• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Les grassfields, les grands oublies des razzias négrières

Les compagnies Européennes de négrier : Bimbia plaque tournante des Négriers (Cameroun)

 

Déjà 166 navires négriers identifiés d'après leur provenance en zone côtière baptisée Rio Dos Camaroes par des esclavagistes portugais, région qui, à la conférence de Berlin (1884-1885), est rebaptisée Kamerun... Plus d'une centaine d'autres équipages en identification.

La découverte est inédite.

Les grassfields et autres régions de l'hinterland furent les principales régions visées par le pillage esclavagiste, mais ça, personne n'en parle ! L'étude est réalisée entre septembre 2010 et juillet 2014 par une équipe de chercheurs américains conduite par Lisa-Marie Aubrey, du département d'Etudes africaines et africaines-américaines de l'Université d'État de l'Arizona. Il en ressort que, entre les années 1600 et 1800, la région du golfe de Guinée a été le théâtre de razzias de grande ampleur, bien au-delà de la proportion alléguée jusque-là.

L'attention des universitaires américains fût en effet attirée par le nombre croissant d'africains-américains qui, au test ADN de l'organisme African Ancestry qui a regroupé plus de 30 000 lignages dans sa banque de données de Washington D.C., révélèrent une ascendance ethnique dans les grassfields. (Parmi les plus célèbres à ce jour connus, on a Spike Lee, Quincy Jones, Erika Badu, Eddie Murphy). Les archives des esclavagistes ont fait le reste. Les trouvailles sont cruciales.

Les trois points d'embarquement furent: Bimbia, Wouri River et Rio Del Rey vers la péninsule de Bakassi. Le cheptel humain destiné au « Nouveau Monde » provenait donc pour l'essentiel des Grassfields, constituées de la région Bamiléké actuelle, du Nord-ouest, du Noun, du Mbam ou du terroir ancestral Tikar...Des navires répertoriés, 9 ont quitté le territoire en 1600; 98 en 1700, et 59 en 1800.

15 négriers sont partis de Bimbia; 9 du Rio Del Rey et 32 à partir du fleuve Wouri. Les chercheurs n'ont pas encore déterminé d'où sont partis plus de 110 autres navires. Au nombre des bâtiments en attente d'identification (qui pourraient bien avoir amarré sur la même côte), Lisa Aubrey cite un certain «Bimbia» en 1802. Ledit négrier battant pavillon danois embarqua pas moins de 158 captifs. Le pourcentage de survie au «voyage du non-retour» fut d'à peu près 50%.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home