• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

La santé mondiale entre racket et bien public-Partie I

Prologue :

« Je m'étais fait une autre idée de la médecine. Et compris aussitôt que j'avais été dupé. Ce que j'avais appris ne me permettait pas de rétablir la santé. Pourtant, ouvrez le dictionnaire : vous y trouverez sous ''Médecine'', ''arts de maintenir ou rétablir la santé.'' Pourquoi alors mes professeurs ne me l'avaient-ils pas appris? Je sus beaucoup plus tard qu'ils ne savaient pas eux-mêmes ce qu'était la santé. Toutes mes études avaient été guidées par des maîtres imbus de rationalisme '' scientifique''. La raison de raisonnante, la pensée logique, vous savez, celle qui domine notre cerveau gauche.

Eh bien, cette pensée-là, elle ne peut que disséquer, analyser, peser, mesurer. Or la santé est fille de la Vie. Et la Vie, elle, n'est pas mesurable. Nul ne peut l'arrêter pour la regarder droit dans les yeux, ni la fixer sur pellicule ou la conserver dans le formol. On ne peut ni la voir, ni la toucher, ni l'entendre, la flairer ou la déguster. Elle échappe à nos cinq sens, laquais impuissants de nos analyses scientifiques. La Vie n'appartient pas au monde matériel et ses compartiments. Elle est par essence une et indivisible; elle ne se laisse pas fractionner, sous peine de mort.

Que fait-on dans nos universités?

On dissèque des cadavres, on observe au microscope, on analyse des paramètres multiples. Dame médecine se fait chimiste! Mais son objectif premier, qui est de guérir, elle lui tourne résolument le dos. La preuve? Sachez donc enfin qu'en Occident, aucune faculté n'a songé à ouvrir une chaire de Santé! La médecine ne guérit plus. Elle ne fournit que de prothèses, des mesures palliatives, des rafistolages de fortune. » (Dr Jean Elmiger. ''La médecine retrouvée ou les ambitions nouvelle de l'Homéopathie''. Édition Favre, Suisse, 1985, pp.10-11)

Plus loin, il renchérit :

« Je suis convaincu que l'initiation à la grande tradition ésotérique est indispensable à la formation sérieuse du médecin. Notre science aurait progressé d'un demi-siècle si les universités américaines avaient étudié en son temps les prodigieuses ''lectures de santé'' d'Edgar Cayce! » (Ibidem,. P.14)

« La vie n'est qu'un déroulement d'énergie vitale »

Samuel Hahnemann, le fondateur de l'homéopathie l'avait parfaitement compris, à la fin du XVIIIe siècle déjà. Pour lui, comme pour les modèles antiques, la maladie résulte d'une altération de l'énergie vitale, qui se trouve ''désaccordée'' Ce déséquilibre énergétique se manifeste par les symptômes et les signes, qui constituent en quelques sorte le visage de la maladie.

La loi de la similitude : 

« Toute substance capable de provoquer chez l'homme sain un ensemble de symptômes guérira, s'il y est sensible, le malade affligé du même ensemble de symptômes.»

Cette Loi est le fondement de l'homéopathie.


Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home