• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Réflexion sur les titres de notabilité des « élites » prévaricateurs des Républiques des ''Évolués'': le cas du Cameroun

Chèr(e)s internautes, permettez-moi de partager avec vous la question d'un certain ''Jean Bono'', posée sur la page ''Facebook'' du forum Culture et Tradition Bamiléké, en sa qualité de membre:

« Salut à tous. Je cherche un titre de notabilité à acheter. Je peux me rendre dans quel village pour ça ? »

Voici ma réaction:

I. Le cas des ''Élites'' Bamilékés

Encore une démarche pédagogique dénommée la « maïeutique », couramment employée en Égypte ancienne (et encore en usage dans nos villages par les Anciens) pour former les aspirants à la Seba (Connaissance), en l'occurrence les jeunes grecs venus chercher la Seba à Ta-Méry.

Pour mettre pied en plein débat suscité, vous avez crevé l'abcès de la dilution, de la perversion et de l'inversion des échelles de valeur qui ont longtemps constituées le socle des sociétés négro-africaines.

Si je puis me limiter à une histoire récente de KAMA (Afrique),

depuis l'arrivée des colons « missionnaires »;

depuis l'imposition du papier-monnaie comme référence et gage de « réussite » et d' « ascension sociale»;

depuis l'imposition du nazisme monétaire par la France gaulliste via la création du franc des colonies français d'Afrique (franc CFA) le 25 décembre 1945;

depuis l'imposition dans la conscience collective de la reconnaissance d'un « réel travail» que celui qui ramène de l'argent (papier-monnaie);

depuis que le FMI (Fond de Misère Instantanée), la Banque mondiale du vampirisme, les institutions internationales de la Négrophobie mondialisée, ont entrepris de disloquer le tissu social par des mesures d'ajustement structurel luciférien à faire frémir Hitler;

depuis que les « Élites» des « Républiques des Évolués » ont entrepris d'accentuer le chômage des masses en rapport avec le « réel travail »;

depuis que ces « Élites évoluées », qui se font ''sanctifiées'' dans les Loges occidentales et s'arrogent les titres de « notables» pour mieux manipuler le peuple et le spolier;

depuis qu'elles apportent un soutien financier considérable au parti-État RDPC, dans son entreprise d'aliénation mentale, spirituelle et culturelle des masses;

depuis que ces ''notables évoluées'', de connivence avec les autres ''Élites'' au pouvoir se sucrent sur le dos du peuple en se délectant des miettes du papier-monnaie que l'impérialisme eurocentriste a daigné les accordées à travers l'appareil de l'État dilué;

depuis que acquérir les diplômes aliénants dans les écoles de la fabrique des disciples du Comte Arthur de Gobineau, de Senghor Léopold, d'Olivier Pétré-Grenouilleau...

au détriment des travaux lumineux des savants et inventeurs noirs,

au détriment de la Maât (Justice-Vérité), principe cardinal de l'organisation et de l'équilibre des sociétés négro-africaines,

au détriment des écoles africaines authentiques du Savoir Ancestral,

au détriment des africains valeureux et méritants de par leur probité morale, leur grande qualité humaine de rassembleur et leur sens de responsabilité;

depuis que les détenteurs du réel pouvoir traditionnel se sont laissés séduire par ces grands vents de l'aliénation spirituelle, culturelle et matériel, de véritables sèves d'un Occident encore et sans cesse agressif et cynique,

NOUS SOMMES PERDUS!

Le grave est que bon nombre des détenteurs des titres de « notabilité évoluée » sèment la discorde dans les familles. Ils écrasent volontiers les aînés qui sont censés préserver et diffuser le Savoir ancestral utile à l'éducation des enfants aux prises avec l'aliénation mentale ourdie dans les écoles de la postcolonie. Dans la majorité des familles, c'est la parole des « notables évolués » qui est prise en compte.

La sagesse africaine qui dit que :

« même la chèvre a ses idées » n'est plus à l'ordre du jour.

On dit au pays :

« ta part quoi?

Tu peux même faire quoi?

Tu peux aller sur mes problèmes et retirer ta part combien?

Ah, restes tranquille! On mange les diplômes?»

Certains chefs de famille ne sont plus disposés à dire le droit selon la tradition de nos Ancêtres. Lorsqu'un « notable évolué » est accusé auprès du chef de famille pour mauvaise conduite et acte mettant en péril la justice et la stabilité de la famille, ce dernier vous regarde droit dans les yeux et clame :

« sache que c'est devant lui que je m'agenouille aussi pour manger...!!!!!! »

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home