A Bangkok - 'je ne parle pas ta langue, parle thaï ou meurs!'

Récemment, en essayant d'acheter un équipement vidéo professionnel au showroom SONY de Bangkok, j'ai réalisé que les assistants ne parlaient absolument aucune langue étrangère. J'ai eu la même expérience en studio, où je tentais de récupérer deux de mes cassettes HDV endommagées.

C'était tout à fait acceptable lorsque la Thaïlande était, il y a de nombreuses années, l'un des endroits les moins chers de la planète, un paradis pour les routards et les romantiques. Depuis lors, tout a changé. Le pays tente désespérément de fournir des services haut de gamme. Mais les services et les biens comparables sont souvent moins chers à Londres, à Paris ou à Tokyo qu'à Bangkok. Il en va de même pour la nourriture dans les supermarchés. Et pourtant, il n'y a pas de maîtrise des langues étrangères.

Comme l'a récemment souligné un ancien voyageur japonais:

"Il était beaucoup plus facile d'accepter un bol de pâtes trop cuites et insipides d'une serveuse grossière qui ne parlait pas de langues étrangères, quand elle n'était vendue qu'à un prix symbolique de 2 dollars. Il est beaucoup plus difficile de rester "bienveillant", si le service est toujours terrible, personne ne parlant autre chose que le thaï, mais que le coût est deux fois plus élevé que celui d'un bon plat de spaghetti dans un excellent restaurant de Venise."

Mais la Thaïlande est convaincue que des hordes de gens continueront à venir.

C'est en partie à cause de la propagande extrêmement positive émanant d'innombrables médias occidentaux. En cas de critique de la Thaïlande, elle est généralement exceptionnellement douce et "bienveillante". Tous les éléments de base des dogmes occidentaux - sur la qualité, la décontraction, la sécurité et le confort du pays - sont confirmés dans ces rapports.

Pas étonnant! Quel que soit le gouvernement en charge, le pays reste l'un des alliés les plus fervents des États-Unis en Asie.

La Thaïlande a pleinement mis en œuvre le système économique promu par l'Occident. Pendant la guerre froide, elle a tué, torturé ou au moins emprisonné des milliers de communistes et de gauchistes (il n'y a pas eu besoin d'interventions).

Dans le passé, le Royaume acceptait et accueillait facilement les nombreuses troupes vaincues (de Chine), génocidaires de Chiang Kai-Shek. La Thaïlande a participé aux campagnes sauvages de bombardements du Vietnam, du Laos et du Cambodge, prêtant souvent ses propres pilotes, et a poussé des jeunes femmes pauvres des campagnes à servir, en tant que prostituées, les pilotes et les techniciens américains, australiens ou autres basés à Pattaya et dans d'autres aéroports militaires.

Elle a adopté des lois draconiennes qui interdisent toute critique et mentionnent souvent même presque tous les éléments de puissance de base injectés en Thaïlande par l'Occident.

Top