• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Le Venezuela est-il victime d’une guerre économique ?

En effet, il n'est pas de bon ton de mentionner « l'impérialisme » de ce côté-ci de l'atlantique, et le fait que l'histoire de l'Amérique latine soit le résultat de plusieurs siècles de relations tumultueuses avec les Etats-Unis n'a pas l'air d'attirer l'attention de la plupart des « experts » et autres éditorialistes, qui ont plutôt l'air de vouloir suivre la doctrine avancée par le président Obama vis-à-vis du sous-continent : « oublions le passé ».

L'histoire : séance d'auto-flagellation ou outil pour comprendre le présent ?

Faut-il oublier le passé ? Il est évidemment fort commode pour celui qui a commis des exactions de demander à celui qui les a subies de faire table rase et de « se tourner vers le futur ». Demander aux Africains de penser à l'avenir, certes, mais comment leur exiger d'oublier la Françafrique ? Il en va de même en Amérique latine. On ne balaie pas d'un simple revers de main plus d'un siècle et demi d'expansionnisme et d'interventionnisme, de diplomatie de la canonnière ou du « gros bâton », de politique du dollar et d'ingérence continue dans sous-continent considéré jusqu'il y a encore peu- comme la chasse gardée ou l'arrière-cour des Etats-Unis.

 

Il est intéressant de rappeler la réponse de la présidente de l'Argentine Cristina Fernandez au président Obama après que celui-ci eu proposé – lors du VII Sommet des Amériques qui se tint à Panama en avril 2015 – « d'avancer en laissant derrière le passé » :

« Faisons la part des choses, je vois que le président Barack Obama –il vient de le signaler– n'aime pas beaucoup l'histoire ou bien qu'il la considère comme peu importante ; au contraire à moi elle m'aide à comprendre ce qui se passe [aujourd'hui], ce qui s'est passé et pourquoi, mais surtout à prévenir ce qui pourrait se produire à nouveau. Nous n'abordons pas l'histoire comme un exercice de masochisme ou une séance d'auto-flagellation, mais comme un outil pour comprendre pourquoi nous en sommes arrivés au point où nous nous trouvons. » [1]

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home