• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

« Mémoire traumatique » et psychogénéalogie

Qu'est-ce que la violence coloniale?

L'Historienne Raphaëlle Branche répond :

« Les hommes ne tuent pas aujourd'hui de la même manière qu'hier, ils n'ont pas recours aux mêmes types de justification ni aux mêmes mises en scène : l'étude de leur violence renvoie bien plus aux configurations historiques dans lesquelles ils vivent qu'à une nature humaine et c'est précisément cette diversité qui aide à percevoir le pourquoi des actes violents. Une fois la paresseuse réponse par la nature balayée, la description attentive du comment offre des perspectives sur le pourquoi.

Qu'en est-il pour la violence coloniale ? Et d'abord qu'entend-on par violence coloniale ? Loin d'être évidente, l'expression est en réalité problématique, à la fois extrêmement complexe et particulièrement floue. Je voudrais tout d'abord m'attarder sur l'adjectif colonial car il a des implications sur la description. Parler de colonial plutôt que d'impérial est sans doute un premier signe : alors qu'impérial a une connotation idéologique forte et que la violence impériale pourrait concerner des violences de nature plus abstraite ou intellectuelle, colonial est entendu dans une acception plus terre à terre, plus proche des territoires concernés et de leurs habitants (Bertrand, 2006). Plus nettement que la violence impériale, la violence coloniale parlera des pratiques et des êtres humains.

Décrire la violence coloniale, c'est s'inscrire au cœur de l'entreprise de domination : là où elle est mise en acte, dans une interaction qui implique des colonisateurs et des colonisés. » (Raphaëlle Branche, Maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre du Centre d'histoire sociale du xxe siècle (CNRS, Paris 1), membre junior de l'Institut universitaire de France.)

Aimé Césaire va plus loin :

« Une civilisation qui s'avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une civilisation décadente.
Une civilisation qui choisit de fermer les yeux à ses problèmes les plus cruciaux est une civilisation atteinte.

Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde.
Le fait est que la civilisation dite «européenne », la civilisation «occidentale», telle que l'ont façonnée deux siècles de régime bourgeois, est incapable de résoudre les deux problèmes majeurs auxquels son existence a donné naissance : le problème du prolétariat et le problème colonial ; que, déférée à la barre de la «raison » comme à la barre de la «conscience », cette Europe-là est impuissante à se justifier ; et que, de plus en plus, elle se réfugie dans une hypocrisie d'autant plus odieuse qu'elle a de moins en moins chance de tromper.

L 'Europe est indéfendable.

Il parait que c'est la constatation que se confient tout bas les stratèges américains. En soi cela n'est pas grave.

Le grave est que ''l'Europe'' est moralement, spirituellement indéfendable.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home