• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Origine et évolution de l'humanité

 L'ouvrage collectif ''Egypt and Africa, Nubia from Prehistory to Islam'' est très riche en résultats de diverses recherches archéologiques entreprises au Soudan. En introduction, Jean Vercoutter dresse un tableau de l'investigation archéologique au Soudan depuis le 18ème siècle, avec les descriptions des ruines de Nubie faites en 1738 par le voyageur danois Frederik Norden. Dans la dernière section de son texte, l'auteur procède à une brève analyse prospective de "l'archéologie nubio-soudanaise" dans laquelle il écrit :

"Les récents travaux au Ouadi Kubanieh et dans les "Playas" du désert occidental comme ceux entre Ve et VIe Cataractes : de Kadero, Saggai, Kadada, el-Ghaba, devraient être étendus aux déserts ouest et est, si l'on veut discerner l'une des composantes essentielles de la civilisation pharaonique naissante, celle qui est venue du Sud".

Le matériel mis au jour, en particulier celui relatif aux pratiques funéraires, permet à Bruce Williams de caractériser les cultures anciennes de la Nubie et d'apprécier leurs relations avec celles de l'Egypte dans un article intitulé "A Prospectus For Exploring The Historical Essence of Ancient Nubia", initialement publié dans l'ouvrage collectif ''Egypt and Africa, Nubia from Prehistory to Islam'' et reproduit, dans la revue ANKH. D'autres auteurs révèlent aussi l'histoire de la Nubie et son importance dans l'Afrique ancienne comme Aminata Sakho-Autissier dans son article "Soudan Royaumes du Nil".

L'ouvrage collectif ''Soudan, Royaumes sur le Nil'', recèle également de nombreuses pièces archéologiques concrétisant différents aspects des cultures de la vallée du Nil (art, architecture, artisanat, écriture, spiritualité, etc.) et leur évolution sur plusieurs milliers d'années. L'ouvrage de Babacar Sall, ''Racines éthiopiennes de l'Egypte ancienne'', restitue le rôle capital joué par la Nubie dans l'émergence des civilisations nilotiques. Théophile Obenga, dans la préface, souligne trois aspects majeurs développés par l'auteur :

"- L'éclaircissement des relations diverses qui ont existé entre l'Ethiopie, l'Egypte et la Libye, c'est-à-dire entre la Nubie (ancien Soudan), la Vallée égyptienne du Nil et le plateau Nord de l'Afrique avant la période dynastique pharaonique, c'est-à-dire avant 4000 ans avant notre ère ;

- l'unité géographique, ethnique et culturelle des pays nilotiques ou des contrées du Nil que sont l'Abyssinie, le Soudan et l'Egypte, ce qu'affirmaient déjà les auteurs grecs, notamment Diodore de Sicile et Strabon, après Hérodote, sur la base de la tradition orale pharaonique et des faits de civilisation examinés sur place ;

- l'influence fondatrice de l'Ethiopie (Nubie-Soudan) sur l'Egypte et le monde saharo-maghrebin : ce point capital est la "thèse" même du professeur Babacar Sall qui démolit, pièce par pièce, les spéculations, franchement gratuites, sur l'origine sumérienne ou proche-orientale de la civilisation pharaonique."

Babacar Sall, écrit dans sa conclusion :

"La monarchie pharaonique a dé se constituer à partir d'un stimulus éthiopien. D'abord parce que l'encensoir de Qostul datant d'avant Narmer porte en décor maints attributs de la monarchie d'Egypte. Parce que Narmer a appartenu à un clan de métallurgistes, en décidant du site de Memphis, il y consacrait un temple au dieu Ptah connu à l'époque dynastique comme dieu des forges et des métiers. La métallurgie du cuivre a été introduite en Egypte par le type stéatopyge puisque leurs tombes contenaient des épingles de cuivre. Ce caractère primordial de Ptah explique qu'il débute la liste des pharaons. Il a gardé ce statut jusqu'à la basse époque puisque les dodécarques avaient fait de son culte le fondement de leur co-régence. Le lien entre Ptah et Narmer permet de concevoir la monarchie de Hiéraconpolis comme une monarchie technologique d'émanation éthiopienne. On comprend alors que les auteurs de cette institution aient connu Pount très tôt.

"On comprend alors la préséance du Sud en tant "qu'en soi", que dans les tombes de Abadiyeh qui contenaient la poterie de la classe B, le mort ait la tête orientée vers le Sud. Cette direction correspondait au Début. Au Nouvel Empire, dans la phraséaologie triomphaliste du pharaon idéal, on écrit que l'empire s'étendait de la "corne de la terre" au Sud jusqu'aux "marais d'Horus" au Nord. Tel est l'ancrage de l'Egypte dans l'Ethiopie qu'il fallait circonscrire. L'approche comparatiste qui découle de cette donnée fait que des auteurs jettent un regard vers l'univers Dogon. Mais cette perspective doit être comprise comme englobant à la fois la dimension du caractère Néo-pharaonique de l'Afrique noire post-pharaonique et celle d'un retour d'une forme raffinée, épanouie à partir d'un substrat pan-africain".

Se trouve donc pleinement confirmée l'existence de ce lien ombilical entre la Nubie et l'Egypte ancienne. L'ensemble de ces travaux ont pour conséquence salutaire, entre autres pour la recherche historique, de supprimer cette frontière factice et stérilisante traditionnellement érigée entre l'Egypte ancienne et le reste de l'Afrique noire.

6. Datations au Carbone 14 et antériorité de la Haute-Egypte par rapport au Delta. L'Egypte contrée africaine.

Hérodote critiquait l'opinion des Ioniens qui réduisaient l'Egypte au Delta. :

"Si nous adoptions cette terminologie nous pourrions faire voir qu'autrefois les Egyptiens n'avaient point de pays. On sait en effet que leur Delta, ils le disent eux-mêmes, et c'est mon sentiment, est une terre d'alluvion, une terre, peut-on dire, nouvellement apparue. Jadis d'ailleurs, on appelait Egypte la Thébaïde, dont le pourtour est de six mille cent vingt stades".

Cheikh Anta Diop, qui, sur la base des témoignages d'Homère, de Sénèque, d'Ammien Marcellin et d'Hérodote, pense que la Haute-Egypte était antérieure au Delta, en appelle, en 1967, au verdict des sciences exactes en ces termes :

"Ajoutons seulement qu'aujourd'hui les méthodes physiques modernes de datation, appliquées à l'archéologie, permettraient de trancher la question. Des tests par le radiocarbone, pratiqués sur des carottes prélevées sur les emplacements respectifs de ces différentes villes permettraient de déterminer avec une certitude suffisante les dates d'émergence des terres qui supportent ces villes et d'une façon générale l'âge du Delta en tant que terre ferme habitable. Voilà un cas précis où la physique moderne aiderait l'archéologie à sortir du cercle vicieux de l'exégèse des textes".

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home