• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

A Paris, l’Eglise catholique exploitait 3000 bordels et 40 000 prostituées : mères célibataires, vierges violées, veuves ou répudiées

« On ne peut traverser le pont d'Avignon sans rencontrer deux moines, deux ânes et deux putains. »

Ce célèbre adage médiéval témoigne de la vitalité du « plus vieux métier du monde » dans la cité des papes. Mais bien d'autres villes de France peuvent se targuer d'une telle réputation. S'il est certain que l'Église et l'État exploitaient les bordels et prostituées déclarées, rien n'atteste qu'ils géraient la totalité des 3000 bordels parisiens du 15e siècle, et des 40 000 prostituées parisiennes du 18e siècle, pour la plupart clandestines.

BIBLIOGRAPHIE :

Jacques Rossiaud, La prostitution Médiévale, édition Flammarion 1988

Brigitte Rochelandet, Histoire de la prostitution du Moyen Age au XX° siècle, édition Cabédita 2007

Séverine Fargette travaille sur le thème « Violence, justice et société en France au Moyen Age ». Elle prépare une thèse sur le conflit entre armagnacs et bourguignons (1407-1420).

 Erica-Marie Benabou, « La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle »

Charles Jérôme Lecour, « La Prostitution à Paris et à Londres »

 Alexandre Parent du Châtelet, De la prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport de l'hygiène publique, de la morale et de l'administration : ouvrage appuyé de documents statistiques puisés dans les archives de la Préfecture de police

Jean-Marc Berlière, La police des mœurs sous la IIIe République. Limites et réalités d'une « Police Républicaine »

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home