• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Portrait de l'intellectuel colonisé

proverbe kamite 27 nov 2012Note de la rédaction :

L’intellectuel colonisé manifeste un refus radical de se réapproprié les Humanités Classiques qui ont alimenté le cordon ombilical de son arbre généalogique. Il méprise et applique ad integrum les « méthodes de cassage du nègre comme le cheval » (Confère cet article à ce site). Il se complaît dans la post-colonie au point de développer des attitudes paranormales (Peau noire, masque blanc.Franck Fanon).

L’intellectuel colonisé est un danger pour lui-même et pour sa « communauté». L’Eurocentrisme est sa sève nourricière. Sa libération réside dans la SAGESSE des KAMMIOU.

 Les analphabètes culturels:

 

Par Umar Timol, ile Maurice1

samedi 3 novembre 2012

la rédaction de Montray Kreyol

L’intellectuel colonisé méprise les sentiments superficiels. Il est un être de l’esprit et ses motivations sont toujours (du moins c’est ce qu’il veut croire) profondes. Il agit au nom d’un idéal, quel qu’il soit. Son intelligence, si percutante pour ce qui est du décryptage des œuvres de l’esprit, est médiocre, sinon confuse, quand il s’agit d’analyser ses propres desseins. On en connaît d’ailleurs qui prêchent la bonne parole, la tolérance ou le métissage, mais qui sont des potentats en puissance au quotidien. Il est incapable d’avouer que le pouvoir et tous ses manifestes le séduisent au plus haut point.

L’intellectuel colonisé est, par ailleurs, un fin lecteur. Il a lu tous les grands philosophes, écrivains et historiens de l’Empire. Il est capable de vous citer spontanément de larges extraits provenant des ouvrages classiques de l’Empire. La littérature de l’Empire est sa littérature, l’histoire de l’Empire est son histoire, la philosophie de l’Empire sa philosophie. Il n’hésite pas à se réclamer de tel intellectuel (il est un X-ien ou un Y-ien), qui est aux antipodes de sa culture et de ses origines. Il le proclame sur tous les toits. Il en est fier. Cela lui permet, par ailleurs, de se distinguer de la masse confuse des ignorants. Puisqu’il est cultivé il a aussi lu les grands intellectuels de la périphérie mais toujours sur un mode exotisant, leur savoir est toujours un prolongement des savoirs de l’Empire et n’existent que dans un rapport subalterne au savoir dominant.

    portrait de lintellectuel colonis 1 27 nov 2012  

L’intellectuel colonisé méprise les sentiments superficiels. Il est un être de l’esprit et ses motivations sont toujours (du moins c’est ce qu’il veut croire) profondes. Il agit au nom d’un idéal, quel qu’il soit. Son intelligence, si percutante pour ce qui est du décryptage des œuvres de l’esprit, est médiocre, sinon confuse, quand il s’agit d’analyser ses propres desseins. On en connaît d’ailleurs qui prêchent la bonne parole, la tolérance ou le métissage, mais qui sont des potentats en puissance au quotidien. Il est incapable d’avouer que le pouvoir et tous ses manifestes le séduisent au plus haut point.

L’intellectuel colonisé est, par ailleurs, un fin lecteur. Il a lu tous les grands philosophes, écrivains et historiens de l’Empire. Il est capable de vous citer spontanément de larges extraits provenant des ouvrages classiques de l’Empire. La littérature de l’Empire est sa littérature, l’histoire de l’Empire est son histoire, la philosophie de l’Empire sa philosophie. Il n’hésite pas à se réclamer de tel intellectuel (il est un X-ien ou un Y-ien), qui est aux antipodes de sa culture et de ses origines. Il le proclame sur tous les toits. Il en est fier. Cela lui permet, par ailleurs, de se distinguer de la masse confuse des ignorants. Puisqu’il est cultivé il a aussi lu les grands intellectuels de la périphérie mais toujours sur un mode exotisant, leur savoir est toujours un prolongement des savoirs de l’Empire et n’existent que dans un rapport subalterne au savoir dominant.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home