Lorsqu’on parle de ‘’Renaissance africaine’’, concrètement, de quoi s’agit-il?

Premier cas de figure :

Pour mieux comprendre la portée, le pourquoi, le comment, et le quand du concept de la ''Renaissance'', prenons le cas de figure d'un grand père qui se trouve à la réunion des habitants du quartier. Il passe un coup de fil à son fils resté à la maison, pour lui demander d'apporter sa pipe et son tabac. Il précise à l'enfant d'emporter avec lui sa gibecière, sa canne d'appui et son chasse-mouche. L'enfant dit qu'il ne sait pas où se trouvent tous ces objets. Le grand-père lui dit que sa pipe et son tabac se trouvent dans le premier tiroir de droite de son armoire dans sa chambre. Il indique que la gibecière est accrochée au mur dans sa chambre, à côté du fusil de chasse placé au chevet du lit non loin de la fenêtre. La canne d'appui se trouve à côté du lit en face de la porte d'entrée. Quant au chasse-mouche, il est posé sur l'armoire en bois rouge au salon. Après quelques minutes, l'enfant vient porter au grand père tout ce qu'il a demandé.

Deux semaines plus tard, un groupe de voleurs de bétails se rue au village. Pille le grenier à blé, au mil et au maïs. Vole la récolte. Met les maisons sens-dessus, sens-dessous. Tue les femmes, les enfants, mais surtout les Anciens censés protéger la tradition. Les habitants courent dans tous les sens. Le grand père et sa famille réussissent à se mettre à l'abri dans la forêt. Au bénéfice d'une accalmie, le grand père envoie son fils s'assurer que les voleurs sont bel et bien partis et que le danger est écarté. Il lui précise de lui ramener sa pipe et son tabac, le cas échéant.

Le fils s'en va. Après environ 1h de temps, il revient et annonce au grand père que le calme est revenu au village. Mais il n'a pas la pipe ni le tabac car, dit-il, il ne sait pas où les trouver. Il n'est même pas capable de retrouver son propre jouet artisanal qu'il a fabriqué avec le bambou de raphia, la maison a été littéralement chamboulée de fond en comble.

Le grand père décide de ramener toute la famille au village. À sa grande surprise, il constate le même désordre que son fils bien-aimé : le chasse-mouche est brisé et placé dans une marmite. La gibecière se trouve sous le lit. Les chaussures sont dans la cuisine. Les assiettes sont sur le lit. Dans la salle de ''recueillement avec les Ancêtres'', tout est également sens-dessus, sens-dessous. Les souris et les fourmis y ont élu domicile en raison des aliments fermentés éparpillés par-ci par-là. La calebasse d'eau est brisée en plusieurs morceaux. Les objets de piété sont souillés et jetés à terre. Bref, le grand père ne retrouve plus ses repaires patiemment construits en fonction de son mode de vie, de son éducation transmise de génération en génération, de sa vison de l'univers, de la communication avec les Ancêtres qui l'ont précédés et qui veillent en permanence sur lui et sur sa famille, sur son bétail, sur ses champs et sa récolte, y compris sur tout le village. Le grand père se sent perdu!

Top