• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Venezuela : l’indulgence de la presse française (et d’une partie de la gauche) pour la violence d’extrême droite

Depuis l'arrivée au pouvoir d'Hugo Chávez , devenu rapidement une figure mondiale de la lutte anti-impérialiste, les relations entre le Venezuela, qui dispose des premières réserves de pétrole brut au monde et les États-Unis d'Amérique, première puissance et plus grand consommateur de pétrole mondial, se sont notoirement détériorées. Il y a, d'ailleurs, une certaine continuité dans la politique agressive des États-Unis envers le Venezuela bolivarien entre les administrations Bush, Obama et Trump.

En avril 2002, le gouvernement Bush reconnait de facto le gouvernement Caldera, issu d'un putsch militaire contre Hugo Chávez puis finit par se rétracter lorsque le coup d'état est mis en échec par un soulèvement populaire et une partie de l'armée restée fidèle au président démocratiquement élu. Du reste, le rôle des Etats-Unis d'Amérique dans ce coup d'état ne s'est pas limité à une simple reconnaissance du gouvernement putschiste. Dès lors, les relations ne cesseront plus de se détériorer entre les deux pays.

En 2015, Barack Obama prend un décret qualifiant ni plus, ni moins, le Venezuela de « menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique extérieure des Etats-Unis». Qui peut sérieusement croire que les troupes bolivariennes s'apprêtent à envahir le pays disposant du premier budget militaire au monde ? Ce décret ahurissant sera prolongé et est toujours en vigueur aujourd'hui. En décembre 2016, Donald Trump, nomme Rex Tillerson au poste de secrétaire d'état, un homme qui a eu de lourds contentieux avec le gouvernement vénézuélien lorsqu'il était PDG de la compagnie pétrolière Exxon Mobil.

La nouvelle administration annonce rapidement la couleur en multipliant les déclarations hostiles à l'égard de Caracas et en prenant, en février 2017, des sanctions financières contre le vice-président vénézuélien Tarik El Aissami, accusé de trafic de drogue. Bien entendu, aucune preuve ne sera apportée quant au présumé trafic de drogue et les sanctions consistent en un gel de ses avoirs éventuels aux Etats-Unis sans que l'on sache s'il a effectivement des avoirs aux Etats-Unis, l'idée étant avant tout de décrédibiliser le dirigeant vénézuélien aux yeux de l'opinion publique vénézuélienne et internationale. Tout change pour que rien ne change. Les médias français se sont contentés de relayer la propagande américaine sans la questionner.

La droite réactionnaire vénézuélienne jugée respectable dans la presse française

Fait inquiétant : la frange la plus extrême et «golpiste » de la droite vénézuélienne semble avoir les faveurs de l'administration Trump. La veille de l'élection de l'assemblée nationale constituante, le vice-président Mike Pence a téléphoné à Leopoldo López, figure de cette frange radicale, pour le féliciter pour « son courage et sa défense de la démocratie vénézuélienne».

Lilian Tintori, l'épouse de López, accompagnée de Marco Rubio, un sénateur républicain partisan de la ligne dure et de l'ingérence contre Cuba et le Venezuela, avait été reçue à la Maison Blanche par Donald Trump, quelques mois plus tôt. Qui se ressemble, s'assemble.

Pourtant, après avoir largement pris parti pour la campagne d'Hillary Clinton au profil bien plus rassurant que Donald Trump, la presse française dominante, y compris celle qui se réclame de la «gauche » sociale-démocrate (Libération, L'Obs), ne semble guère s'émouvoir, aujourd'hui, de cette internationale de la droite réactionnaire entre les Etats-Unis d'Amérique et le Venezuela. Nous avons pourtant connu notre presse dominante plus engagée contre l'extrême-droite comme, par exemple, lorsqu'il s'agissait de faire campagne pour Emmanuel Macron au nom du vote utile contre Marine Le Pen.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home