• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

L'Afrique impériale

 L'archipel des Comores

Le nom des Comores vient de l'expression arabe "Djazaïr el-Qamar" (les îles de la lune).
En se mariant avec les filles des chefs des quatre îles de l'archipel, les émigrés shirazis arrivés au XVIe siècle fondèrent les sultanats, encore à la tête de ces îles aujourd'hui. Ces sultans, qui vivaient du commerce des épices et parfois de piraterie, ne cessèrent d'être en conflit les uns avec les autres. Par ailleurs, les habitants devaient se défendre contre les raids des pirates de Madagascar qui débarquaient souvent à l'improviste pour emmener la population en esclavage.

 LE ROYAUME DE MADAGASCAR

Madagascar s'est peuplée, il y a 2000 ans, d'Africains et d'immigrants indonésiens. Sur l'île jusqu'alors déserte, les grandes tribus comme les Sakalava et les Betsimisaraka fondèrent des royaumes aux coutumes communes. De grands souverains unifièrent le pays à partir du XVIIIe siècle.

Des immigrants indonésiens

Poussés sur les côtes d'Afrique orientale par les vents de la mousson, les immigrants indonésiens ont probablement apporté avec eux le bananier et le riz, qui offriront une nourriture de base aux Africains. Ils ont aussi donné leur langue, le malgache, parlé aujourd'hui par tous les habitants de l'île. Par ailleurs, Madagascar doit au continent africain le principe de la royauté sacré, et le regroupement de la population en clans.
Elle tient plus particulièrement des Swahilis son organisation politique, commerciale et culturelle.

Andrianampoinimerina fondateur de l'unité malgache

Ramboasalama, autrement dit "le chien bien portant", l'un des lointains descendants du fondateur d'Antananarivo, prit le pouvoir, dans les années 1790, sous le nom d'Andrianampoinimerina, "le Seigneur au cœur d'Imerina". Il fonda une administration forte où les gouverneurs avaient autorité sur les chefs de clans locaux. Des assemblées de villages, les fokonolona, étaient responsables devant les inspecteurs royaux.
Il s'efforça en vain d'unifier le pays. Son fils, Radama Ier continua sa tentative de modernisation en équilibrant la présence des Français et des Anglais, détenteurs des comptoirs sur la côte.

La fin de l'indépendance

De 1864 à la conquête française en 1896, Rainilaiarivony fut le véritable chef de Madagascar. Epoux de trois reines successives, Rasoherina, Ranavalona II, puis Ranavalona III, il s'efforça de préserver l'indépendance du pays. Ranavalona II se convertit au protestantisme, ouvrant Madagascar à l'influence de l'Angleterre. Au grand regret de la France, et sous le règne de Ranavalona III, l'île ne put résister aux pressions étrangères. En 1890, le sort de Madagascar fut décidé en dehors des Malgaches, car les Français et les Anglais s'étaient partagé la région. La France céda à l'Angleterre son influence commerciale sur Zanzibar en échange de Madagascar, qui fut annexé en 1896.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home