• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Venezuela : l’indulgence de la presse française (et d’une partie de la gauche) pour la violence d’extrême droite

 En 2015, Leopoldo López est condamné par la justice vénézuélienne à 13 ans et neuf mois de prison pour commission de délits d'incendie volontaire, incitation au trouble à l'ordre public, atteintes à la propriété publique et association de malfaiteurs. Il est condamné par la justice de son pays pour son rôle d'instigateur de violences de rue en 2014, connues sous le nom de « guarimbas » (barricades), pendant la campagne de la « salida » (la sortie) qui visait à « sortir » Nicolás Maduro du pouvoir, élu démocratiquement un an auparavant.

Ces violence se solderont par 43 morts au total dont la moitié a été causée par les actions des groupes de choc de l'opposition et dont 5 décès impliquent les forces de l'ordre, selon le site indépendant Venezuelanalysis. L'opposition, les Etats-Unis et ses plus proches alliés vont s'employer à dénoncer un procès politique et vont lancer une vaste campagne médiatique internationale pour demander la libération de celui qui est désormais, à leurs yeux, un prisonnier politique (#FreeLeopoldo). La presse française dominante embraye le pas et prend fait et cause pour Leopoldo López. Pour le Monde, il est tout bonnement le prisonnier politique numéro 1 au Venezuela.

  

Pourtant, à l'époque, la procureure générale Luisa Ortega Diaz, qui, depuis qu'elle critique le gouvernement Maduro, est devenue la nouvelle coqueluche des médias occidentaux et suscite désormais l'admiration de Paulo Paranagua du Monde qui loue son « indépendance », estimait que ces « manifestations » « [étaient] violentes, agressives et [mettaient] en danger la liberté de ceux qui n'y participent pas ».

Paulo Paranagua parlait, quant à lui, de « manifestations d'étudiants et d'opposants [sous-entendues pacifiques, ndlr], durement réprimées » dans un portrait à la gloire de Maria Corina Machado, très proche alliée politique de Leopoldo López, présentée comme la « pasionaria de la contestation au Venezuela » comme l'indique le titre de l'article. Notons que si Luisa Ortega est aujourd'hui très critique du gouvernement Maduro, elle n'a, en revanche, pas changé d'avis sur la culpabilité de Leopoldo López et la nature des faits qui lui ont valu sa condamnation. Dans l'article de Sarah Diffalah de l'Obs, la stratégie insurrectionnelle de la « salida » est qualifiée de « franche confrontation au pouvoir » qui constitue néanmoins « une petite ombre au tableau » de López, non pas pour son caractère antidémocratique et violent mais parce qu' elle a créé des remous au sein de la coalition d'opposition car, selon la journaliste, « certains goûtent moyennement à sa nouvelle médiatisation ».

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home