• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Aperçu du Colloque du Caire

Le professeur Obenga rappelle qu'il est acquis que pour relier deux ou plus de deux peuples culturellement, les preuves linguistiques sont les plus évidentes. A l'issue de sa longue démonstration scientifique et linguistique devant les spécialistes, il conclut que les rencontres morphologiques, lexicologiques et syntaxiques obtenues constituaient une preuve péremptoire de la parenté étroite de l'égyptien ancien et des langues négro-africaines d'aujourd'hui. De telles rencontres étaient impossibles entre le sémitique, le berbère et l'égyptien. Il ajoute qu'un substrat culturel homogène est nécessairement lié à un substrat ethnique homogène en d'autres termes, si l'on reconnaît que la civilisation égyptienne est fondamentalement africaine, sa population l'est forcément tout autant.

Sur le même registre, le professeur Gordon-Jacquet, signale que les noms de lieu, c'est un phénomène bien connu, sont extrêmement vivaces et chacun des groupes linguistiques qui se succèdent dans une région y laisse sa marque sous la forme de toponymes, plus ou moins nombreux, suivant l'importance numérique de ce groupe et la durée de sa prédominance dans la région. Tout apport permanent important qui serait venu s'ajouter de l'extérieur à la population égyptienne se serait forcément reflété dans la toponymie du pays. Or ce n'est pas le cas. La toponymie égyptienne des extrêmement homogène : elle se compose de noms dont l'étymologie peut, dans presque tous les cas, s'appliquer à la langue égyptienne elle-même (Ceci réfute encore tout idée d'infiltration étrangère dans la population égyptienne antique et atteste bien qu'elle était homogène dans son aspect négro-africain).

♦Aucun participant n'a explicitement déclaré qu'il soutenait l'ancienne thèse " d'un peuplement leucoderme à pigmentation foncée pouvant aller jusqu'au noir " dont le professeur Vercoutter avait rappelé l'existence dans la communication. Le consensus en faveur de l'abandon de cette thèse ancienne n'a été que tacite.

Pour l'ensemble des participants, l'Egypte est essentiellement une civilisation africaine dans son écriture, dans sa culture dans son tempérament et dans sa façon de penser (Vercoutter, Leclant...).
Le professeur Leclant à noté que des traits paléoafricains importants méritaient d'être étudiés dans la vie culturelle de l'Egypte. Il a cité par exemple le babouin du dieu Thot et la constance dans l'iconographie, des peaux de panthère « ; comme vêtement rituel lors du culte rendu par Horus à Osiris.

♦Le professeur Gordon Jacquet à montré que l'absence de mots d'emprunt prouve que les échanges entre l'Egypte et la Mésopotamie à l'époque prédynastique et au début de l'époque dynastique étaient quasi-nuls. Le professeur Holthoer abonde en sons sens et y fait une démonstration linguistique.

♦Le professeur Vercoutter a finalement reconnu l'homogénéité des peuples africains vivant dans la vallée du Nil jusqu'aux limites sud du Delta.

♦Le professeur Diop a rappelé que le professeur Petrie avait découvert à Abydos une image représentant les Anou et montré que les principales villes égyptiennes comportent dans leur rédaction l'insigne des Anou, le pilier ON ou IOU.

♦Le professeur OBENGA poursuit la démonstration linguistique commencée par le professeur DIOP et montre à partir de toute une série de démonstrations comment il serait possible dans le futur de "dégager un "négro-égyptien" comparable à l'"indo-européen".

♦Mme GORDON-JAQUET souligne l'intérêt d'une approche toponymique pour "étayer l'assertion suivant laquelle il ne s'est produit en Égypte aucune immigration ou invasion massive de populations étrangères depuis l'époque néolithique au moins".

♦Le professeur Jean DEVISSE communique aux participants les résultats d'une enquête iconographique relative à trois manuscrits (nouvelles acquisitions de la Bibliothèque nationale française) témoignant de la représentation d'Égyptiens libres "sous les traits et la couleur de Noirs".

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home