• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Les USA et la Russie s’allient en Syrie

Par Thierry Meyssan

 La réunion du Groupe international de soutien à la Syrie semble marquer la reprise en main du dossier par la Maison-Blanche au détriment des « néo-conservateurs » et des « faucons libéraux ». La déclaration finale impose une supervision états-uno-russe à l'Onu, démettant Jeffrey Feltman de ses prérogatives. Elle impose une libre-circulation de l'aide humanitaire et une cessation des hostilités. La formulation choisie légitime l'action militaire russe non seulement contre le Front al-Nosra et Daesh, mais aussi contre Ahrar el-Sham et Jaysh el-Islam. Cependant, la déclaration ne dit mot du projet franco-britannique de création d'un pseudo-Kurdistan.

Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 15 février 2016


JPEG - 37.5 koConférence de presse de Sergeï Lavrov, John Kerry et Staffan De Mistura, au Hilton de Munich, à l'issue de la réunion du Groupe international de soutien à la Syrie.

Depuis la conférence des Amis de la Syrie, à Paris le 6 juillet 2012, la guerre contre la Syrie échappe à la Maison-Blanche et au Kremlin. L'accord qu'ils avaient conclu lors de la première conférence de Genève, le 30 juin 2012, n'a jamais pu être appliqué. Les nombreuses tentatives de paix ultérieures ont toutes été sabotées par un groupe de fauteurs de guerre comprenant des personnalités états-uniennes de premier plan (John McCain, Hillary Clinton, Jeffrey Feltman, David Petraeus, John Allen), des multinationales (Exxon-Mobil, le fonds d'investissement KKR, l'armée privée Blackwater-Academi) et des États (l'Allemagne, l'Arabie saoudite, la France, Israël, le Qatar, le Royaume-uni, la Turquie).
Cependant, depuis le 30 septembre 2015, la Russie a déployé une force de frappe considérable pour bombarder les groupes « terroristes ». Quatre mois plus tard, la plupart des usines d'armement et des bunkers souterrains qu'ils avaient construit ont été détruits. En outre, les moyens de transport du pétrole volé par Daesh ont également été détruits. L'Armée arabe syrienne, qui mène une opération au sol depuis le 6 janvier 2016, libère du terrain sur une dizaine de fronts simultanés, à l'exception du Nord-Est. Tandis que l'Arabie saoudite et la Turquie acheminent aux « opposants » des renforts et des armes au Nord du pays.

Barack Obama reprend le dossier syrien en main

Le bilan de politique internationale du président Barack Obama comprend déjà l'apaisement avec Cuba et le retournement de l'Iran. Il dispose de moins d'un an pour y ajouter la paix en Syrie. Ce qui supposerait qu'il reprenne la main sur ce dossier et parvienne à une analyse commune de la situation avec son partenaire russe. C'est pourquoi, il a conclu un nouvel accord avec la Russie et a nommé un « Tsar anti-Daesh », Brett McGurk, pour lequel il a provisionné des moyens militaires considérables.

Les USA et la Russie attaqueront ensemble DAECH en Mars 2016 (Thierry Meyssan):
 
 

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home