• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Les femmes doivent être à l’avant-garde de la lutte pour la libération totale de Mama Africa

« Le Mali est une parcelle de l'Afrique violée, mutilée, telle une femme dont les entrailles ouvertes offrent pétrole, uranium, gaz naturel, coltan, or...aux prédateurs. Convoquer l'excision dans l'analyse de la violence du capitalisme prédateur en Afrique revient à parler d'un point de vue de femme. L'inaudibilité de nos voix quand elles ne confortent pas les thèses féministes et libérales sur notre situation justifie un tel parti pris politique et pédagogique.
(...)
Pourquoi faut-il que nos corps de femmes, culturellement marqués par le couteau de l'excision, suscitent plus d'indignation et de condamnation que nos vies et celles de nos enfants, saccagés durant les trois dernières décennies de libéralisme sauvage, par le couperet de l'ajustement structurel et, à présent par les guerres de convoitises vis-à-vis de nos richesses. Il appartient à nous, les femmes du Mali et de l'Afrique, en raison du lourd tribut que nous payons depuis la traite négrière au système capitaliste, de démontrer son immoralité, son inhumanité puisque, d'une main, il pille et, de l'autre, fait semblant de ''protéger''' les populations civiles, y compris par des frappes militaires comme en Côte d'Ivoire et en Libye. » (Aminata Traoré & Nathalie M'Dela-Mounier. ''L'Afrique mutilée''. Éditions TAAMA, 2012, pp.8-9)


 L'excision de Mama Africa par les Institutions financières internationales:

 

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home