• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Procès Gbagbo: les preuves d’un montage - MEDIAPART met à nu les secrets de la CPI

  Ocampo a triché : quand va-t-on libérer Gbagbo ?

06 Oct 2017 Michel Collon / Alex Anfruns

L'affaire Ocampo démasque l'hypocrisie générale de la politique occidentale. La version médiatique officielle présente les actions de nos grandes puissances comme étant guidées par le souci de la démocratie et le bien des peuples, qui serait confirmées par une justice internationale neutre et indépendante. Mais Ocampo a manipulé les « enquêtes » sur le coup d'État contre Gbagbo en Côte d'Ivoire, il a aidé à plonger la Libye en enfer, il a diabolisé le Venezuela en se faisant payer par les oligarques latinos, il a contribué à diaboliser l'Érythrée parce que ce gouvernement cherche à libérer son pays de l'emprise des multinationales et de leur Banque mondiale.

Bref, il s'est prostitué dans une « Cour pénale internationale » en réalité financée par des intérêts privés comme George Soros. L'affaire Ocampo démasque la corruption et les intérêts sordides à l'œuvre dans toutes ces guerres. Nous appelons chacun/e à s'informer de façon plus objective car les médiamensonges tuent.

Vous êtes le conseiller pour l'Europe de Laurent Gbagbo, quelle est votre réaction lorsqu'éclate « l'affaire Ocampo » ?

Bernard Houdin : Je connais bien les gens de Médiapart, je savais qu'ils allaient découvrir un certain nombre de choses et qu'ils étaient en train de travailler sur tout cela pour le sortir au moment où il y aurait une confirmation de la réalité de tous les documents qui étaient dans leurs mains. Je savais qu'hier ils devaient sortir ces premiers documents sur Laurent Gbagbo, qui en fait n'est que la confirmation définitive qu'il y a eu un montage dans le dossier Gbagbo.

Depuis l'arrestation du président et son transfert à La Haye il y a plusieurs années, j'ai moi-même eu l'occasion d'écrire dans des tribunes ou dans le livre que j'ai écrit sur les Ouattara*, où j'ai montré que le transfert de Gbagbo à La Haye était un transfert illégal au regard du droit et même du statut de Rome. Le document qui a été publié hier est l'illustration finale, définitive, qu'il y a eu un montage pour amener Gbagbo à La Haye, ne suivant aucune règle de droit.

Est-ce que cela éclaire sous un jour nouveau le coup d'État organisé par la France à Abidjan en 2011 ?

 Ce n'est pas sous un jour nouveau, moi je l'ai vécu de l'intérieur car j'étais dans le palais présidentiel quasiment pendant toute la crise... Pour la petite histoire, j'étais envoyé en mission par le président le 26 mars, et je n'ai pas pu rentrer à Abidjan car le 30 mars l'aéroport était encore occupé, et mon vol devait rentrer le 30 à Abidjan, donc j'ai été retenu en Europe...En réalité c'est la conclusion en 2011 de tout ce qui avait démarré avec le coup d'État en 2002, tout cela est dans la continuité. Il y a eu à mon avis la volonté absolue, le jour de l'élection de Gbagbo en 2000, de déclencher un compte à rebours. Donc, d'une façon ou d'une autre, mettre un terme à l'expérience de Gbagbo en Côte d'Ivoire, pour des raisons obscures, qui ne vont pas grandir les relations franco-africaines, et qui vont à l'encontre même des intérêts de la France.

Moi je suis Français d'origine, et je répète toujours à mes concitoyens français qui se sont succédés depuis 2002, que ce soit Chirac, Sarkozy, Hollande ou Macron, que l'intérêt de la France c'est d'avoir des dirigeants africains de la trempe de Gbagbo, et pas de la trempe de Mangou ! A long terme, c'est une assurance de bonnes relations avec un continent qui va exploser dans les 30 ans qui viennent. La position qu'un président de la France vient d'avaler sur la question de la Côte d'Ivoire, pour moi qui suis formé à une éducation occidentale... c'est une insulte à l'intelligence !

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home