• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Articles

Le Venezuela est-il victime d’une guerre économique ?

Pour les pays historiquement dominés, la mémoire est en effet utile pour comprendre le présent et appréhender le futur, surtout quand les vieilles habitudes perdurent. Car s'il est vrai que le temps ou les troupes américaines pouvaient débarquer n'importe où dans la région et y hisser leur drapeau est bien révolu, il serait vraiment naïf de penser que les Etats-Unis auraient aujourd'hui renoncé à vouloir continuer de favoriser leurs intérêts au sud du Rio Grande.

Avec les plus grandes réserves de pétrole du monde et un discours pan–latino–américaniste intolérable, il est tout naturel de considérer le Venezuela comme une des principales cibles de l'administration étatsunienne. Le président Obama n'a-t-il pas décrété en mars 2015 « un état d'urgence nationale suite à la menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis posée par la situation au Venezuela » ? [2]

C'est en ayant tous ces éléments en vue qu'il faut considérer les allégations du gouvernement vénézuélien lorsqu'il déclare être victime d'une déstabilisation comparable à celle qu'a connue le Chili sous la présidence de Salvador Allende (1970-1973). Une instabilité qui serait le résultat d'une pression politique et médiatique incessante, à laquelle il faudrait rajouter une guerre économique aux effets ravageurs.

Pourtant, rares sont les journalistes qui se sont penchés sérieusement sur cette question, comme si le terme de « guerre économique » ne pouvait renvoyer qu'à des théories conspirationnistes nauséabondes issues d'un esprit paranoïaque. Mais c'est faire montre de beaucoup d'ignorance que de déconsidérer cette pratique qui est loin d'être neuve dans l'histoire de l'humanité en général et dans la boîte à outil interventionniste de la politique étrangère américaine en particulier.

Qu'est-ce que la guerre économique?

La guerre économique a toujours existé ; elle est une réalité qui a beaucoup été étudiée, autant par les universitaires que par les experts en questions militaires... et enseignée : ne trouve-t-on pas une École de Guerre Économique dans le VIIème arrondissement de Paris ? [3]

Comment la définir ? Selon le géopoliticien Pascal Boniface, il s'agirait de « la mobilisation de l'ensemble des moyens économiques d'un État à l'encontre d'autres États pour accroître sa puissance ». Alors que le temps des conflits frontaux associés aux conquêtes territoriales est révolu, « les conflits d'intérêts entre pays développés ne peuvent désormais trouver d'expression qu'à travers l'affrontement économique ». [4]

Et si selon Clausewitz la guerre représentait la continuation de la politique par d'autres moyens, il en va de même aujourd'hui pour la guerre économique qui n'est « qu'un outil qui permet d'atteindre des objectifs qui demeurent fondamentalement d'ordre politique » [5]

Le blocus commercial, économique et financier imposé à Cuba par les Etats-Unis depuis 1960 est peut-être un des plus clair exemples. Il convient ici de rappeler l'objectif qui motiva sa mise en place (sous la présidence de Dwight Eisenhower) avec la lecture d'une note du 6 avril 1960 -secrète à l'époque mais aujourd'hui déclassifiée- du sous-secrétaire d'État adjoint aux Affaires interaméricaines, Lester D. Mallory, dans laquelle celui-ci affirme que :

« la majorité des Cubains soutient Castro » et qu'il « n'existe pas une opposition politique effective », en ajoutant que « le seul moyen prévisible de réduire le soutien interne passe par le désenchantement et le découragement basés sur l'insatisfaction et les difficultés économiques (...) Tout moyen pour affaiblir la vie économique de Cuba doit être utilisé rapidement (...) : refuser de faire crédit et d'approvisionner Cuba pour diminuer les salaires réels et monétaires dans le but de provoquer la faim, le désespoir et le renversement du gouvernement. » [6]

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home