• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Afrique du Sud : la France a joué un rôle central pour armer le régime de l'apartheid

Autre exemple de la "bonne volonté" française, en 1987, Paris offre des prototypes de missiles Mistral dernier cri, dans l'espoir qu'ils soient testés par les Sud-Africains, en guerre en Angola. En 1988, en plein coeur de Paris, la militante de l'ANC Dulcie September est exécutée de cinq balles dans la tête près des locaux de son parti. Un crime non élucidé. En fait, elle enquêtait sur le trafic d'armes illégal entre le régime de l'apartheid et la France.

Blanchiment d'argent à grande échelle

  Le système mis en place par Prétoria pour contourner l'embargo international et obtenir des armes implique beaucoup d'autres acteurs, dont les 5 membres du Conseil de sécurité de l'ONU. Selon Open Secrets, l'entreprise publique sud-africaine Armscor disposera de 844 comptes bancaires dans 196 banques d'au moins 27 pays, dont la Suisse et la Belgique qui jouent les premiers rôles au sein d'un des plus vastes schémas de blanchiment d'argent jamais élaborés.

Qui se souvient de Dulcie September?


 

14h19 , le 16 août 2010, modifié à 12h29 , le 19 juin 2017

Qui a assassiné la représentante de l'ANC à Paris en 1988? L'apartheid régnait encore à Pretoria et l'enquête fut classée sans suite. Malgré une piste qui menait à des mercenaires français proches de Bob Denard.

La récente Coupe du monde de football est venue apporter une piqûre de rappel. Non, l'Afrique du Sud n'a pas toujours été une "nation arc-en-ciel". Ni Nelson Mandela, un père de cette nation au charisme intact malgré ses 92 ans. Au Panthéon des héros de la lutte contre l'apartheid, quelle place accorder à Dulcie September? Et surtout quel aurait pu être le destin de cette femme volontaire, voire intransigeante, représentante de l'ANC en France, si elle n'avait été abattue froidement à Paris trois ans avant la fin de la politique ségrégationniste de la République sud-africaine?

"Le 29 mars 1988, à 10 heures, au 28, rue des Petites-Ecuries, à Paris 10e, était découvert le cadavre d'une femme de type mulâtre mortellement blessée de plusieurs coups de feu sur le palier du 4e étage du bâtiment C devant les bureaux de l'ANC [African National Congress], organisation anti-apartheid." Le rapport de police se poursuit avec le CV de la victime: "Carte de résident temporaire au nom de September Dulcie Evon, née le 20.08.1935 à Cap Town, République sud-africaine, domiciliée au 7, avenue de la Convention à Arcueil (94). Célibataire. Représentante de l'ANC pour la France, la Suisse, le Luxembourg."

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home