuelles des peuples africains noirs est le meurtre culturel, mental, qui a déjà précédé et préparé le génocide ici et là dans le monde ». (Cheikh Anta Diop. Civilisation ou barbarie. Éd. Présence Africaine, 1981, p.10);

Considérant qu'on ne peut avoir une jeunesse épanouie, solidaire et compétitive si l'enseignement qu'on lui dispense ne valorise pas ses valeurs historiques et culturelles;

Considérant la dimension culturelle dans l'épanouissement de l'humain ;

Considérant que la Renaissance africaine ne peut se faire sans une rupture épistémologique et paradigmique;
Il est créé l'Institut Per-aâ n Imhotep, ayant pour siège sociale au Québec, Canada. L'institut Per-aâ n Imhotep est constitué en personne morale sans but lucratif.

À des fins purement culturelles, sociales et philanthropiques et sans intention de gain pécuniaire pour ses membres, l'Institut Per-aâ n Imhotep vise à :

 Défendre et promouvoir les Humanités Classiques Africaines (l'Histoire générale de l'Afrique, la spiritualité africaine ancestrale, la palabre africaine locale, etc.);

 Enseigner les langues négro-africaines (Swahili, Xhoza, Nuer, Duala, cilubà, etc.), la langue égyptienne ancienne (initiation aux hiéroglyphes) et l'écriture mandombe ;

 Encadrer les étudiants et les chercheurs sur la culture africaine ;

 Cerner les enjeux de la Renaissance Africaine face à la géopolitique mondiale ;

 Le soutien au commerce équitable par la promotion artistique et des objets d'art en Afrique

Par ailleurs, l'Institut Per-aâ n Imhotep a conçu un programme spécial pour l'Historisation des sciences, la formation du personnel médical et para-médical et des scientifiques portant sur la médecine de la période pharaonique. C'est dans ce cadre que l'Institut Per-aâ n Imhotep a initié la création de la Clinique Per-ANKH en Imhotep à Yaoundé, la capitale politique du Cameroun, après une implantation à Bafoussam dans la Région de l'Ouest.

Votre soutien à travers les dons, l'achat des dispositifs électromagnétiques et des molécules naturelles ainsi que la participation à nos activités permettra l'extension de notre implantation dans d'autres villes du Cameroun et ailleurs en Afrique. Nous vous remercions d'avance pour votre contribution..
Voici le point d'encrage de la Clinique Per-ANKH en Imhotep:

DE LA RENAISSANCE MÉDICALE À LA RENAISSANCE ALIMENTAIRE


IV. Brève présentation du Dr. Pandey Théophile T.

Il a reçu une formation en médecine interne, en diabétologie, aux essais cliniques des médicaments. Il milite pour la ''réconciliation'' entre la médecine dite moderne et la médecine dite traditionnelle. L'auteur a présenté et soutenu publiquement sa thèse de médecine le 11 septembre 2001 à la faculté de médecine d'Antananarivo-Madagascar pour l'obtention du grade de docteur en médecine (diplôme d'État) avec la « Mention très honorable, proposition de prix de thèse et félicitations du jury. »

Sujet: « RADIOPROTECTION EN RADIOTHERAPIE A ANTANANARIVO ».

Il a bénéficié du soutien de l'AIEA via l'Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires (I.N.S.T.N.-Madagascar). Ses travaux portent également sur les maladies des Ondes électromagnétiques, un habitat sain (médecine des murs) et la pollution électromagnétique.

Il est le directeur de la Clinique Per-ANKH en Imhotep, Yaoundé, Cameroun, en collaboration avec l'Institut qu'il administre à Ottawa, Canada. Il est également altermondialiste et milite pour le démantèlement des Paradis fiscaux et judicaires ainsi que des Fonds vautours y compris l'annulation des dettes odieuses.

Médecin (Sounou en égyptien ancien) ''renaissant'' et Kamitologue. L'auteur est un passionné De la Renaissance médicale à la Renaissance alimentaire (alimentation énergétique ou dynamisée par l'électromagnéto-culture aux biofertilisants) avec pour point d'encrage: la médecine de la période pharaonique;

la médecine quantique d'après les travaux de Georges Lakhovsky (applications médicales des Ondes électromagnétiques); l'Ionisation aux Ion négatifs (-);

la litho-aromathérapie; la Réflexothérapie plantaire et les massages (circulation et Harmonisation des énergies) d'après les méthodes négro-égypto-nubiennes; la médecine bleue (thérapie hyperbare);

l'Anthropo-médecine ou Ethnomédecine (psychogénéalogie, psychotropes et spiritualité); l'Hydrotomie percutanée à l'eau de mer obtenue par micro-filtration stérilisant; l'économie de la connaissance ou le Biomimétisme. L'auteur est également chercheur en Kamitologie (étude des Humanités classiques africaines) et en géostratégie afrocentrée. Il est l'administrateur principal de l'Institut Per-aâ n Imhotep, Québec, Canada (www.imhotepdjehouty.com)


 V. La diaspora africaine, comme 6ème région d'Afrique

L'OUA/UA a longtemps considéré la Diaspora comme un élément déterminant dans le cadre du processus de développement et d'intégration du Continent. C'est dans ce sens que lors de la 3ème Session extraordinaire du Conseil exécutif de l'UA, tenue en 2003 en Afrique du Sud, fut adoptée la Décision Ext/EX/CL/Dec.5(III) sur la mise en oeuvre de l'initiative Diaspora dans le cadre de l'Union africaine.

C'est dans le cadre de la mise en oeuvre de la décision susmentionnée que la 7ème session ordinaire du Conseil exécutif de juin/juillet 2005, à Syrte, par celle référencée EX.CL/Dec.221(VII), adopte la définition, ci-après, de la Diaspora :

« Par Diaspora africaine, on entend les peuples de descendance et de patrimoine africains vivant hors du continent, quelle que soit leur citoyenneté, et qui restent engagés à contribuer au développement du continent et à renforcer l'Union africaine».

Cette Diaspora africaine peut être scindée en deux catégories :

(i) les personnes issues du patrimoine africain qui ont émigré « involontairement » vers l'Amérique du Nord, l'Europe, les Caraïbes, le Brésil et l'Amérique Latine, l'Océanie, etc ;

(ii) les personnes qui ont récemment quitté « volontairement » l'Afrique.

La stratégie et le programme de l'UA ont pour cible ces deux groupes. L'Afrique du Sud et la Commission de l'Union Africaine ont été mandatées par l'Union pour coordonner le processus de mobilisation de la Diaspora africaine hors du continent. C'est dans ce cadre que fût organisée, du 16 au 18 novembre 2007, à Midrand (Afrique du Sud), la 1ère Conférence ministérielle sur la Diaspora. En prélude à cette rencontre cinq conférences consultatives régionales ont eu lieu au Brésil, aux USA, en Angleterre, aux Bahamas, et en France.

Considérée comme la « sixième région » d'Afrique, la diaspora africaine est composée d'environ 112.65 millions de personnes en Amérique latine, 39.16 millions de personnes en Amérique du Nord, 13.56 millions aux Caraïbes et 3.51 millions en Europe, d'après les chiffres officiels de l'Union africaine datant de 2010.
Conférence consultative régionale Union Africaine / Diaspora africaine en Europe et en Amérique

Elle a eu lieu au Palais des Congrès de Paris (France), le 11 et 12 septembre 2007. Co-Présidents : SE M. Mahamat S. ANNADIF, représentant de l'Union Africaine auprès de l'Union Européenne et SE Mme Nomasonto SIBANDA-THUSI, Ambassadeur de la République d'Afrique du Sud en France.

Thème :

Nature et composition de la diaspora africaine en Europe et en Amérique, consolidation des structures de la diaspora et processus pour promouvoir la communication et la coopération avec l'Afrique.

Directives :

La session plénière a discuté des implications pratiques du nouvel article 3(q) de l'Acte Constitutif de l'Union Africaine, adopté en février 2003, qui déclare que l'organisation devra « inviter et encourager la participation totale de la Diaspora Africaine, en tant que partie importante de notre continent, à la construction de l'Union Africaine».


 Thème : Santé et handicap 

Directives :

- Développement du potentiel africain en matière de santé et nutrition,

- Sensibilisation aux contributions importantes des pays d'Europe et d'Amérique en matière de santé et d'éducation pour le développement de l'Afrique (la Renaissance Africaine),

- Exploration de programmes d'échanges de jeunes d'Europe et d'Amérique d'une part, et celle de l'Afrique, d'autre part (mondialisation des connaissances),

-Trouver le financement et autres ressources, compétences et technologie pour remédier aux problèmes majeurs de santé de l'Afrique, et plus particulièrement la malaria, la tuberculose, le sida et autres maladies contagieuses,

-Programmes d'échanges de professionnels dans le domaine de la santé,
 

-Utilisation de technologies innovantes pour aider les régions pauvres en ressources,

-Projets visant à promouvoir l'accès aux services de base de santé,

-Nutrition et développement de la petite enfance,

-Relever les défis particuliers touchant les femmes et les jeunes.

Décliné dans le cadre scolaire, seul l'enseignement pédagogique à grande échelle de ses Humanités Classiques peut permettre à l'Afrique :

• de se reconstruire une âme originelle,

• d'unir sa jeunesse autour du même idéal de valeurs,

• de faire naître les sentiments de continuité historique et de communauté de destin au sein de chacun, peu importe son pays de naissance,

• de stimuler les potentialités intellectuelles des jeunes générations,

• de créer les conditions psychologiques nécessaires à son épanouissement économique, social, idéologique et culturel.

Thème : Partage du savoir

Directives :

-Lutte contre la rareté de compétences dans les économies africaines,

-Universités et enseignement supérieur – programmes d'échanges,

-Transfert de technologie,

-Promotion de la recherche et de l'innovation,

-Développement des petites, moyennes et micro-entreprises,

-Programmes de développement visant à promouvoir les compétences pour entreprendre et ceux qui ont l'esprit d'entreprise en Afrique, en mettant tout particulièrement l'accent sur les femmes et les jeunes,

-Formation de coalitions pour la responsabilisation des femmes et des jeunes : responsabilisation politique et économique, promotion du rôle de la femme dans les structures de la société civile,

-Création d'opportunités égales dans le domaine de l'éducation et de la santé pour les filles et les jeunes. Il est d'une évidence croissante que les Diasporas contribuent au processus de développement de leurs pays d'origine. Ce, à travers divers mécanismes tels que le transfert de fonds, les investissements, les activités d'entreprenariat ou le transfert de connaissances.


Pour les gouvernements des pays en développement et les partenaires au développement, ces émigrés qui ont la volonté de participer au développement de leurs pays d'origine sont une ressource essentielle et inexploitée dans la lutte contre la pauvreté.

Il est d'une évidence croissante que les Diasporas contribuent au processus de développement de leurs pays d'origine. Ce, à travers divers mécanismes tels que le transfert de fonds, les investissements, les activités d'entreprenariat ou le transfert de connaissances. Pour les gouvernements des pays en développement et les partenaires au développement, ces émigrés qui ont la volonté de participer au développement de leurs pays d'origine sont une ressource essentielle et inexploitée dans la lutte contre la pauvreté. Le défi pour atteindre les objectifs de développement pour le millénaire exige la participation de chacun.

La 6ème Région d'Afrique face aux enjeux de l'économie mondial

Selon la FEMIP (Facilité Euro-méditerranéenne d'Investissement et de Partenariat), une agence de la BEI (Banque Européenne d'Investissement), à l'échelle planétaire les sommes transférées par les diasporas dans leurs pays d'origine en 2004 et 2005 s´élèveraient respectivement à 120 milliard et 149,5 milliards d'Euros. Et selon le rapport (2009) du Fonds international pour le développement agricole (FIDA), l'agence des Nations Unies qui s'occupe de la pauvreté rurale, les travailleurs africains envoient plus de 40 milliards de dollars américains vers leur pays d'origine chaque année.

Les sommes envoyées par les diasporas constituent pour certains pays receveurs une source importante de revenu et dépasse parfois les montants des aides publiques au développement (APD). Cette contribution atteindrait 20 à 25 % du PIB dans certains pays. C'est le cas respectivement du Cap-Vert et du Liban qui détiennent ainsi le record mondial.

La diaspora africaine, au sens large du terme, demeure une force financière avec laquelle les gouvernements africains devront collaborer pour dynamiser les économies locales pour permettre au continent africain de se développer grâce à ses ressources locales (humaines, financières, etc.). La diaspora africaine est surtout mobilisée par les institutions internationales et citée par les grands médias pour les envois de fonds sur le continent.

Avant la chute de Lehman Brothers, les Africains de la diaspora transféraient officiellement près de 22 milliards USD en Afrique subsaharienne chaque année. En 2011, les envois effectués de manière traçable ont franchi le seuil des 30 milliards. Les analystes de Brettons Woods estiment que la générosité financière de la diaspora africaine à l'égard du continent noir pourrait frôler la barre des 40 milliards en 2015.

Read 485 times Last modified on samedi, 12 décembre 2020 00:10

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Top