• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Venezuela : l’indulgence de la presse française (et d’une partie de la gauche) pour la violence d’extrême droite

Les titres d'articles jouent également un rôle fondamental dans la propagation de la matrice médiatique «Maduro = dictateur vs manifestants = démocrates réprimés dans le sang ». Et Marianne de titrer sur «l'assemblée constituante, élue dans un bain de sang », faisant écho au titre d'une vidéo de 20 minutes « Venezuela : après l'élection dans le sang de l'Assemblée constituante, l'avenir du pays est incertain », au titre de l'article du Dauphiné « après le bain de sang, le dictateur Maduro jette ses opposants en prison», à celui de L'express « Maduro saigne le Venezuela » ou encore au titre d'un article du Monde « Au Venezuela, une assemblée constituante élue dans le sang », signé par Paulo Paranagua, le journaliste chargé du suivi de l'Amérique Latine du quotidien, particulièrement décrié pour sa couverture de l'actualité vénézuélienne.

A cet égard, Thierry Deronne, un belge installé de longue date au Venezuela, a écrit et publié, cette année, sur son blog, un article décryptant le traitement pour le moins discutable du Venezuela par Le Monde et Maurice Lemoine, ancien rédacteur en chef du Monde Diplomatique, s'était fendu, en 2014, d'un courrier au médiateur du Monde à ce sujet. Une guarimba et ses guarimberos. Pacifique ? Au micro de la radio suisse RTS (07/07/2017), le même Maurice Lemoine s'insurge contre ces raccourcis médiatiques :

« J'y suis allé pendant trois semaines [au Venezuela, ndlr]. Les manifestations de l'opposition sont extrêmement violentes, c'est-à-dire que vous avez une opposition qui défile de 10h du matin jusqu'à 1h de l'après-midi et, ensuite, elle est remplacée par des groupes de choc de l'extrême-droite avec des délinquants. [...] Ils sont très équipés et c'est une violence qui n'a strictement rien à avoir avec les manifestations que nous avons ici en Europe. On vous dit « répression des manifestations au Venezuela, 90 morts ».

C'est pas vrai ! C'est pas vrai ! [...] En tant que journaliste, je m'insurge et je suis très en colère. Dans les 90 morts, vous avez 8 policiers et gardes nationaux qui ont été tués par balle. Vous avez, la semaine dernière, deux jeunes manifestants qui se sont fait péter avec des explosifs artisanaux.

Vous avez des gens, des chavistes, qui essayent de passer une barricade et qui sont tués par balle, c'est-à-dire que la majorité des victimes ne sont pas des opposants tués par les forces de l'ordre et, y compris dans les cas – parce qu'il y en a eu – de grosses bavures et de manifestants qui sont victimes des forces de l'ordre, les gardes nationaux ou les policiers sont actuellement entre les mains de la justice. Il y a une présentation du phénomène qui, de mon point de vue de journaliste, est très manipulatrice.»

1er septembre 2016, la « toma de Caracas » de la MUD (en bas) contre la « marea roja por la paz » des chavistes (en haut)

En outre, la presse mainstream insiste lourdement sur la « polarisation politique », certes incontestable, au Venezuela pour mieux cacher une polarisation sociale à la base du conflit politique. Comme le souligne Christophe Ventura, chercheur à l'IRIS et spécialiste de l'Amérique Latine, dans une interview à L'Obs, «l'opposition peut se targuer d'avoir le soutien d'une partie de la population mais il ne s'agit sûrement pas du peuple « populaire». Principalement, ce sont des classes moyennes, aisées, jusqu'à l'oligarchie locale tandis que le chavisme s'appuie sur des classes plus populaires, voire pauvres. En fait, le conflit politique qui se joue aujourd'hui cache une sorte de lutte des classes. L'opposition a donc un appui populaire en termes de population mais pas dans les classes populaires. » Les manifestations de l'opposition se concentrent, en effet, dans les localités cossues de l'est de la capitale (Chacao, Altamira) gouvernées par l'opposition tandis que les barrios populaires de l'ouest de la capitale restent calmes.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home