• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Ce que l’Occident ne veut pas que vous sachiez sur l’Érythrée

 Première Partie

La Corne de l'Afrique est une des régions les plus meurtries du continent : guerres incessantes, famine, pauvreté... Des images que tout le monde connaît. Mais peu de gens savent que l'Erythrée estime possible de sortir de ce cercle infernal, de résoudre les conflits par le dialogue et d'atteindre un important niveau de développement. On pourrait s'en réjouir. Pourtant, aux yeux de la communauté internationale, l'Erythrée est un Etat paria, mis au banc des accusés du Conseil de Sécurité de l'ONU ! En quoi ce pays, dont personne ne parle, menace-t-il les puissances occidentales ?

Dans ce nouveau chapitre de notre série " Comprendre le monde musulman ", Mohamed Hassan dévoile tout ce que nous ne devrions pas savoir sur l'Erythrée. | Interview réalisée par:Grégoire Lalieu & Michel Collon.

L'Erythrée serait-elle la source de toutes les violences dans la Corne de l'Afrique ? C'est ce que semble penser le Conseil de Sécurité des Nations Unies qui a récemment voté des sanctions contre ce pays. L'Erythrée est notamment accusée de fournir des armes aux rebelles somaliens.

Ces sanctions reposent sur une campagne mensongère visant à déstabiliser le gouvernement érythréen. Il y a un embargo sur la fourniture d'armes vers la Somalie depuis 1992, des experts internationaux sont présents sur place pour contrôler la situation et il existe aujourd'hui, pour toute arme, un numéro de série qui permet d'assurer sa traçabilité. Malgré toutes ces dispositions, le Conseil de Sécurité n'a pas plus de preuves sur ce présumé trafic qu'il n'en avait sur les armes de destruction massive en Irak ! Par contre, vous retrouvez encore une fois Washington derrière ce type de campagne mensongère. Pourtant, même le secrétaire d'Etat adjoint aux Affaires africaines des Etats-Unis, Johnnie Carson, n'y croit pas. La vérité, explique-t-il, c'est que la Somalie est en guerre depuis vingt ans et regorge d'armes. N'importe qui peut en vendre ou en acheter sur le marché noir. Les rebelles somaliens n'ont donc pas besoin de l'Erythrée pour s'approvisionner.

L'Erythrée est également accusée d'entretenir des tensions avec Djibouti sur un différend frontalier. Il y a d'ailleurs eu un accrochage entre les deux armées en 2008.

L'Erythrée n'a jamais manifesté la moindre revendication territoriale sur Djibouti. Comme la plupart des frontières en Afrique, celle qui sépare les deux pays a été tracée par les puissances coloniales. Elle a donc été marquée il y a bien longtemps et n'a jamais été discutée. Cet " incident " de 2008 est une pure fabrication de l'administration Bush.

Tout a commencé au mois d'avril lorsque le président érythréen, Isaias Afwerki, a reçu un appel téléphonique de l'émir du Qatar. Ce dernier rapportait une plainte du président djiboutien, Ismail Omar Guelleh : l'Erythrée amasserait des troupes à la frontière. Or, le président Afwerki n'avait rien ordonné à son armée et a été très surpris par cet appel. Pourquoi son homologue djiboutien passait-il par une tierce partie ? Isaias Afwerki proposa tout de même de rencontrer Guelleh à Djibouti, en Erythrée ou même au Qatar s'il le souhaitait. Le président djiboutien ne répondit pas à l'invitation.

Quelques semaines plus tard, le 11 juin 2008, des soldats de l'armée de Djibouti attaquèrent des troupes érythréennes à la frontière. Un bref combat s'engagea causant une trentaine de morts et des dizaines de blessés de part et d'autre. Le président djiboutien clama aussitôt que l'Erythrée avait attaqué son pays. Avec une rapidité déconcertante, les Etats-Unis produisirent un communiqué condamnant l' " agression militaire de l'Erythrée contre Djibouti ". Le Conseil de Sécurité des Nations Unies fit aussitôt écho à cette condamnation. Et ce n'est qu'ensuite qu'il proposa d'envoyer une commission d'experts pour analyser la situation sur place et établir les faits. Pourquoi le Conseil de Sécurité a-t-il mis la charrue avant les bœufs ? Sur quoi se basaient ses accusations ? Il n'y a pas de différend entre l'Erythrée et Djibouti. Les peuples de ces deux pays ont toujours été en bonnes relations. Mais une fois de plus, les Etats-Unis manipulent la communauté internationale et le Conseil de Sécurité pour faire pression sur l'Erythrée.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home