• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Les soldats vénézuéliens qui avaient fui vers les Etats-Unis après la tentative de putsch sont enfermés dans un centre d’immigrés

 Au lieu de quoi, il a été immédiatement mis en détention par l’Immigration and Customs Enforcement (ICE), d’abord dans un établissement au Texas, puis transféré plus tard au Winn Correctional Center en Louisiane. Il s’est vu refuser toute demande de libération sous caution ou de rendez-vous avec un juge, il est l’une des quelque 42 000 personnes, la plupart latino-américaines, actuellement enfermées dans les prisons de l’ICE. Parra a raconté à Telemundo, favorable au coup d’État:

« Je suis tombé au fond du gouffre. J’ai tout perdu : ma famille, ma maison. Mes actions ne valaient rien. Je ne vois pas d’issue. »

Donc ses tentatives d’installer au Venezuela un régime militaire d’extrême-droite soutenu par les États-Unis s’est soldé, ironie du sort, par sa détention dans la prison d’un système autoritaire militarisé comme celui qu’il essayait de mettre en place. Alors que des responsables américains haut placés comme le secrétaire d’État Mike Pompeo et le sénateur Marco Rubio ont spécifiquement appelé l’armée à se rebeller contre Maduro, Parra a dit qu’il s’est senti totalement abandonné par le gouvernement américain et Juan Guaidó, le successeur de Maduro choisi par Washington.

Guaidó avait promis de protéger tous les déserteurs de l’armée, mais, bien qu’il ait utilisé Parra dans des buts de relations publiques, il a soigneusement ignoré ses demandes d’aide. L’ambassadeur de Guaidó aux États-Unis, Carlos Vecchio, a également laissé tomber les soldats détenus, selon Parra. « Toutes les mesures ont été prises », a déploré le soldat prisonnier, pour que Vecchio puisse les soutenir avec un avocat, mais il n’a pas été capable d’obtenir quoi que ce soit. Lorsqu’on lui a demandé une réponse, le directeur des affaires consulaires de Guaidó à Washington, Brian Fincheltub, a pris ses distances avec Parra :

« Il y a des millions d’urgences tous les jours au Venezuela, et des centaines de cas comme celui-ci qui se produisent », ajoutant que les ressources de la mission diplomatique du président intérimaire sont limitées dans le pays et qu’ils ont des restrictions pour agir «en particulier sur des questions d’immigration».

Guaidó a fait trois tentatives de coup d’État cette année, en janvier, avril et novembre. Toutes étaient soutenues par les États-Unis. La dernière des trois tentatives a été si peu réussie qu’elle a été à peine remarquée, même à l’intérieur du pays. Guaidó, quelqu’un dont plus de 80% des Vénézuéliens n’avaient jamais entendu parler en janvier, a vu sa popularité plonger au fil de l’année tandis que ses tentatives de plus en plus désespérées de s’emparer du pouvoir continuaient d’échouer.

Il avait auparavant convaincu le vice-président Mike Pence qu’il inspirait un sentiment de loyauté à la majorité des forces armées dans le pays, mais lorsque Pence et Guaidó ont joint leurs forces pour les appeler à se rebeller, seul quelque chose comme 0.1% des militaires l’a fait. Le mentor de Guaidó Leopoldo Lopez a également dit aux médias internationaux lors d’une conférence de presse que si son parti réussissait à chasser le gouvernement du Venezuela, ils demanderaient aux États-Unis de venir et de gouverner formellement le pays.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home