• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

AU REGARD DU DROIT INTERNATIONAL DOMINÉ PAR LA SUPRÉMATIE BLANCHE, LES NOIR(E)S NE SONT PAS DES ÊTRES HUMAINS: LE CAS DE LA FRANCE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jamais, ni les institutions françaises, ni le gouvernement français n'ont considérés les Caraïbéens (afro-descendants des Caraïbes) et les autres habitants Noirs des Départements d'Outre-mer, comme des Français. Prenons quelques exemples tout simple:

1) La première abolition de l'esclavage a eu lieu le 04 février 1794, après le soulèvement des esclaves à Saint-Domingue (Haïti). Les Guadeloupéens sont tous Français dès cette date. Et pourtant, en 1802, La république française de Napoléon Bonaparte va rétablir l'esclavage en Guadeloupe. C'est le 1er cas de déchéance de nationalité et de remise en esclavage de Français par la République française. Donc, à un moment on se pose des questions. Et ça a coûté quoi aux Guadeloupéens? 10 000 victimes dont 300 décapitations sur la place de la Victoire (Pointe-à-Pitre) et à Baimbridge.

2) En 1848, la République française va abolir l'esclavage une 2ème fois. Et que fait la République? Elle va indemniser les propriétaires d'esclaves, et les esclaves vont se retrouver ''hommes libres'' sans un sous, sans terre, sans logement avec l'obligation d'aller travailler chez leur ancien maître. Donc, en fin de compte, l'abolition de l'esclavage n'a été qu'un acte politique pour sauver les maîtres et maintenir la domination coloniale comme elle l'a été avant l'abolition de l'esclavage. Et on peut aller encore plus récemment: en mai-67, la République française a massacré plus d'une centaine de personnes dans les rues de Pointe-à-Pitre. Qui a été emprisonné? Des Guadeloupéens. Qui a été décoré? Ceux qui ont tiré et le Préfet qui a ordonné de tirer.

Ainsi donc, la question n'est pas de savoir si les afro-descendants des Caraïbes se sentent Français. C'est de se demander:

« Est-ce que réellement la République française les a déjà perçu comme Français ou comme des êtres humains? ».

La réponse est catégorique: pour la France (au regard du droit français), les afro-descendants des Caraïbes ne sont pas des Français ni des êtres humains. Ce sont des ''sujets de la République''. Ce sont des sous-citoyens. Mieux, des ''macaques'' de la République. L'empoissonnement intentionnelle et criminelle des sols en Martinique avec le chlordécone, sur plus de 7 siècles, est un parfait exemple illustratif que la République ''blanche'' besogne pour se débarrasser d'une partie de sa population qu'elle juge pas trop ''Française''.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home