• Font size:
  • Decrease
  • Reset
  • Increase

La leçon de l'égyptien ancien

La Compréhension « à partir du Centre » (1)

Les Nombres, Lois de L'Univers, fondement de la Théurgie.

Voici résumé en cet article les Fondements essentiels des Enseignements des Peuples Kémites. Sans la compréhension de la "démarche pédagogique" négro-africaine et du contenu des "apprentissages", point n'est autorisé à parler de l'Afrique en lieu et place des Africains authentiques.

Tous les pseudo-spécialistes de l'Afrique sont sommés de garder silence à jamais sous peine de "perdre leur langue" dans les abîmes de l'Isefet. Ils doivent opter pour la conspiration du silence.

sagesseafricaine1ermars2013En donnant sa Leçon, le Prêtre ne parla pas une seule fois, pas plus que les élèves, habitués à garder longuement le silence. Et de fait, quand, en Égypte, il s’agissait d’aborder des Sujets Saints, on s’abstenait d’émettre un flux de paroles afin de favoriser la Compréhension « à partir du Centre». On considérait l’intellect comme un instrument utile à l’organisation de ce monde dense dans lequel on vivait mais, s’agissant de l’Univers et de l’Être, les symboles, lescouleurs, une gestuelle représentative, s’avéraient être plus efficaces pour conduire l’élève au « Centre » que tout long discours.

De plus, des Rites Magiques préparaient toute leçon, créant dans les lieux la fréquence vibratoire propice à ce positionnement central de la Conscience. « Les choses du Ciel restent au Ciel » disait l’Instructeur de ce temps-là, « à la Terre d’aller vers elles... »

Pythagore voulut ramener en Grèce l’Esprit et l’Âme de l’Égypte mais il enseignait à des Grecs habitués à raisonner « à partir de la périphérie »... et non pas à des Égyptiens... Il put donc y diffuser l’Essence de ce que lui-même avait appris mais, de l’Esprit et de l’Âme, il ne put, en véritable « Égyptien » qu’il était, en parler. Il enseigna ce que les Grecs eux-mêmes pouvaient comprendre selon leur mode d’appréhension mentale et puisque ceux-ci apprirent par la suite à l’Occident à penser, c’est ce type d’investigation, effectuée à partir de la Circonférence, qui devint aussi le nôtre.

Nous allons exposer brièvement certaines données sur la Loi des Nombres, présentant intellectuellement des symboles mais ne faisant que les présenter. Afin d'éclairer notre texte, nous vous proposons un extrait de l'introduction au « Livre des Morts des Anciens Égyptiens » (La sortie vers la Lumière du jour) traduit et commenté par Grégoire Kolpaktchy aux Éditions Stock. Nous ne pouvons que vous conseiller de lire cet ouvrage (dans la traduction de Grégoire Kolpaktchy). L'égyptologie officielle n'aime guère qu'on lui parle du caractère « énigmatique » de la culture égyptienne. Elle hausse les épaules. « Énigmes ? Quelles énigmes ? » Or, tandis que l'ancien Grec était, de par sa nature, avide de savoir et curieux de posséder le secret des choses, l'Égyptien se plaisait à contempler les énigmes à l'état initial, à visualiser leur totalité stimulante ; il lui répugnait à les disséquer (on ne dissèque que des cadavres), à les creuser, à les fouiller, à étaler en formules abstraites le secret inviolable de l'Être. L'Égyptien aspirait à la totalité. Et il voyait grand.

Imhotep

imhotep imhotep2 

Pour soutenir nos efforts

Faites un don à l'institut Per aâ n Imhotep pour soutenir nos efforts.

Amount: 

devenir-membre-home