• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Articles

La santé mondiale entre racket et bien public-Partie I

La méthode homéopathique de Thérapie séquentielle est basée sur une connaissance de l'individu par son histoire personnelle familiale et médicale: notamment les vaccinations précoces, les traitements médicaux, les chocs émotionnels; qui ont perturbé durablement son aptitude à se défendre des maladies et ont dévié son système immunitaire. Si on ne peut faire de l'automédication avec cette méthode, on peut au moins, si on est convaincu par les arguments de l'auteur, Dr Elmiger Jean dont l'association Biosophie est basée en Suisse, éviter les principales erreurs pouvant gâcher la santé dès le plus jeune âge.

La santé publique fait partie des domaines stratégiques clés dans la gestion d'un État. Ce secteur est aussi ''sensible'' que celui des finances (monnaie), du droit (inculturation du droit), de la sécurité (intérieur et extérieure), de la diplomation (géostratégie), de l'alimentation (agriculture). La trinité, ministère de la santé-Ordre (Collège) des médecins-les institutions de la formation médicale et paramédicale (privée ou publique), sont au sommet de la Pyramide. Plus loin, les industries pharmaceutiques et l'Organisation mondiale de la santé (OMS), chapeautent le secteur sur le plan international.

Cette publication a pour but de mettre en évidence l'énorme conflit d'intérêt et les influences de la finance internationale dans ce secteur, ô combien important. Dans un souci de clarté, nous avons choisis de publier en plusieurs parties afin d'assurer une sensibilisation à grande échelle car il s'agit de notre santé à nous tous, citoyens du monde!

« Résumé :
Dans un certain nombre de pays, l'accès aux soins est conçu comme un droit, la santé est perçue comme un bien public et le système de santé est soumis à des obligations de service public. La Déclaration universelle des droits de l'Homme et l'Organisation mondiale de la santé ont visé à rendre universel le droit d'être soigné. Cet objectif est aujourd'hui loin d'être atteint pour une majorité d'habitants de la planète. Le drame du sida a incontestablement permis de changer les regards.

Le mouvement de revendication d'un accès aux médicaments a créé sur le sujet une sorte d'opinion publique mondiale, obligeant l'Organisation mondiale du commerce à concéder le principe du droit prioritaire à la santé. Face à la logique de profit caricaturale de l'industrie pharmaceutique - véritable cartel à l'échelle planétaire -, un mouvement civique mondial s'est mis à défendre des valeurs d'humanité et de solidarité. Or, ce qui se joue pour la santé peut être reproduit avec l'éducation, la sécurité alimentaire, l'environnement ou encore les télécommunications : la problématique des biens publics induit la constitution de coalitions à l'échelle mondiale, entre citoyens d'une même Terre, incitant nos gouvernements à aller vers de nouvelles formes de légitimité internationale. » (François Xavier Verschave. ''La santé mondiale entre racket et bien public''. Édition Charles Léopold Mayer, Paris, 2004) 

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home