• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Peuple français réveille-toi ! Peuples africains arrêtez de suivre la France!

Prologue :

  L'heure est grave au pays des ''droits de l'homme (blanc)''. Nous avons choisi de partager avec vous une série de vidéo mettant en lumière la décrépitude et le pourrissement du système judiciaire français n'hésitant pas à radier du Barreau des Avocats.

Motif: ils sont soupçonnés d'antisémitisme.

Le seul tord: avoir eu le courage et l'audace de dénoncer le gangstérisme, la corruption, le cleintélisme et les dérives dictatoriales d'une ''justice'' aux influences des réseaux sionistes et franc-maçonniques.

Cette France des ''droits de l'homme (blanc)'', la France des ''Philosophes de Lumière'' esclavagistes, la France donneuse de leçon aux Africains, en l'occurrence les ''Élites Évoluées'' de la postcolonie, est gangrenée au coeur même de la République.

Radiation requise contre un avocat lyonnais soupçonné d'antisémitisme

Le parquet général et le bâtonnier de Lyon ont requis la radiation d'un avocat, Me Alexis Dubruel, qui avait demandé la récusation d'un magistrat lyonnais en raison de son patronyme à consonance juive. La décision a été mise en délibéré au 16 octobre 2013.

«J'appelle cela de l'antisémitisme, avec tous les relents de l'histoire qui reviennent et qui sont intolérables dans les écrits d'un avocat», s'est indignée l'avocate générale, Jacqueline Dufournet, lors de l'audience devant le Conseil régional de discipline. Le bâtonnier de Lyon, Philippe Meysonnier, a jugé la requête de Me Dubruel «nauséabonde» et réclamé lui aussi sa radiation, estimant qu'il était «la honte du barreau de Lyon». La décision a été mise en délibéré au 16 octobre 2013. L'affaire, qui a suscité une vive émotion dans la justice lyonnaise, a commencé par un conflit autour d'une fillette.

La grand-mère, défendue par Me Dubruel, avait attaqué la mère en correctionnelle mi-2012 en l'accusant de ne pas respecter son droit de visite. Siégeant comme juge unique, Albert Lévy avait renvoyé sa décision sur d'éventuelles sanctions au moins de décembre, «de manière classique» en pareil cas, pour tenter «d'amorcer» ce droit de visite, a fait observer Mme Dufournet. Mais Me Dubruel, révolté par ce renvoi, avait demandé en octobre la récusation du magistrat, mettant en cause son impartialité dans ce dossier «où le père de la prévenue s'appelle Moïse». Il avait joint à sa requête les pages Wikipédia de «Moïse» et «Lévy». 

«Il y a lieu de s'en tenir à de simples constatations patronymiques et prénonymiques», écrivait l'avocat. Niant toute motivation antisémite, mercredi, il a expliqué avoir soupçonné une «coloration communautariste» dans l'attitude de M. Lévy à l'audience. Pour Me Dubruel, le magistrat «a fait un large sourire à la prévenue» à l'énoncé du prénom de son père et, parallèlement, s'est montré «très agressif» avec sa propre cliente, «terrorisée». L'avocat de Me Dubruel, Dominique Inschauspé, a réclamé «la mansuétude» du conseil de l'Ordre, affirmant que son client avait «surréagi», de façon «un peu irrationnelle», dans un dossier qui l'occupait depuis plusieurs années. 

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home