• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Origine et évolution de l'humanité

4. L'archéologie et la métallurgie du fer en Afrique

Contre l'opinion diffusionniste généralement admise, postulant une origine extra-africaine de la métallurgie du fer, Cheikh Anta Diop, soutenait en 1973, puis en 1976, l'existence d'une métallurgie du fer endogène et ancienne en Afrique noire, celle-ci incluant l'Egypte ancienne. Dans une synthèse sur l'âge de la métallurgie du fer en Afrique, L. M. Diop montre que les données archéologiques confirment d'une part son caractère autochtone et d'autre part son ancienneté. Elle signale que :

"- Au Massif du Termit (entre le lac Tchad et le Massif de l'Aïr) dans le Niger oriental, le fer est daté d'environ 1500 avant J.C., au moins, et qu'à l'ouest de Termit, à Egaro, les dates remontent à 2500 avant J.C. environ (G. Quéchon et al., ''Journal des Africanistes'', 62, 2 1992, pp 55-68).

- De nouvelles dates significatives ont été obtenues en 1998/99 : au Cameroun pour le site d'Oliga (zone nord de Yaoundé) une série de dates s'échelonnant de 1300 avant J. C. à 567 ap. J.C (cf. in ''Paléo-anthropologie en Afrique Centrale'', Michèle Delneuf et al., L'Harmattan, 1999, chap. XIV, "L'archéologie de l'âge du fer au Cameroun méridional'' par Joseph-Marie Essomba).

En Centrafrique, dans la région mégalithique de Bouar au site de Gbabiri (site 77,), les dates corrigées tombent vers 800 BC (cf E. Zangato, 1999, BAR, Cambridge, série ''Monograph. African Archaeo''no 45 Ð cf. aussi ''Journal des Africanistes'' no 65-95,2). Ainsi l'ancienneté et l'endogénéité de la paléo-sidérurgie africaine sont-elles maintenant indiscutables et indiscutées".

L'archéologue Hamady Bocoum, de l'IFAN-Ch. A. Diop (Université Cheikh Anta Diop de Dakar), auteur de nombreux travaux sur la métallurgie du fer en Afrique de l'Ouest, a dirigé la publication d'un ouvrage collectif majeur, édité par l'UNESCO en 2002 et intitulé ''Aux origines de la métallurgie du fer en Afrique - Une ancienneté méconnue''. Dans l'introduction générale de cet ouvrage, Hamady Bocoum indique que :

"Depuis dix ans en effet, beaucoup d'encre a coulé à propos du fer en Afrique et dans le monde, et bien des schémas diffusionnistes ont succombé sous le poids des évidences ... la chronologie du fer en Afrique continue de tirer comme un boulet cet avatar qu'est le diffusionnisme et qui apparaît comme un instrument de négation des cultures que l'Europe conquérante rencontra sur son chemin. Celles-ci étaient ainsi presque partout soit trop jeunes, soit trop rustiques ou encore insuffisamment raffinées pour supporter la comparaison ...

"Des convergences très fortes, reposant sur une meilleure maîtrise des données, autorisent à accréditer l'hypothèse de l'existence d'un ou plusieurs foyers d'invention de la sidérurgie en Afrique de l'Ouest et du Centre, ainsi que dans la région des Grands Lacs ...

"En réalité, aucun continent ne présente autant de variations dans la conduite de la chaîne opératoire de la réduction directe que l'Afrique où les artisans ont poussé l'ingéniosité jusqu'à produire du fer dans des fourneaux faits de troncs de bananiers."

Outre l'aspect technologique, H. Bocoum, A. M. Lam et M. I. Sy ont étudié l'évolution dans le temps de la place et du rôle socio-politique de la métallurgie et du forgeron dans les sociétés négro-africaines, de l'ancienne Egypte à la période contemporaine.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home