• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

L’Italie, terre d’émigration massive aujourd’hui farouchement anti-migrante

 3- "Rital", "Macaroni"

Longtemps, les immigrés italiens, victimes de xénophobie, souffriront de sobriquets péjoratifs tels que : "Rital", "Macaroni". Les enfants italiens en feront aussi les frais à l'école. François Cavanna, le dessinateur et fondateur de la revue satirique Hara-Kiri, se souvient de ses jeunes années d'immigré italien à Paris. "On a commencé à nous appeler les Ritals quand j'ai eu dix ans. Avant, c'était les 'macaronis'. On était les seuls étrangers à l'époque. Je me souviens du racisme dans la rue, dans la cour de l'école, dans les magasins. On me disait 'retourne dans ton pays', je me battais. Mes copains de classe ne m'invitaient pas chez eux, je ne les invitais pas chez nous".


À partir des années 1950, l'image des immigrés italiens s'améliore et leur présence se banalise – malgré la persistance de certains clichés. En 1953, dans son film "Thérèse Raquin", le réalisateur Marcel Carné met en scène, Laurent, l'amant meurtrier de Thérèse. Si dans le livre d'Emile Zola, Laurent est Français, dans le film de Carné, il est Italien, illustration du stéréotype de l'étranger dangereux, inquiétant.

4- 1970, l'Italie devient un pays d'immigration

Au vu de leur histoire, l'historienne Marie-Anne Bonucci, interrogée par France 24, estime que l'Italie, "aurait pu imaginer un accueil plus favorable [pour les migrants d'Afrique subsaharienne qui arrivent aujourd'hui]. La réaction d'hostilité est finalement d'autant plus forte que l'immigration est plus récente. Les choses se sont inversées". Depuis les années 1960, en effet, l'Italie est confrontée à une arrivée massive d'étrangers.

Les descendants de migrants italiens, installés en Amérique du sud, sont, par exemple, revenus dans leur pays natal, lors des crises des années 1970 au Chili, en Argentine... À cette période, l'Italie connaît, elle, un "miracle économique". L'histoire s'inverse : c'est au tour de l'Italie de faire appel à une main d'œuvre immigrée peu coûteuse dans les secteurs saisonniers (hôtellerie, agriculture, bâtiment...). Dans les années 1980, de nombreuses provinces (Toscane, Campanie) accueillent des migrants, en situation irrégulière, mais acceptant les travaux précaires et les bas salaires.

À son tour, cette population immigrée sera victime de racisme et de xénophobie. Peu d'étrangers trouvent de l'aide. "Contrairement à la France, vieux pays d'immigration, l'Italie n'a pas connu l'émergence d'associations anti-racisme aussi fortes que la Licra dès les années 1920 ou que SOS racisme dans les années 1980", écrit encore la journaliste Stéphanie Trouillard sur France 24. Depuis l'arrivée au pouvoir en 2018 de Matteo Salvini, accusé d'entretenir un climat de haine, les agressions racistes sont en augmentation en Italie.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home