• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

L'Afrique impériale

De sa capitale, l'empereur règne sur un empire divisé en provinces et royaumes avec une armée forte de 200 000 hommes. Des gouverneurs, des rois, des ministres l'aident à gouverner son peuple comportant trois couches sociales : nobles (commerçants, agriculteurs, aristocrates...), hommes de caste (artisans, griots...) et esclaves (prisonniers...). Il s'appuie sur une économie très développée : l'agriculture prospère au Sud, l'élevage au Nord ; le commerce, notamment transsaharien, est florissant (or, peau, céréales, esclaves...) ; les mines d'or et de fer se révèlent intarissables ; les transports se développent.

L'opulence de cet empire animiste attire les convoitises de ses voisins musulmans. Dès 1042, des Berbères convertis à l'islam, les Almoravides, entreprennent la conquête du Wagadu. La ville d'Aoudagost est prise en 1057, puis Koumbi Saleh en 1076 mais reprise en 1087. Cependant, le Wagadu se trouve très affaibli et alors débute son lent déclin par un démembrement progressif. Les populations de l'empire hostile à l'islam, imposé par la force, émigrent vers le Sud ou l'Est. La nation se dépeuple et ses armées se trouvent donc moins puissantes. Ainsi, des royaumes tels que ceux du Mali ou du Diara prennent la liberté de se détacher de l'empire qui va devenir un petit royaume. Simultanément, ce qui faisait sa prospérité (commerce, élevage, agriculture, mines) se trouve bien désorganisé. Certains des Etats vassaux en profitent pour ce développer. L'un d'entre eux, le Sosso du grand Soumaoro Kante s'empare même du Wagadu à l'aube du XIIIe siècle.

L'EMPIRE DU KANEM

Situé au croisement des routes de la vallée du Niger, des régions forestières du Sud, de la vallée du Nil et de la Méditerranée, le bassin du Tchad est le plus grand carrefour de civilisations au Sud du Sahara. Ici c'est développé le royaume du Kanem au VIIe siècle. Son souverain, le "maï", tenait son pouvoir de la possession de chevaux et de la présence d'artisans métallurgistes. Grâce à la cavalerie dotée de couteaux de jets redoutables, les Zaghawas, peuple de pasteurs dont il était issu, assurèrent leur domination sur les agriculteurs. Le Kanem dura plus de 1000 ans.

Un empire fondé sur l'esclavage

La richesse du "Maï" du Kanem n'était pas fondée sur l'or, mais sur l'esclavage. "Son emprise sur ses sujets, écrit un chroniqueur musulman de l'époque, est absolue. Il réduit en esclavage qui il veut." Au cours de siècles, la région ne cessa d'être le terrain privilégié des chasseurs d'esclaves au profit du monde arabe, puis de l'Empire Ottoman. Aujourd'hui, l'esclavage n'a pas complètement disparu dans la région et se perpétue à l'occasion des conflits locaux avec le Soudan voisin.

La fin de l'empire du Kanem

Au XIVe siècle, le Kanem faillit succomber sous les coups d'autres nomades. Sa caste dirigeante se réfugia dans un petit royaume vassal, le Bornou, et perpétua son pouvoir sous ce nom jusqu'à la veille de l'arrivée des Européens, à la fin du XIXe siècle.

L'EMPIRE DU MALI

Successeur du Ghana tombé sous les coups des Almoravides en 1076, l'empire du Mali fut le premier Etat structuré d'Afrique occidentale. Ses coutumes et sa structure sociale marquent encore les habitants de la région et leur mode de vie.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home