• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

« Why Nations fail » : l’origine de la prospérité est d’abord politique !

Il existe donc un cercle vertueux ou vicieux entre institutions économiques et politiques, selon qu'elles s'avèrent plus ou moins inclusives ou extractives. En effet, des institutions politiques largement inclusives, c'est-à-dire pluralistes, favorisent l'émergence de nouveaux secteurs économiques innovants et de nouvelles couches sociales prospères, qui n'auront dès lors de cesse que de contrôler et partager encore davantage le pouvoir ; les auteurs reviennent ainsi longuement sur la libéralisation et la démocratisation progressive des institutions anglaises à la suite de la « Glorieuse Révolution » de 1688.

À l'inverse, les institutions politiques et économiques extractives s'entretiennent mutuellement, comme le démontre une quantité impressionnante d'exemples historiques, empruntés à toutes les époques et tous les continents. En effet, les deux auteurs établissent un lien très puissant et pourtant en partie contre-intuitif entre absence de pluralisme politique et absence de développement économique.

Expliquons-nous : si le pouvoir politique est concentré entre quelques mains, les dominants n'ont strictement aucune raison de favoriser l'innovation, bien qu'elle soit un puissant facteur de développement économique. En effet, toute innovation est nécessairement accompagnée d'un processus de destruction créatrice, dont les effets sociaux et donc politiques sont forcément déstabilisateurs.

Pourquoi dès lors risquer de mettre en péril son pouvoir en favorisant de nouveaux secteurs qui peuvent tout à la fois détruire des emplois, et donc favoriser les troubles (pensons aux émeutes luddites de 1811-1812), et encourager l'émergence d'une nouvelle classe d'entrepreneurs prospères, dont les ambitions politiques ont toutes les chances de suivre de près le succès économique ?

À tout prendre, du point de vue des politiquement puissants, il est bien préférable de conserver un niveau de vie global moins élevé, tant que la part qu'ils extraient de la richesse collective reste, elle, stable. Comment ne pas penser ici à Poutine et à son choix de la « puissance pauvre » – un choix il est vrai dans la lignée de nombre de ses prédécesseurs à la tête de l'État russe2 ?

Pourquoi innover ?

En effet, quel intérêt pour le Kremlin de favoriser l'émergence d'une classe d'entrepreneurs russes innovants qui pourraient remettre en cause l'ordre politique en place, dès lors que l'économie de rente actuelle, fondée sur l'extraction de richesses minières, suffit amplement à financer la puissance militaire de l'État russe et la fortune personnelle de la clique au pouvoir derrière les remparts de la Place rouge ?

Why Nations Fail contient de nombreux autres exemples illustrant un tel raisonnement, finalement vieux comme le monde, et que nul n'a mieux résumé que Friedrich von Gentz, un collaborateur de Metternich, qui répondit un jour au philanthrope anglais Richard Owen, qui tentait de convaincre le gouvernement autrichien d'adopter des réformes sociales à même d'améliorer les conditions de vie des habitants les plus pauvres de l'empire Habsbourg :

« Nous ne souhaitons absolument pas que les masses puissent devenir plus riches et plus indépendantes... car sinon comment les dirigerions-nous ?3 »

Encore une fois, un tel résumé ne donne qu'une idée très appauvrie de ce qui fait l'intérêt de ce livre extraordinairement stimulant, car il ne saurait convenablement suggérer l'incroyable panoplie d'exemples historiques mobilisés par les auteurs ; des exemples qui touchent à toutes les époques et tous les continents. Ce faisant, l'ouvrage constitue une inépuisable mine, dans laquelle chacun peut piocher à loisir pour nourrir sa propre réflexion, et ce d'autant plus que leur exposition se fait dans une langue limpide et un style privilégiant toujours le concret : si le récit contient des chiffres et est agrémenté d'un certain nombre de cartes et d'illustrations, il nous épargne gracieusement toute équation4 et tout jargon...

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home