• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Afrique du Sud : la France a joué un rôle central pour armer le régime de l'apartheid

Au 36, quai des Orfèvres, les policiers de la Crime ne disposent que d'un témoignage. M. Decrepy se trouvait au 2e étage de l'immeuble de la rue des Petites-Ecuries, quand il entend, à 9 h 47, un "bruit de cavalcade" dans l'escalier. Il s'écarte et laisse passer deux hommes de type européen, 1,70- 1,75 m environ, 35-40 ans, les cheveux courts, un imper clair. L'expertise balistique est décevante, "pas d'éléments d'identification". Les tueurs ont utilisé une "arme à canon lisse", équipée d'un "silencieux de très bonne qualité". L'autopsie pratiquée par le docteur Campana met en évidence cinq projectiles et parle d'"un tir groupé à courte distance du côté droit du visage".

Du travail de professionnels. Dans ce genre de dossier, pas question de laisser de côté le moindre renseignement. Tant pis s'ils conduisent à des impasses. Les tuyaux recueillis mènent successivement les enquêteurs dans les milieux réfugiés africains à Paris, sur la piste de braqueurs en Norvège, d'un trafiquant d'armes en Allemagne, d'un "escroc au renseignement" en Suède. Le plus sérieux vient des... services secrets français. Et la source s'appelle Pierre Siramy. L'ancien sous-directeur de la DGSE le raconte longuement dans un livre (2), qui a fait scandale au printemps dernier. Il tient l'info d'un de ses informateurs, un journaliste, qui dit avoir bu un verre avec deux hommes qui se sont vantés d'être les tueurs de Dulcie September.

"L'espion" fait passer le message, via sa hiérarchie, à Robert Pandraud le 2 avril. Le renseignement parvient le 3 mai à la Brigade criminelle, qui note: "Richard R..., ancien officier de l'armée française devenu en 1985 mercenaire au sein de la Garde présidentielle comorienne sous le commandement de Bob Denard, dirigerait actuellement un groupe menant des missions de renseignement sur l'ANC en Europe. Il aurait pu jouer un rôle dans l'assassinat de Dulcie September. Le responsable pour la France serait Victor-Paul T... Selon la même information, une ex-militante d'Occident et de Jeune Europe (3) aurait été agent de liaison du groupe...

" Tout ce petit monde est surveillé, écouté, interrogé... Tout colle. "La personnalité de R..., son passé et ses relations dans le milieu des mercenaires, ses fréquents voyages et séjours en Afrique du Sud, et même son implication probable dans un trafic de drogue", écrivent les policiers, font de l'ancien militaire un suspect en puissance. Sauf qu'il est roux et que le seul témoin ne le reconnaît pas. Et que, faute de coopération de la part des Sud-Africains, il est impossible de mettre à mal son alibi...

En 1998, la piste des mercenaires français sera en quelque sorte validée par le rapport de la commission Vérité et Réconciliation, chargée d'enquêter sur les crimes commis pendant l'apartheid. Condamné à perpétuité pour plus de quatre-vingts crimes, Eugène de Koch, chef du redouté Civile Cooperation Bureau (CCB), les escadrons de la mort sud-africains, reconnaît avoir commandité l'assassinat de Dulcie September et affirme que l'un des deux tueurs est un certain Jean-Paul Guerrier, alias Capitaine Siam, un proche de Bob Denard. L'homme a subitement disparu en 1999.

Il devait comparaître aux côtés de Denard pour l'assassinat du président comorien dix ans plus tôt. Dulcie September détenait-elle des informations explosives notamment sur le contournement par la France (armes, pétrole, charbon et technologie nucléaire) du boycott international qui frappait alors Pretoria? "Personne n'a de preuves, relativise Jacqueline Dérens. Dulcie n'en parlait jamais à personne, sauf peut-être à ses chefs. Je pense qu'on saura un jour la vérité mais seulement quand les acteurs seront morts et qu'il n'y aura plus personne à protéger, en France et en Afrique du Sud."

(1) Nous avons combattu l'apartheid, Non Lieu, 2006.

(2) Vingt-Cinq Ans dans les services secrets, Flammarion, 2010.

(3) Mouvements d'extrême droite.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home