• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Articles

Océan Indien : ici se joue la grande bataille pour la domination mondiale

 Et quels sont aujourd'hui ces Etats-vassaux ?

En Afrique du Nord, vous avez l'Egypte. Pour l'Afrique de l'Est, c'est l'Ethiopie. Pour l'Afrique de l'Ouest, le Nigéria. Pour le Sud et le centre du continent, Washington misait sur l'Afrique du Sud. Mais cette stratégie est un échec. Comme nous l'avons vu, les Etats-Unis ne parviennent pas à empêcher les Etats africains de commercer avec la Chine et ils ont perdu beaucoup d'influence sur ce continent. En témoigne le camouflet essuyé par le Pentagone lorsqu'il a cherché, en vain, un pays pour accueillir le siège de son commandement régional Africom. Tous les Etats du continent ont refusé d'abriter cette base. Le ministre sud-africain de la Défense a expliqué que ce refus était « une décision africaine collective » et la Zambie avait même rétorqué au secrétaire d'Etat américain : « Aimeriez-vous avoir un éléphant dans votre living?» Actuellement, le siège de ce commandement régional pour l'Afrique est basé à... Stuttgart ! C'est la honte pour Washington.

Une autre stratégie US pour contrôler l'océan Indien serait d'utiliser l'Inde contre la Chine en exacerbant les tensions entre ces deux pays. Cette technique avait déjà été utilisée pour l'Iran et l'Irak dans les années 80. Les Etats-Unis armaient les deux camps à la fois et Henry Kissinger avait déclaré : « Laissez-les s'entretuer ! » Appliquer cette théorie à l'Inde et à la Chine permettrait de faire d'une pierre deux coups en affaiblissant les deux grandes puissances émergentes d'Asie. D'ailleurs, dans les années 60, les Etats-Unis avaient déjà utilisé l'Inde dans un conflit contre la Chine. Mais l'Inde fut vaincue et aujourd'hui, je ne pense pas que ses dirigeants feraient la même erreur de partir en guerre contre leur voisin pour les intérêts d'une puissance étrangère. Il existe bien des contradictions entre Pékin et New Delhi, mais elles ne sont pas majeures. Ces deux nations émergeantes du Tiers-Monde ne devraient pas s'engager dans ce genre de conflit typiquement impérialiste.

Pas d'issue donc pour les USA en Inde ou en Afrique. Mais en Asie de l'Est, ils ont de nombreux alliés. Ne peuvent-ils compter sur eux pour contenir la Chine ?

Là aussi, Washington a échoué, à cause de sa cupidité. L'Asie du Sud-Est a connu une terrible crise économique en 1997, provoquée par une grosse « erreur » des Etats-Unis. Tout est parti d'une dévaluation de la monnaie thaïlandaise qui avait été attaquée par des spéculateurs. Du coup, les Bourses se sont affolées et beaucoup d'entreprises ont fait faillite. La Thaïlande espérait recevoir le soutien des Etats-Unis, dont elle était un fidèle allié. Mais la Maison Blanche ne bougea pas. Elle rejeta même l'idée de créer un Fonds monétaire asiatique pour venir en aide aux pays les plus touchés. En fait, les multinationales US ont profité de cette crise asiatique pour éliminer des concurrents asiatiques dont l'ascension les inquiétait.

Finalement, c'est la Chine qui sauva la région de la catastrophe en décidant de ne pas dévaluer sa monnaie. Une monnaie faible favorise les exportations, et si le yuan était descendu, l'augmentation des exportations chinoises aurait complètement achevé les économies des pays voisins déjà mal en point. Donc, en maintenant la valeur de sa monnaie, la Chine a permis aux pays de la région de relancer leurs exportations et de se relever. Alors que de nombreux gouvernements asiatiques gardaient une certaine rancœur contre Washington pour son rôle joué dans cette crise, le Premier ministre malaisien déclara : « La collaboration de la Chine et son haut sens des responsabilités ont préservé la région d'un scénario encore bien plus catastrophique ».

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home