• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Articles

Ce que l’Occident ne veut pas que vous sachiez sur l’Érythrée

Voilà comment fut réglé le sort de l'Erythrée. Avec de lourdes conséquences : la plus longue lutte pour l'indépendance en Afrique allait commencer...

Mohamed Hassan recommande les lectures suivantes :

- Dan Connell, Against All Odds. ''A Chroincle of the Eritrean Revolution'', The Red Sea Press, Inc, 1997

- Firebrace & Holland, ''Never Kneel Down'', Spokesman, 1984.

En 1950, sur décision de l'ONU et suivant la volonté des Etats-Unis, l'Erythrée devient donc une entité autonome fédérée à l'Ethiopie. Comment se passe la cohabitation ? Plutôt mal. Cette décision n'avait aucun sens car elle amenait deux systèmes incompatibles à vivre ensemble. Vous aviez d'un côté l'Erythrée, qui avait bénéficié du développement du colonialisme italien et où avait émergé une certaine classe ouvrière avec une conscience politique. De l'autre côté, il y avait l'Ethiopie dirigée par l'empereur Hailé Sélassié. C'était un régime féodal, sans Constitution, qui pratiquait encore l'esclavage et où il n'y avait pas de droits politiques. Mais comme c'était un système fédéral, l'Erythrée gardait d'une part son propre drapeau et son parlement, et d'autre part ses syndicats, ses journaux indépendants... Autant de choses qui étaient interdites en Ethiopie !

Cette étrange cohabitation allait indirectement conduire à une tentative de coup d'Etat contre l'empereur Sélassié. En effet, des officiers éthiopiens voyageaient en Erythrée et constataient de grosses différences par rapport à leur propre pays. De plus, le mouvement panafricain et la vague des indépendances faisaient évoluer les mentalités sur tout le continent. Certains Ethiopiens commençaient à percevoir que leur régime était arriéré. Parmi eux, le jeune Girmame Neway. Il avait étudié aux Etats-Unis et avait servi comme gouverneur dans certaines provinces de l'empire éthiopien.

Avec l'aide de son frère qui faisait partie des gardes du corps de Sélassié, il tenta un coup d'Etat en 1960, alors que l'empereur était en visite au Brésil. Mais l'armée éthiopienne ne suivit pas le mouvement et le coup échoua. A son retour, Sélassié avait deux options : ou bien il maintenait la fédération avec l'Erythrée et offrait à son peuple les mêmes droits que ceux dont jouissaient les Erythréens ; ou bien il annexait complètement l'Erythrée. La première option aurait été un suicide politique pour Sélassié. Donc, en 1962, l'Ethiopie annexa totalement l'Erythrée.

Avec le soutien implicite des Nations Unies. Pourquoi la communauté internationale n'a-t-elle pas protesté ?

Oui, c'est assez incroyable. Quand Sélassié a annexé l'Erythrée, il a ordonné l'arrestation d'éditeurs de journaux, envoyé des leaders nationalistes en exil, banni les syndicats et interdit l'usage des langues natives d'Erythrée dans les écoles et pour les transactions officielles. Il a également délocalisé les industries basées à Asmara pour les réimplanter à Addis Abeba. L'idée était de faire venir les travailleurs érythréens en Ethiopie et de dépeupler l'Erythrée pour en faire une base militaire. De plus, alors que des troupes éthiopiennes encerclaient l'Assemblée et que des jets survolaient la ville d'Asmara, le parlement érythréen a été contraint dans l'humiliation de voter sa propre dissolution.

L'Erythrée a protesté vigoureusement et demandé la médiation de l'ONU qui a répondu : " Votre requête doit d'abord passer par le gouvernement fédéral ", c'est-à-dire par l'empereur Sélassié lui-même ! Autrement dit, le régime éthiopien avait la bénédiction des puissances impérialistes et particulièrement des Etats-Unis qui dominaient l'ONU. L'empereur Sélassié était soutenu de toutes parts et en profitait pour se donner une bonne image, celle du père du continent africain. Personne n'allait s'opposer à lui, pour le plus grand malheur des Erythréens.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home