• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Venezuela : l’indulgence de la presse française (et d’une partie de la gauche) pour la violence d’extrême droite

Le « héros » du « Monde » et du « Nouvel Obs » Leopoldo Lopez, avec son mentor – l'ex-président colombien Alvaro Uribe, organisateur du paramilitarisme, du trafic de drogue et responsable impuni de multiples crimes contre l'humanité. Il faut dire que la presse dominante a mis beaucoup d'eau dans son vin en ce qui concerne ses critiques à l'encontre de Trump depuis qu'il est à la tête de l'Etat nord-américain, comme on a pu notamment le constater lors de sa visite officielle le 14 juillet dernier. De plus, notre presse entretient de longue date un flou bien plus artistique que journalistique sur la véritable nature politique d'une partie de l'opposition vénézuélienne voire sur l'opposition tout court.

Ainsi dans un article du Monde, on peut lire que la « Table de l'Unité Démocratique » (MUD) est une «coalition d'opposants qui va de l'extrême-gauche à la droite ». S'il existe bien une extrême-gauche et un « chavisme critique » au Venezuela comme Marea Socialista ou le journal Aporrea, ce courant politique n'a jamais fait partie de la MUD qui est une coalition qui va d'Acción Democratica, le parti social-démocrate historique converti au néolibéralisme dans les décennies 80-90 à la droite extrême de Vente Venezuela de Maria Corina Machado et de Voluntad Popular de Leopoldo López.

En février 2014, L'Obs publie un portrait dithyrambique de Leopoldo López. Sous la plume de la journaliste Sarah Diffalah, on peut lire que « sur la forme, comme sur le fond, Leopoldo López est plutôt brillant », que c'est un « homme de terrain », « combattif », qu'il a une « hauteur intellectuelle certaine », qu'il « peut se targuer d'une solide connaissance dans le domaine économique », que « la résistance à l'oppression et la lutte pour l'égalité, il y est tombé dedans tout petit », qu'il est un « époux modèle », qu'il a une « belle allure » et qu'il est devenu « le héros de toute une frange de la population ».

On y apprend également que Leopoldo López est « de centre-gauche » ! Henrique Capriles, un autre leader de l'opposition, serait ainsi « plus à droite que lui ». Pourtant, dans le dernier portrait que L'Obs consacre à Leopoldo López, on lit bien qu'il « présente l'aile la plus radicale de la coalition d'opposition » ! Leopoldo López n'a pourtant pas évolué idéologiquement depuis 2014... et L'Obs non plus. Cherchez l'erreur.

Le magazine américain Foreign Policy, peu suspect de sympathie pour le chavisme, a publié, en 2015, un article sur la fabrication médiatique du personnage de Leopoldo López intitulé « The making of Leopoldo López » qui dresse un portrait de l'homme bien moins élogieux que celui de L'Obs. L'article répertorie notamment tous les éléments qui prouvent que Leopoldo López, à l'époque maire de la localité huppée de Chacao (Caracas), a joué un rôle dans le coup d'état d'avril 2002 quand bien même, par la suite, la campagne médiatique lancée par ses troupes a prétendu le contraire. L'article rappelle également qu'il est issu de l'une des familles les plus élitaires du Venezuela. Adolescent, il a confié au journal étudiant de la Hun School de Princeton qu'il appartient « au 1% de gens privilégiés ».

Sa mère est une des dirigeantes du Groupe Cisnero, un conglomérat médiatique international et son père, homme d'affaires et restaurateur, siège au comité de rédaction de El Nacional, quotidien vénézuélien de référence d'opposition. Ce n'est pas franchement ce qu'on appelle un homme du peuple. Après ses études aux Etats-Unis – au Kenyon College puis à la Kennedy School of Government de l'université d'Harvard -, il rentre au Venezuela où il travaille pour la compagnie pétrolière nationale PDVSA. Une enquête conclura plus tard que López et sa mère, qui travaillait également au sein de PDVSA, ont détourné des fonds de l'entreprise pour financer le parti Primero Justicia au sein duquel il militait.

L'Humanité rappelle ses liens anciens et privilégiés avec les cercles du pouvoir à Washington ; en 2002, il rencontre la famille Bush puis rend visite à l'International Republican Institute, qui fait partie de la NED (National Endowment for Democracy) qui a injecté des millions de dollars dans les groupes d'opposition tels que Primero Justicia.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home