• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Venezuela : l’indulgence de la presse française (et d’une partie de la gauche) pour la violence d’extrême droite

Publié le 17 août 2017 par Venezuela

Infos: assemblée constituante, Crime de guerre/crime contre l'humanité, déstabilisation et violences de la droite, histoire de la révolution bolivarienne, Médiamensonges / désinformation / propagande

Les violences de la droite semblent, pour l'heure, avoir pris fin grâce à la mobilisation démocratique venue essentiellement des secteurs populaires – 90 % de la population, indifférents ou exaspérés par trois mois d'une insurrection armée qui a causé la majorité des morts. Depuis l'élection d'une Assemblée Constituante, la droite se déchire sur les causes de son échec, tout en inscrivant ses candidats aux prochaines élections régionales d'octobre...

Je vis depuis 23 ans au Venezuela et jamais je n'ai observé un tel délire, un tel déni de réalité sur le Venezuela. 99 % de propagande martelée tous les jours par 99% des médias ont eu raison de l'esprit critique de 99% des citoyens occidentaux. Comment expliquer le paradoxe qui voit la gauche condamner la résurgence du néo-nazisme aux États-Unis mais appuyer en majorité l'extrême-droite raciste du Venezuela, et croire dur comme fer qu'il s'agit d' « une révolte populaire contre un régime répressif » ? La réponse est facile : alors que les médias ont dénoncé les exactions des néo-nazis aux États-Unis, ils ont transformé les terroristes vénézuéliens en « combattants de la liberté ».

C'est aussi bête que ça. En 2017, plus que jamais, la gauche occidentale est coupée du monde et ne prend plus position en fonction d'un réel donné mais en fonction d'un champ médiatique devenu univoque. Claude Bailblé, professeur de cinéma :

« Vu l'absence de source alternative on est supposé admettre les infos comme objectives, alors qu'elles sont scénarisées, répétées jour après jour. Comment démêler des images violentes (incompréhensibles) montées et commentées (de manière compréhensible) et qui font office de vérité, sans une connaissance exacte de la situation ? »

L'arnaque s'opère essentiellement en termes d'inversion. En ce qui concerne le Venezuela, la technique a été utilisée plusieurs fois. En avril 2002 par exemple, alors qu'un putsch du patronat et de militaires de droite avait renversé le président Chavez, les médias internationaux justifièrent le coup d'État en inversant l'ordre des images. Des secteurs populaires tentant de défendre le palais présidentiel avec des armes de fortune devinrent grâce à l'inversion chronologique du montage, des « assassins chavistes embusqués tirant sur une foule d'opposants désarmés ».

C'était doublement faux : non seulement la manifestation ne se trouvait pas à cet endroit mais ces « assassins » résistaient aux tirs des snippers putschistes. Une manipulation restée dans les annales grâce au documentaire de Kim Bartley, récompensé par plusieurs prix internationaux, : « La révolution ne sera pas télévisée » (voir l'explication de l'inversion du montage par la télévision à partir de la minute 25) :


Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home