• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Articles

Océan Indien : ici se joue la grande bataille pour la domination mondiale

Cinq ans après le passage de l'ouragan Katrina, des habitants de la Nouvelle Orléans vivent encore dans des camps. On peut comparer cette situation avec celle du Liban : ceux qui avaient perdu leur maison à cause des bombardements israéliens de 2006 ont retrouvé un toit grâce au Hezbollah. Ce qui a fait dire à un mollah vivant aux USA qu'il valait mieux être libanais que de vivre aux Etats-Unis car, au pays du cèdre, on a au moins un toit sur la tête.

Ce processus de militarisation a plongé les Etats-Unis dans l'endettement. Mais aujourd'hui, leur principal créancier n'est autre que... la Chine ! Curieusement, le destin de ces deux grands concurrents semble donc intimement lié.

Oui, l'économie est quelque chose de fou ! En fait, la Chine exporte beaucoup de produits vers les Etats-Unis, qui lui rapportent beaucoup de devises en dollars. L'accumulation de ces devises permet à la Chine de maintenir un taux de change stable entre le yuan et le billet vert, ce qui favorise ses exportations. Mais l'accumulation de ces dollars US conduit également Pékin à acheter des bons du Trésor américain qui financent la dette étasunienne. En finançant la dette des Etats-Unis, on peut donc dire que la Chine finance la guerre contre le terrorisme ! Or, le Pentagone mène cette guerre pour mieux contrôler les ressources énergétiques dans le monde et tenter de contenir l'émergence chinoise. Vous voyez : la situation est paradoxale ! Mais cette campagne des USA est un échec et leur économie est au bord de la faillite.

Il ne leur reste qu'une option : réduire leurs dépenses militaires et utiliser leur budget pour relancer l'économie. Mais l'impérialisme possède une logique dominée par le profit immédiat et la concurrence sans frein : du coup, il continue sur sa lancée jusqu'à ce qu'il meure. L'historien Paul Kennedy a étudié l'histoire des grands empires : à chaque fois que l'économie d'une grande puissance est en perte de vitesse, mais que ses dépenses militaires augmentent, alors cette grande puissance est amenée à disparaître.

C'est donc la fin de « l'Empire américain » ?

Qui peut le dire ? L'Histoire est faite de zigzags et je n'ai pas de boule de cristal pour prédire l'avenir. Mais tout porte à croire que l'hégémonie des Etats-Unis touche à sa fin. Il n'y aura plus de superpuissance mondiale et les USA vont probablement redevenir une puissance régionale importante. Nous allons assister au retour inévitable du protectionnisme et par conséquent, à la fin de la mondialisation. Des blocs économiques régionaux vont émerger et de ces blocs, l'Asie sera le plus fort. Aujourd'hui, les milliardaires sont de moins en moins du côté des Blancs occidentaux. Ils sont en Asie où se trouvent la richesse et les capacités de production.

Qu'adviendra-t-il de l'Europe ?

Elle possède des liens très forts avec les Etats-Unis. Notamment à travers l'Otan, une invention des USA, apparue après la Seconde Guerre mondiale pour contrôler le vieux continent. Cependant, je pense qu'il existe deux types de dirigeants en Europe : les pro-US et les vrais Européens. Les premiers restent dépendants de Washington. Les seconds privilégient les intérêts propres de l'Europe et se lient à la Russie. Avec la crise économique et le déclin des USA, l'intérêt logique de l'Europe est de se tourner vers l'Asie.

Dans son célèbre livre Le grand Echiquier, le politologue américain Zbigniew Brzezinski redoutait de voir apparaître pareille alliance entre l'Europe et l'Asie. Mais il disait que cette union ne verrait probablement jamais le jour en raison des différences culturelles.

Après la Seconde Guerre mondiale, les Etats-Unis dominaient la scène économique, particulièrement en Europe, et ils ont pu exporter leur culture et leur mode de vie. L'économie génère en effet des liens culturels, mais la culture ne crée des liens que lorsque l'estomac est rempli. On ne mange pas de culture. Aussi, lorsque l'estomac est vide, la culture passe après l'économie. C'est pourquoi aujourd'hui, alors que le monde capitaliste est en crise, l'Europe doit faire passer ses intérêts économiques avant les liens culturels l'unissant aux Etats-Unis. Il serait donc logique qu'elle se tourne vers l'Asie. D'autant que les liens culturels Europe – USA ont été forgés par Hollywood. Historiquement, on peut dire que les liens culturels sont plus forts entre, par exemple, l'Italie et la Lybie ou bien entre l'Espagne et le Maroc.

Henry Kissinger, lorsqu'il n'ordonnait pas de laisser les Iraniens et les Irakiens s'entretuer, disait que l'hégémonie des Etats-Unis était indispensable pour maintenir la paix et propager la démocratie dans le monde. De nombreux spécialistes comme Brzezinski ont soutenu la même idée.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home