• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Articles

Ce que l’Occident ne veut pas que vous sachiez sur l’Érythrée

 On paraît loin des pillages habituels ou des mains coupées du Congo belge. L'Erythrée était-elle une exception dans le monde impitoyable du colonialisme ?

Il y a eu des aspects positifs mais il ne faut pas se leurrer, le colonialisme italien restait un concept discriminatoire où les Noirs n'avaient pas beaucoup de droits par rapport aux Blancs. Pourquoi ? En fait, quand l'Italie s'est emparée de l'Erythrée et d'une partie de l'actuelle Somalie à la fin du 19ème siècle, elle a tenté de poursuivre son expansion en Ethiopie. Mais les soldats italiens ont été vaincus par Menelik II durant la bataille d'Adoua en 1896. Dans les années suivantes, l'idéologie fasciste s'est développée au sein de l'intelligentsia italienne avec la volonté de restituer l'honneur du pays qui avait été vaincu par des Noirs. Le colonialisme italien était donc très raciste envers ces derniers. La population érythréenne avait été intégrée au projet colonial mais en tant que classe inférieure.

D'ailleurs, le fascisme italien (qui arrive au pouvoir en 1922) était avant tout basé sur un racisme anti-noir, il n'était pas antisémite comme le fascisme allemand. Des juifs ont travaillé au sein d'organisations fascistes en Italie ! Et Mussolini avait une maîtresse juive. Imaginez cela pour Hitler ! Ce n'est que plus tard, vers la fin des années trente, que l'Italie va commencer à persécuter les juifs. D'abord, parce que Mussolini s'était rapproché d'Hitler. Ensuite, parce que le parti fasciste italien avait besoin d'un second souffle. Il utilisa donc la communauté juive comme bouc émissaire pour mobiliser la population italienne.

Finalement, les fascistes italiens ont eu leur revanche sur l'Ethiopie : en 1935, les troupes de Mussolini envahirent le seul pays non colonisé de l'Afrique.

Oui, même si l'occupation de l'Ethiopie ne dura pas très longtemps. En 1941, en pleine guerre mondiale, l'armée britannique chassa les Italiens de la région et les Alliés prirent le contrôle de la Corne de l'Afrique. Au lendemain de la guerre, si l'Ethiopie retrouva son " indépendance ", le sort de l'Erythrée, par contre, fit débat.L'Union soviétique souhaitait que cette colonie obtienne son indépendance. De leur côté, comme ils l'avaient fait un peu partout, les Britanniques souhaitaient diviser le pays en deux sur base de la religion : les musulmans devaient rejoindre le Soudan et les chrétiens orthodoxes l'Ethiopie.

Il est intéressant de noter que l'Eglise éthiopienne était favorable à cette option et faisait pression sur les chrétiens d'Erythrée pour qu'ils l'acceptent. Elle leur disait que s'ils refusaient, ils ne seraient pas enterrés et leur âme ne rejoindrait pas le paradis. Malgré tout, les chrétiens d'Erythrée refusèrent : ils se sentaient Erythréens avant toute chose ! Ce sentiment d'appartenance s'explique notamment par le fait que les Italiens, à l'inverse de nombreuses puissances impérialistes, avaient intégré le peuple érythréen au projet colonial sans distinction ethnique. Mais finalement, ce fut la troisième option qui l'emporta, celle des Etats-Unis : l'Erythrée devait être intégrée à l'Ethiopie dans un système fédéral.

Pourquoi les Etats-Unis soutenaient-ils cette option ?

Sa position géographique avait conféré à l'Erythrée une grande importante aux yeux de Washington pendant et après la Seconde Guerre mondiale. Dès les années 40, le Pentagone et des firmes d'armement privées développèrent d'importants projets dans le pays : une ligne d'assemblage d'avions, des ateliers de réparation, une force navale... Et surtout, dans les années 50, les services de renseignement américains établirent dans sa capitale Asmara une de leurs plus importantes bases de télécommunication à l'étranger. A l'époque, il n'y avait pas de surveillance satellite comme aujourd'hui et les systèmes d'écoute avaient une portée limitée. Mais depuis l'Erythrée, vous pouviez surveiller ce qui se passait en Afrique, au Moyen-Orient, dans le Golfe et même dans certaines parties de l'Union soviétique.

Les Etats-Unis plaidèrent donc pour que l'Erythrée soit rattachée à l'Ethiopie, qui était un allié de Washington. John Foster Dulles, une figure éminente de la politique américaine, dirigeait le bureau des Affaires Etrangères. Il reconnut dans un débat du Conseil de Sécurité :

" Du point de vue de la justice, les opinions du peuple érythréen doivent être prises en considération. Néanmoins, les intérêts stratégiques des Etats-Unis dans le bassin de la mer Rouge, et les considérations pour la sécurité et la paix dans le monde, rendent nécessaire que ce pays soit rattaché à notre allié, l'Ethiopie ".

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home