• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Les USA et la Russie s’allient en Syrie

 Leader of Largest Rebel Group in Syria:

 

L'expression « cessation des hostilités » semble synonyme de « cessez-le-feu », cependant elle s'applique aussi à la Russie sans impliquer de conséquences juridiques. En adoptant la déclaration finale, Moscou s'est engagé à ne pas bombarder d'autres cibles que les groupes listés comme « terroristes » par le Conseil de sécurité. Toutefois, lors du point de presse de John Kerry et Sergeï Lavrov qui suivit la réunion de Munich, le ministre russe des Affaires étrangères précisa que Ahrar el-Sham (« Mouvement islamique des hommes libres de Syrie ») et Jaysh el-Islam (« L'Armée de l'islam ») ont publiquement affirmé leurs liens avec ces groupes terroristes.

Ahrar el-Sham est financé par la Turquie et le Qatar, dispose d'instructeurs militaires pakistanais et a revendiqué ses liens avec les talibans afghans. Jaysh el-Islam est financé par l'Arabie saoudite, dispose d'instructeurs d'Academi, s'enorgueillit de partager l'idéal d'Oussama Ben Laden et de collaborer avec al-Qaïda. En outre, son fondateur, Zahran Allouche, a déclaré vouloir « nettoyer » le pays, faisant clairement appel à exterminer tous les alaouites. Il ne semble donc pas que l'engagement de Moscou modifiera son action sur le terrain, mais au contraire —malgré l'appel formel de John Kerry à « modifier les cibles »— que la déclaration finale de Munich lui reconnaît une légitimité.
 

On observera que la déclaration finale de Munich renvoie la question de la « transition politique » à la reprise des négociations de Genève 3. Ce faisant, elle prive définitivement les 114 personnalités sélectionnées par l'Arabie saoudite de tout espoir de maroquin ministériel. En effet, ces personnalités sont toutes liées aux groupes armés sus-nommés. Par contre, elle ouvre des perspectives aux personnalités d'opposition, de Syrie et en exil, qui ont été invitées à Genève après avoir dénoncé le recours aux armes.

JPEG - 38.3 koLors de la Conférence sur la sécurité, un vif accrochage a opposé Sergeï Lavrov et Frank-Walter Steinmeier à propos de la légitimité des bombardements de la Coalition et de ceux de la Russie.
 

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home