• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

Discours prononcé par Aimé Césaire à Dakar le 6 avril 1966

aime csaire 2

Monsieur le Président,

 Mesdames, Messieurs,

Je voudrais d’abord vous faire part des hésitations que j’ai eues à prendre la parole dans ce colloque. Je ne suis à aucun degré un homme de science, à aucun degré un expert, et j’ai conscience que dans une telle assemblée, j’ai beaucoup plus à apprendre qu’à enseigner.

Aussi bien vous demanderai-je de ne voir dans cette intervention que la manifestation du désir que j’ai à vous dire à quel point j’ai été intéressé par vos travaux et de vous soumettre à titre de contribution quelques réflexions qui sont nées de mon expérience d’homme de culture, de mon expérience de poète, de mon expérience d’homme antillais à propos de l’Afrique mère.

Le thème de ce colloque est ainsi formulé : « Fonction et signification de l’art négro-africain dans la vie du peuple et par le peuple ». Je crois que pour répondre à cette question particulière le plus simple est de poser d’abord une question plus générale et de tâcher d’y répondre et cette question serait celle-ci : « Fonction et signification de l’art dans le monde moderne ». Autrement dit, avant de parler de l’art africain et de sa signification pour l’Afrique moderne, le mieux m’apparaît de parler de l’art tout court et de sa fonction dans le monde tout court.

Pourquoi, dans le monde comme il va, il est apparu essentiel aux organisateurs de ce colloque, pourquoi il nous apparaît essentiel à nous autres, hommes de culture, de valoriser la fonction de l’art ? Car enfin l’art n’est pas toute la culture, il n’en est qu’un aspect. Alors pourquoi privilégier cet aspect au détriment des autres aspects de la culture ? Je répondrai que c’est un signe des temps et que si nous avons, d’un propos délibéré, choisi de privilégier l’art, c’est que nous estimons que jamais comme aujourd’hui le monde n’a eu autant besoin de l’art.

Qu’on le veuille ou non, il y a à l’heure actuelle une civilisation éminente et tentaculaire. C’est la civilisation européo-américaine, la civilisation industrielle qui couvre le monde de son réseau, et atteint désormais – car il est clair que maintenant, nous sommes entrés dans l’ère du monde fini – les points les plus reculés du globe. Il est inutile de rappeler les mérites de cette civilisation européenne. Ils sont nombreux et éclatants. Mais, pour comprendre le rôle de l’art, notre besoin d’art et de poésie, c’est plutôt son côté négatif qu’il faut rappeler.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home