• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Venezuela : l’indulgence de la presse française (et d’une partie de la gauche) pour la violence d’extrême droite

La base sociale de l'opposition est un détail qui semble déranger la presse mainstream dans la construction du récit médiatique d'un peuple tout entier, d'un côté, dressé contre le «régime» de Nicolás Maduro et sa « bolibourgeoisie » qui le martyrise en retour, de l'autre côté.

Ainsi, les manifestations pro-chavistes qui se déroulent d'ordinaire dans le centre de Caracas sont souvent invisibilisés dans les médias français. Le 1er septembre 2016, l'opposition avait appelé à une manifestation baptisée « la prise de Caracas » et les chavistes avaient organisé, le même jour, une contre-manifestation baptisée « marée rouge pour la paix ».

Une journée de double-mobilisation donc. Le Monde titrera sur « la démonstration de force des opposants au président Maduro » en ne mentionnant qu'en toute fin d'article que les chavistes avaient organisé une manifestation le même jour qui « a réuni quelques milliers de personnes ». Ces quelques milliers de chavistes, n'auront pas le droit, eux, à une photo et une vidéo de leur manifestation... D'autant plus qu'ils étaient sans doute plus nombreux que ce que veut bien en dire le quotidien.

Dans un article relatant une manifestation d'opposition de vénézuéliens installés à Madrid qui a eu lieu quelques jours plus tard, Le Monde mentionne la « prise de Caracas » du 1er septembre mais réussit le tour de force de ne pas mentionner une seule fois la « marée rouge » chaviste. En réalité, les deux camps politiques avaient réuni beaucoup de monde, chacun de leur côté, illustrant ainsi la polarisation politique et sociale du Venezuela.

Une vidéo de l'attaque relayée par le Times :


 Les photos des manifestations de l'opposition et des heurts avec les forces de l'ordre sont largement diffusées et les événements sont traités comme un tout indistinct alors que ces mobilisations d'opposition se déroulent en deux temps, comme l'explique Maurice Lemoine et que les manifestants pacifiques de la matinée ne sont pas les mêmes « manifestants » qui, encagoulés, casqués et armés, s'en prennent aux forces de l'ordre dans l'après-midi.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home