• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Boko Haram : le nouveau piège de la mondialisation! (2)

 3.2. Violence, guerre et politique : le retournement de la ‘’formule’’ de Clausewitz

Dans son œuvre maîtresse, Vom Kriege, Clausewitz (1780-1831) a fortement souligné la subordination de la guerre à la politique. Tout lecteur du stratège prussien a en tête les expressions frappantes employées au chapitre 6B du livre VIII : “La guerre n’est qu’une partie des rapports politiques, et par conséquent nullement quelque chose d’indépendant”. Ou, un peu plus loin : “la guerre n’est rien d’autre que la continuation des relations politiques, avec l’appoint d’autres moyens” (trad. D. Naville, 1955, p.703).

Clausewitz demeure une référence capitale pour les études stratégiques et la science politique, car il a formulé mieux que quiconque le caractère irréductiblement politique de la guerre : la guerre ne se suffit pas à elle-même, elle est un satellite placé dans l’orbite’’ de la politique. En effet, l’étude du retournement de la ‘’Formule’’ de Clausewitz n’intéresse pas seulement les études géostratégiques. Elle touche aussi à la sociologie et la théorie du politique. À travers leur interprétation de Clausewitz, des auteurs comme Michel Foucault ou Carl Schmitt engagent une conception du politique et du social dans son rapport à la violence. Ces auteurs cherchent tous à mettre en évidence, chacun selon des modalités différentes, le rôle moteur de la violence dans l’action politique, la guerre étant considérée comme l’ultime épreuve de vérité pour les sociétés. Cependant, le cas de Boko Haram ou d’autres groupuscules criminels islamistes, qui ont mis la Libye, la Syrie, le Mali, la République Centrafrique…en déliquescence, font partie de la privatisation de la violence. Les interventions directes des armées impérialistes dans les États membre de l’ONU, sont mal vues par les opinions nationales internationales. Il faut donc user, des « forces sous-marines » et occultes, avec des prétextes fallacieux, pour mener la guerre politique afin de s’assurer du contrôle des ressources humaines et naturelles. 

Nous dénommons la « guerre sous-marine » cet ''instrument'' de la politique occulte (le terrorisme islamique), destinée à contourner la réglementation nationale et internationale, visant à saper les conditions des termes de l’échange que la diplomatie n’a pas été en mesure de régler ou ne veut pas régler.

Classiquement, la hiérarchie des moyens militaires (et en cas de "guerre sous-marine'') et des fins politiques inspire la distinction des trois niveaux de la guerre (tactique, stratégie, politique), qui elle-même fait écho à la ‘’Trinité clausewitzienne’’ (peuple-chef de guerre-chef d’État) : la tactique dépend des soldats (professionnels et citoyens) qui sont issus du peuple (ou des combattants terroristes ‘’fabriqués’’ de toute pièce par les services secrets). Clausewitz considère la guerre comme un instrument politique placé sous l’autorité du pouvoir civil, le rôle du politique étant de fixer à l’action militaire des objectifs précis et ainsi de limiter la guerre à ces objectifs.  Dès lors, quelle est la nature profonde de la guerre ? Est-elle dans la violence déchaînée ou dans la raison politique ? Mais à qui profite la « guerre sous-marine » comme c’est le cas au Nigéria avec Boko Haram? Aux multinationales, bien entendu, avec la couverture des Paradis fiscaux et judiciaires. Parallèlement, le peuple américain est abreuvé de « bonnes intentions »: mettre fin au terrorisme islamique.

D’où une augmentation considérable du budget militaire; la course folle à l’armement; l’enrichissement croissant des marchands d’armes; la dislocation des États agressés et leur mise sous coupe réglée; la destruction des biens publics à l’échelle mondiale; la fragilité des acquis sociaux obtenus après d’âpres luttes de classe; la surabondance des capitaux toxiques; l’accentuation des fractures sociales; le renforcement du mercenariat et du crime organisé à l’échelle planétaire.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home